Les putschistes à l’école de Moussa Traoré

2

Le général Moussa Traoré continue d’être une référence. Précédemment hissé au rang de «républicain» par le président déchu, il est le seul ancien président à avoir mérité la visite des tombeurs d’IBK. La junte des Colonels en est ressortie la besace pleine de conseils, à en juger par les propos de leur hôte. Apparemment très satisfait de son apparition publique, le Général Moussa Traoré a confié aux confrères de l’Ortm avoir donné des orientations et partage son expérience avec ceux qu’il a désignés comme ses enfants. Il se susurre que dans les coulisses que le tombeur et probablement bourreau de Modibo Kéïta a également conseillé au CNSP de traiter prioritairement avec le M5-RFP dans le processus d’installation de la transition. Ce qu’il s’est bien gardé de faire, c’est un jugement sur l’opportunité d’un coup d’Etat après s’être impliqué dans la recherche de solutions à la crise socio-politique. Pas étonnant pour un ancien putschiste ayant promis de rendre aussitôt le pouvoir aux civils en 1968 mais qui a gardé les rênes de l’Etat 23 années durant. Aussi a-t-il peut-être conseillé à ses frères d’arme de s’adosser sur le M5-RPM pour les besoins d’une cause similaires. Dans ce cas, la démocratie malienne acquise aux dépens de GMT ne sera pas sortie de l’auberge avec Assimi Goïta et compères.

Pendant que les FAMa paradent au Centre, Nara est sanctuarisé par les Djihadistes

Engagés visiblement dans une dynamique de reconquête de l’opinion après le coup de force de ses officiers supérieurs, les FAMa s’offrent en spectacle depuis quelques temps et procèdent par des mises en scène qui jurent manifestement avec la discrétion qui les caractérise d’habitude. Pour ce faire, des images vidéos souvent ventilées qui montrent pour la plupart les troupes jubiler et se délecter de leur triomphe en exhibant dans certains cas des butins de guerre après la destruction de leur base de présumés djihadistes dans le Centre. Tout indique, selon toute évidence, un triomphe éphémère s’il en est un. Et pour cause, à peine une journée après la démonstration des Forces armées maliennes, le camp ennemi s’est signalé au niveau du cercle de Nara. D’abord dans la localité de Dily où les colonnes djihadistes ont paradé à leur tour toute une nuit sans rencontrer de résistance. L’expédition, selon une source locale, n’a fait aucune victime mais les envahisseurs en ont profité pour occuper les principaux lieux de culte et obligé la population à prendre part à des séances de prêche avant de s’éclipser. Leur balayage n’était malheureusement qu’avant-coureur une expédition plus meurtrière et dramatique quelques jours plus tard à Guiré, dans le même cercle de Nara, où les FAMa en ont fait les frais pour au moins une dizaine d’éléments.

Difficile réglage des compteurs politiques à zéro

Avec les ruptures provoquées par la chute du régime, la configuration de la scène politique accuse un soudain bouleversement. Caractérisée jusqu’alors par une nette démarcation entre partis politiques de la majorité et de l’opposition, celle-ci fait place désormais à une donne nouvelle avec notamment l’émergence du M5-RFP, la démission d’IBK suivie de la prise du pouvoir par la junte des Colonels. Ce qui devrait logiquement ramener les forces politiques à équidistance du nouveau pouvoir de fait, à défaut de tenir compte des représentativités issues des précédentes élections. Autrement dit, aucune proximité avec les détenteurs du pouvoir réel ne devrait se manifester par une différence de traitement. Il en va de l’équilibre et de l’impartialité de la junte, mais le M5-RFP ne l’entend point de cette oreille. Ses leaders l’ont laissé entendre, à la faveur du rassemblement d’hommage aux martyrs de ce mouvement. Son autorité morale, Mahmoud Dicko, quoiqu’il souffle depuis quelques jours dans une trompette différente, est montée au créneau en personne pour rappeler tacitement à la junte que le fait d’être intervenue pour parachever leur combat la rend plus redevable au M5 qu’aux autres composantes du pays dans ses démarches d’organisation de la transition. Notons que nombre de composantes politiques du M5 tablent sur la situation pour reconquérir un nouveau souffle politique qui passe manifestement par un coup de pouce de la transition.

Un avion présidentiel pour les tournées de la junte ?

Après son coup de force du 18 juillet dernier, les nouveaux maîtres de Kati s’emploient visiblement à conforter leurs assises politiques. Ainsi les offensives de charme s’intensifient, depuis deux semaines, avec des tournées de sensibilisation dans les régions de l’intérieur ainsi que dans nombre de pays voisins, dans la perspective notamment de la conférence des chefs d’Etat de la Cédéao sur le Mali. Objectif : ratisser large en termes de légitimité nationale et tenter de s’assurer une fréquentabilité à l’international. En attendant les résultats d’une telle démarche, il n’est point superflu de s’interroger sur l’origine des moyens utilisés pour le déploiement des émissaires d’une junte qui s’était montrée plutôt modeste et autonome au point de refuser toute aide externe. Si pour l’intérieur du pays l’entreprise semble moins onéreuse, il n’en est pas de même pour le déplacement dans la sous-région pour lequel la délégation du Colonel Diaw avait eu besoin de se servir d’un moyen qui incarne le plus la rupture entre le président déchu et le peuple malien. Il s’agit du très somptueux et coûteux avion présidentiel, doté d’un luxe propre à reléguer ses défis du pouvoir au profit de ses oripeaux. Et que dire des moyens colossaux nécessaires pour mettre l’appareil en marche à chaque déplacement. On est en définitive bien loin du nouveau Mali que les tombeurs d’IBK ont promis.

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Cessez de raconter des histoires . La junte militaire a le droit de rencontrer tous les maliens pour la refondation du Mali nouveau . Le Général Moussa TRAORE , pour avoir dirigé le pays pendant 23 ans, est une référence. Sans oublier ses qualités militaires . Si les jeunes rendent visite à cet officier General quoi de plus normal. Maintenant l’utilisation par les membres lors des visites dans les régions de l’intérieur et dans les pays limitrophes, est normal, cet avion a été payé avec l’argent du contribuable . Durant 7 ans IBK qui voyageait à bord inutilement, sans aucune retombée pour le Mali, vous ne vous êtes pas plaind, alors pourquoi maintenant ?

  2. Que DIEU sauve le Mali !!!
    Que DIEU guide les jeunes officers !!!
    De Modibo , Moussa , a aujourd hui , chaque président a ses bons côtés et ses mauvais côtés ! Chaque malien est héritier notre culture ! De grâce tenons un discours fédérateur , chacun a sa pierre à apporter à l édifice de la nation !!! Le Mali n a pas besoin de ces politiciens de tout bord que ce soit , ils ont fait leur preuve de mauvaise gouvernance !!! Ce serait suicidaire de dénigrer ces jeunes officers pour cette classe politique déplorable . C’est une occasion pour nettoyer la classe politique et pour favoriser l émergence des patriotes !!!
    Vive le Mali !!!
    Encore que DIEU sauve le Mali et ceux qui aiment le Mali !!!
    Battons nous !!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here