Interview (presque) imaginaire : IBK : « pourtant, il va falloir que la haute cour de justice trouve de quoi inculper ATT ! »

0

Les yeux rivés sur le sol, la tête entre les deux mains et les lunettes posées sur le nez, IBK ne s’est pas aperçu de notre arrivée. Absorbé par ses pensées, il n’a pas quitté cette position depuis une bonne heure. Du moins, si l’on en croit une indiscrétion de ses gardes du corps. « Quand il est dans cette position, vaut mieux ne pas le déranger, sinon ! », nous avertit l’un d’eux, avec un air sérieux. Reconnaissant notre voix entre mille, il nous invite à prendre place à côté de lui, sur une chaise italienne de couleur ocre. Interview.

Mr le président,  à quoi vous pensez, en ce moment précis ?

 

Le Mollah, je pense au rapport de la commission ad hoc, chargée de la mise en accusation d’ATT, qui indique dans son fameux rapport qu’il n’y a aucune preuve pour inculper mon « cousin » de haute trahison. Mes derniers espoirs, pour reconquérir le cœur des Maliens vient de finir en eau de boudin. Et mon second et dernier mandat s’annonce en pointillés.

 

Comment ça ?

 

Réfléchis un peu ! Si la haute cour de justice arrive à  condamner ATT  à quelques 60 ou 70 ans de prison pour haute trahison, personne ne parlera plus, en bien, de lui, ni de ses réalisations, qui me font ombrage depuis le début de mon mandat. Les Maliens le détesteront pour avoir « trahi » notre pays.  Dans ce cas, ils n’auront d’yeux que pour moi. Même si, pour l’instant, je n’ai pas atteint le millième des réalisations d’ATT.

 

Qu’allez-vous donc faire maintenant ?

 

Je vais demander à la majorité présidentielle de faire pression sur les députés et les membres de la commission ad hoc. Afin qu’elle trouve de quoi inculper ATT, car au rythme où vont les choses, ATT risque de s’en sortir sans casse.

 

Donc, ce qui vous arrange, aujourd’hui, c’est une condamnation d’ATT ?

 

Parfaitement ! Sans cela, mon second et dernier mandat est compromis. C’est pour cela que j’exhorte la majorité présidentielle et la haute cour de justice à tout mettre en œuvre pour faire condamner ATT. Notre bonheur en dépend !

 

Donc, il faut coûte que coûte trouver quelque chose pour inculper ATT ?

 

Je n’ai pas dit ça !

 

Mais c’est que j’ai cru comprendre !

 

De toutes les façons, la commission ad hoc de l’Assemblée nationale doit revoir sa copie, sinon !

 

Sinon quoi ?

 

Rien ! Car, tu ne peux pas me comprendre.

 

Propos recueillis

par Le Mollah Omar

Commentaires via Facebook :

PARTAGER