Rebondissement dans l’affaire du Procureur et de l’Imam : Daniel Tessougué accuse les journalistes de mettre de l’huile sur le feu

1
Le procureur général Daniel Tessougué
Le procureur général Daniel Tessougué

«Je ne répondrai plus aux journalistes maliens, ils déforment mes propos, cela ne peut que mettre de l’huile sur le feu. Je n’ai aucun problème, je n’ai rien à dire.  Je n’ai dit que le droit». Tels sont les propos du procureur général près la Cour d’appel de Bamako, Daniel Téssougué, que nous avons joint au téléphone, ce samedi matin, aux environs de 12h40min. Au même moment, l’association des imams du Mali tenait une assemblée générale de soutien à Mahamoud Dicko et condamnait les propos du Procureur. Tessougué ne veut plus continuer dans ce débat qui fait le buzz depuis l’attaque de l’hôtel Radisson. Pourquoi le procureur s’en prend à la presse ? Pourquoi, il ne veut plus lui parler ? A-t-il peur de quelque chose ? Une chose est sûre, la démonstration de force des religieux ce samedi en dit long sur le revirement de situation chez le « puissant » procureur, et c’est la presse qui en fait les frais.

A suivre.

 

Questions foncières :

Un spéculateur a changé le plan de Magnambougou

Décidemment, le ministre Bathily a vu de toutes les couleurs et n’ayant pas sa langue dans sa poche, il dit tout haut ce que certains pensent très bas. Ainsi, il a confié aux participants du forum des peuples qu’un certain Amadou Kindi Bathily, qu’il a qualifié de numéro un des spéculateurs fonciers du Mali, s’est permis  avec la complicité du maire du district Adama Sangaré de changer le plan du cadastre de Magnambougou et de s’octroyer 70 ha. Ainsi, il s’autorise à venir réclamer la maison des gens qui sont là depuis des lustres. Tantôt, il casse le mur de quelqu’un, tantôt il expulse des familles pour construire sur leurs propriétés en vertu d’un faux plan qu’il a mijoté avec le maire.

 

Cercle de Kati :

La spéculation jusque dans nos cimetières

Incroyable mais vrai, un spéculateur foncier a acheté dans le cercle de Kati plusieurs centaines d’hectares. Dans ce périmètre, il y avait non seulement le cimetière du village de Diago, mais aussi le Cscom et même la mairie. Pour le ministre en charge des affaires foncières, cela démontre à suffisance que les spéculateurs fonciers n’ont pas de respect, même pour les morts. Ils achètent même les tombes. Cette affaire, pour lui, c’est le comble.

 

Affaire de l’ancien avion présidentiel du Mali                                      

C’est un danger volant

Une fois encore, l’affaire de l’ancien avion présidentiel d’ATT est revenue au-devant de la scène, lors de la rencontre d’IBK avec la classe politique à Ségou. Le Président Ibrahim Boubacar Kéita soutiendra que l’ancien aéronefest un danger volant. Et que les Maliens ne l’ont pas élu pour mourir. C’est fort de cela qu’un nouvel avion a été acheté. Il a fait savoir que beaucoup de Chefs d’Etat de la sous-région ont changé d’avion, car ceux qu’ils ont trouvé ne respectaient plus certaines normes.

 

Pour IBK :    

Les opposants  fouillent dans ses poches et celles de son entourage, mais n’y trouvent rien

Dans sa parution du jour, dans une interview exclusive accordée à Jeune Afrique, le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita fera savoir que tout ce qui est excessif est insignifiant, comme disait Talleyrand. Et il croit qu’il y a des choses qu’il faut laisser mourir de leur mort naturelle. Pour lui, ceux qui animent ces polémiques le savent. Ils cherchent, ils fouillent dans mes poches, dans mon entourage, au sein de ma famille, du côté de mes ministres. Et ils ne trouvent rien, ils n’ont pas de prise.

 

Perspective de réintégration des ex-combattants :

Les jeunes du Nord et ceux du Sud sont en train de rejoindre les groupes armés

Après la signature de l’Accord, ce serait bientôt la phase de la mise en œuvre du processus de DDR démobilisation, désarmement et réinsertion. Cette phase qui s’annonce à l’horizon est guettée par beaucoup, autant du Sud que du Nord pour rejoindre les groupes armés dans l’espoir d’une insertion professionnelle future dans la foulée du cantonnement. A l’occasion de la conférence débat du Parena, tenue le samedi 12 décembre au Cicb, Sidy Ali ould Bagna a confirmé l’information .A ses dires, il lui a été donné de constater  le cas de deux jeunes du Nord, dans la région de Tombouctou qui se sont procurés, moyennant espèce sonnante et trébuchante  des grenades. Ils devraient faire preuve d’habileté en manipulant le machin. « Ils se sont fait exploser, l’un a perdu la vie sur le champ,  l’autre est dans un état critique », a-t-il révélé. En tout cas, il urge de prendre les dispositions idoine pour éviter le pire.

 

Bla       :                                                                                                                              Les enfants font pleurer IBK de colère

La jeunesse de Bla a su trouver les mots justes pour accueillir le Chef de l’Etat lors de sa visite dans leur localité. «IBK courant, IBK courant…», scandaient les enfants. Entendre de tels propos et ne pas être sensible à la chose étaient inimaginable.                          Le Chef de l’Etat qui devrait s’adresser aux populations de Bla a promis de résoudre cela le plus vite possible. Il s’en est aussi pris à son entourage qui, selon lui, lui a menti en lui faisant savoir que tout allait bien. Tellement en colère, il n’arrivait plus à calmer ses nerfs et s’en suivra bien sûr les larmes, comme pour implorer le pardon des sages, notabilités et chefs religieux ainsi que les enfants de Bla. IBK de soutenir que si la société Amader, ne peut pas respecter les clauses du contrat, alors il procédera en personne à déchirer le contrat pur et simple. Car le courant au 21ème siècle n’est pas un luxe, mais une nécessité, conclura-t-il.

La Rédaction

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le procureur Daniel a dit il va nous arracher les barbes sans rasoir nous on lui demande des gérer ses amis corrompu

Comments are closed.