Des localités du Centre sous le diktat des «présumés djihadistes»

5

La loi islamique ou «charia» est de plus en plus imposée aux populations des villages de Sobé, Atta, Ambiri, Sa et Kormou dans le cercle de Youwarou par des présumés djihadistes. Entre angoisse et impuissance, les habitants de ces localités où sont présents ces hommes armés, dénoncent ces mesures restrictives. Toutefois, les élus locaux demandent aux plus hautes autorités du pays de procéder rapidement à « une négociation de haut niveau avec les groupes terroristes » pour rétablir la paix et sauver les habitants de ces villages.

« Là ou nous sommes actuellement nous souffrons ». C’est avec ces mots que les habitants du cercle de Youwarou expriment le calvaire qu’ils vivent en ce moment. Ces nouvelles restrictions augmentent leurs souffrances du quotidien.

Pour certains, « ce problème ne devait pas exister, si l’Etat était présent ». D’autres insistent sur « la nécessité d’organiser un important dialogue avec ces gens ». Pour eux, « la situation est dure et inquiétante ».

Ces présumés jihadistes imposent aux populations des mesures très difficiles, reconnaissent des élus locaux. « Il s’agit notamment de couper les pantalons, faire pousser les barbes, empêcher les jeunes d’avoir accès à leur maison dans la rue », explique un élu local sous couvert d’anonymant. Il invite le gouvernement à entamer des pourparlers avec les occupants de leurs villages. Pour eux, c’est la seule option pour arriver à la paix dans le cercle de Youwarou. Il ajoute que « la situation est vraiment pénible pour la population ». « Ce qu’ils demandent ce ne sont pas avec les armes qu’on peut l’avoir, mais plutôt avec la négociation.

La négociation au très haut niveau », pense notre interlocuteur. Rappelons que plusieurs localités des régions de Mopti et Bandiagara sont occupés par des groupes djihadistes, selon de sources locales. La charia déjà en vigueur devient l’unique base du droit.

Pendant ce temps le chef de la mission de l’ONU au Mali a été reçu en audience vendredi dernier 10 septembre à Koulouba par le président de la transition colonel Assimi Goïta. Les deux personnalités se sont concertées pour accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation et renforcer la stabilité au centre du pays.

Source: StudioTamani.org

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Mrs général soso! Ne savez vous pas que ce sont nos compatriotes Les bambaras;les dogons;peulhs;touaregs;arabes qui font le jihadisme au centre et au Nord du Mali.
    Donc utilisé votre sagesse pour éteindre le danger. Les états unis ne savais pas que les guerres qu’ils ont déclenché allaient se terminer ainsi. Seul Dieu est sûre du résultat de ses actions.

  2. L’armée la plus puissante du monde à négocier avec les jihadistes mais vous (toure s) avec votre faiblesse d’expris vous seriez capable de vaincre.

    • Jall, l’armée la plus puissante n’était pas chez elle. Nous, nous sommes chez nous. Nous nous battrons jusqu’à notre dernière goutte de sang.
      En tout cas, les Bambara, Bobos, Sénoufos, Minianka, dogon, Wassoulounké, touareg, arabe… n’acceptera jamais l’ordre des djihadistes. On peut aller vers les massacres. ça ne fait que commencer. Si l’armée se soumet, nous rejoindrons nos villages avec armes et bagages pour nous défendre

  3. Les élus demandent à nos FAMA de négocier avec vos frères terroristes, Non si c’est vrai les FAMA seront présent dans ce village pour les massacrer car vous êtes complice avec vos frères. Si l’armée est présentes dans cette localité ils ces cachent chez vous, si l’armée quitte le village ils sortent. Ont a tout compris .

  4. C’est le résultat de la faiblesse de notre système de défense et sécurité.

    Notre armée n’est pas efficace sur le terrain.
    Nos FaMas n’ont pas de stratégie de guerre encore moins de sécurisation du territoire.

    Quand la hiérarchie militaire n’est plus présente sur le front et que les soldats sont mal orientés, mal encadrés, il ne faut s’attendre à autres résultats que ceux nous observons actuellement un peu partout sur le territoire.

    Des groupuscules de bandits se sont renforcés et nourris du manque d’anticipation et de combativité de notre armée.

    Notre armée a perdu la volonté de se battre !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here