Pour tentative d’assassinat par jalousie : Makan Traoré condamné à 5 ans de prison ferme!

0

Makan Traoré dit Sérinté est un maçon âgé de 27 ans. En 2018, par jalousie, il a poignardé son ancienne copine Tata Bakayoko à plusieurs reprises avec un couteau au dos, heureusement la victime a pu survivre de   ses blessures. Le mercredi 9 septembre dernier, Makan Traoré dit Sérinté était à la barre des accusés de la Cour d’Assises. Il en ressort avec 5 ans de prison ferme.

Ah la jalousie ! Jusqu’où peut-elle  nous amener ? Cette question mérite d’être posée au regard du cas de cet inculpé du nom deMakan Traoré dit Sérinté.

La justice a eu connaissance de cette affaire en 2018 à travers une plainte de Tata Bakayoko, l’ex copine de l’accusé. Une plainte portée contre Makan Traorépour tentative de meurtre.

Dans cette plainte, elle a expliqué qu’elle et son ancien copain (Makan Traoré) avait un projet de mariage. Tata a ensuite mis fin à cette relation suite à l’opposition de ses parents à cette union. Juste après leur rupture, elle est sortie avec un autre copain, chose que Makan n’a pas digéré. Dans la nuit du 21 décembre 2018, alors qu’elle causait dans la rue avec son nouveau copain, Makan réapparait en se dirigeant sur elle. Tata s’est alors refugiée dans une famille voisine.

A sa sortie, sa surprise fut grande de voirson ancien amant faire le guet devant sa concession. Lorsqu’elle a voulu prendre la fuite à nouveau, Sérinté l’a poignardé avec un couteau au dos à plusieurs reprises. La victime a crié au secours pour alerter les gens et elle a eu la vie sauve grâce à l’intervention de son oncle, du nom de Moussa Traoré. Par la suite, elle a été transportée au Centre de santé de référence (CSREF) de Kati pour des soins où ses frais d’ordonnance ont été pris en charge par les parents de son agresseur.

Interpellé après son crime, Makan a reconnu d’avoir donné trois coups de couteau à la plaignante et déclare d’avoir agi sous l’effet de la jalousie. Qu’après la perpétration de son entreprise criminelle, il essayait de mettre fin à sa vie en se jetant dans un puits et regrette son acte dans sa gravité.

Par ailleurs, les renseignements demandés versés au dossier de la procédure ne sont pas favorables à l’accusé car ils indiquent qu’il a une mauvaise réputation.

Ne bénéficiant d’aucune circonstance favorable de la justice, Makan Traoré dit Sérinté devant la Cour d’Assises le mercredi 9 septembre, s’en sort avec une peine de 5 ans pour tentative de meurtre.

Par Mariam SISSOKO

 

Elle étouffe et tue son enfant

La Cour la condamne à 3 ans de prison!

Native de Dibasso (Burkina Faso) et âgée de 43 ans, Antoinette Koné a été jugée pour infanticide et condamnée à 3 ans de prison ce jeudi 10 septembre par la Cour d’Assises. Elle purgera totalement sa peine le 5 décembre prochain.

A noter que l’infanticide est, selon le code pénal malien en son article 199 alinéa 5, « le meurtre ou l’assassinat d’un enfant nouveau-né ». Elle est punie par l’article 200 du même code.

En effet, courant 2017, Antoinette Koné contracte une grossesse. Celui qu’elle prétendait en être le père, n’a pas reconnu la paternité. Ainsi, 9 mois après, elle accouche normalement le 19 novembre 2017 au centre de santé de Yirimadio, puis elle se rendra à domicile avec le nouveau-né.

Une semaine plus tard, soit le 25 novembre 2017, elle décide de mettre fin à la vie du nourrisson en lui administrant de violents coups à la tête avant de l’étouffer par étranglement. De ce fait, pour dissimuler son forfait, la quadragénaire a ramené le corps du bébé à l’hôpital pour consultation comme si celui-ci était malade. Et grâce à la vigilance du médecin traitant qui soupçonna une mort suspecte, Antoinette fut confondue et conduite au commissariat de police du 13ème Arrondissement de Bamako. Lequel commissariat a ouvert une enquête, qui aboutira à la poursuite et à l’inculpation de la mère meurtrière devant le Juge pour fait d’infanticide.

Aussi, pendant l’enquête préliminaire au niveau de la justice, l’inculpée a reconnu sans ambages les faits qui lui étaient reprochés. Antoinette a ainsi soutenu d’être enceinte d’un certain Robert Diarra (sans autre précision) qui n’a pas voulu assumer sa responsabilité comme auteur de la grossesse. Pour cela, en désespoir de cause, elle a décidé de mettre un terme à la vie du bébé une semaine après son accouchement. C’est ainsi, étant seule dans sa chambre le 25 novembre 2017, elle a étranglé le petit en l’étouffant jusqu’à ce qu’il rende l’âme.

Donc le jeudi 10 septembre 2020, Antoinette Koné était devant les juges des Assises ou elle a été accusée d’infanticide. Condamnée à 3 ans d’emprisonnement, elle purgera totalement le 5 décembre 2020 sa peine, étant donné qu’elle était sous mandat de dépôt depuis le 5 décembre 2017.

Par Mariam SISSOKO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here