Préparatifs des Journées d''Hommage à Aly Farka TOURE : Le comité de pilotage fait le point

0

Les organisateurs des journées d’hommage à ALy Farka Touré, artiste de renommée mondiale décédé, le 7 mars dernier, étaient avant hier à l’espace culturel Bouna pour faire le point sur l’état des préparatifs de ces journées. C’était aucours d’un point de presse auquel ont pris part l’Administrateur Délégué de la Fondation Aly Farka Touré, M. Diadé Hamma Sankaré, Aly Affo Guindo, membre du comité de pilotage du festival, Affel Bocoum, artiste, compagnon de longue date de Farka, et plusieurs de ses amis du monde des artistes.

 Cette conférence était conjointement animée par M. Adama Koly Coulibaly, Président du Comité de Pilotage du Festival, et Boubacar Belco Diallo, membre de ce Comité de Pilotage aussi. Ce festival, s’il est bon de le rappeler, se présente comme une occasion de magnifier un homme, artiste de talent qui a donné tout à l’Afrique, au monde, au Mali et à son village natal, la ville de Niafunké. Aussi, il faut dire que ces journées d’hommage sera une occasion où artistes et hôteliers pourraient tirer de meilleurs profits. Toutes choses dont l’importance a été perçue par le Président de la Fédération des Hôteliers et restaurateurs du Mali. Au cours de ce point de presse, c’est le Président du Comité de Pilotage de ce Festival, Mr. Adama Koly Coulibaly, qui a été le premier à prendre la parole. Dans son intervention, il a attiré l’attention des journalistes en évoquant d’abord les valeurs qu’incarnait l’artiste. En effet, selon lui, Aly Farka Touré incarnait tout d’abord le Mali ancien.

Cela, à ses dires, se traduit par l’humilité de Farka, son sens du partage. Rappelons que de son vivant, Aly Farka Touré a accepté d’abandonner tout pour aller s’installer dans son village natal pour s’adonner au travail de la terre. S’agissant de ce festival en sa mémoire, le programme a connu un petit changement pour des raisons bien évidentes. Ainsi, après le petit changement effectué, le programme des activités se présente comme suit : le samedi 3 mars 2007, il y aura un dîner de gala. Ce sera sous le parrainage du Premier Ministre du Mali, son Excellence Ousmane Issoufi Maïga. Le programme de la journée du dimanche, 4 mars, prévoit un vernissage de l’exposition photos sur la vie de l’artiste. Ce sera au Centre International de Conférence sous la présidence du Ministre de la Culture, Mr. Cheick Oumar Cissoko. Après ces activités, il y aura un grand symposium qui se déroulera également ici à Bamako.

 Ce symposium sera marqué par l’enregistrement de divers témoignages sur celui qui fut une vedette de la musique malienne. La seconde partie de ce festival doit se dérouler à Niafunké. Les festivaliers vont se rendre dans cette localité pour d’abord procéder à une séance de lecture de coran et à des sacrifices avant d’aller faire un recueillement sur la tombe d’Aly Farka Touré. Là aussi, il y aura différents témoignages sur l’homme qui a été arraché à la grande affection de tous. Dans la ville de Niafunké également, il y aura un concert géant pour rendre un hommage à l’artiste. Et le budget prévu pour toutes ces manifestations? Il avait été prévu d’injecter une centaine de millions. Mais, pour des raisons évidentes, il a été revu à la baisse, informent les organisateurs. Le budget arrêté est fixé maintenant à une cinquantaine de millions de nos francs.

Pour ce qui est de l’état des préparatifs à moins de deux mois de la date arrêtée, les membres du comité de pilotage se disent optimistes, d’autant plus que les hautes autorités les ont assurés de leur accompagnement. Le Premier Ministre en personne a promis de s’investir personnellement pour la réussite de l’évènement, car il reste convaincu qu’Aly est pour le monde. En attendant, les organisateurs sont rassurés de l’appui de trois départements ministériels et pas des moindre. Toute autre bonne volonté est encore la bien venue.

Laya DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER