Corridor de Pogo: Malien= 1000 FCFA !

6

A la frontière Mali- Côte d’Ivoire, à Pogo, le dernier poste frontalier avant d’entrer au Mali, les voyageurs sont victimes de pratiques dignes d’une autre époque. En violation des règles de la libre circulation des personnes dans l’espace UEMOA.

On entend dire : Côte d’ivoire-Mali, deux pays frères. Pourtant, le parcours de l’axe Bamako-Abidjan, relève presque de la traversée du désert pour nos compatriotes. Les rackets sont légion des deux côtés de la frontière. Et pour parvenir à leur fin, les agents de contrôle ne sont jamais à cours d’arguments pour déposséder les voyageurs de  tous leurs sous avant la destination finale. Carnets de vaccination pas à jour, non conforme, pièces d’identités périmées, inexistantes ou encore les dessous de table des “soldats de l’économie” qui ont des moyens particuliers propres à eux.

Le plus choquant de toute ces pratiques, c’est celle qui a lieu à Pogo. Une discrimination de la pire espèce en porte à faux avec les règles de la CEDEAO et de l’UEMOA. En entrant au Mali, vous arrivez au poste de contrôle de Pogo, dernier corridor ivoirien avant le Mali. Toutes les pièces d’identités y sont réquisitionnées puis triées. Les détenteurs des cartes d’identité ivoirienne sont gentiment priés de se mettre à l’écart sous un grand arbre où leurs cartes leurs sont redistribuées. Pour le reste des voyageurs, c’est-à dire les Maliens, à l’appel de leur nom, l’un des deux policiers assis, sans lever le regard, dit: « 1000 francs ». C’est une fois la somme payée que vous rentrez en possession votre carte d’identité, qu’elle soit en règle ou pas. Une cérémonie digne de l’époque coloniale.

Les autorités ivoiriennes et maliennes sont elles au courant de cette pratique qui n’a rien de fraternelle? Une pratique qui laisse sans voix les Ivoiriens eux-mêmes, à l’image de cette dame qui craignait de subir le même sort à Zégoua, du côté malien de la frontière. Elle fut étonnée qu’il n’en fût rien.

Le corridor de Pogo est la frontière la plus tracassière, relevait dans son 22e rapport en 2013, l’Observatoire des Pratiques Anormales (OPA), un organisme institué par l’UEMOA dans le cadre de la libre circulation des personnes et des biens.

Mamadou TOGOLA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Ces allegations sont fausses.De nos jours ,la police ivoirienne ne racket plus les passagers .En revanche ,c’est au Mali que le racket est systematique,ou tous les etrangers paient quel que soit l’etat de leurs pieces.

  2. Chers journalistes
    Allez-y voir au niveau de Diboli-Kidira, c’est la même chose qui se passe là-bas.
    Les maliens paient 1000 FCFA à Kidira et les sénégalais aussi paient 1000 FCFA à Diboli.
    Chers journalistes essaient plutôt d’en informer les autorités compétentes qui ont mis en place ces règles. Toutefois, elles ne sont pas du tout respectée nul part ; par les policiers, gendarmes et douaniers au niveaux de nos frontières.
    D’ailleurs, je profite de dire que les agents sénégalais respectent au moins ceux qui sont étudiants contrairement à ceux du Mali, par fois, qui ne se respectent même pas à plus forte raison les bons citoyens…
    Ce problème de 1000 FCFA était seulement du coté de la frontière malienne. Alors, après des enquêtes faites par les voisins sénégalais ; ils ont décidé de faire pareil à leur niveau. Parce que les agents maliens fatiguent leurs concitoyens….
    Chers journalistes informez-vous tout de même avant de faire n’im….

  3. Sacré Togola au moins les ivoiriens ont pitié de leurs compatriotes mais les porteurs d’uniformes Maliens sont les plus pires de la planète car ils n’épargnent même pas les maliens.

  4. Togola, là tu as raté ton article. Au niveau du Mali, on racket en plus des ivoiriens, les maliens aussi. Va vérifier la réalité des choses sur le terrain pour donner la bonne information. 😥

  5. Au lieu de s’en prendre aux forces de l’ordre ivoirienne. Renseignes-toi sur ce que paient les compatriotes sur le territoire malien. Aujourd’hui sur le tronçon Sikasso-Abidjan ou Abidjan-Sikasso aucun voyageur ne paie quoi que ce soit aux FRCI. Car avec la Police des Polices quand vous êtes pris la main dans le sac, c’est la radiation. La RCI est un pays organisé depuis l’arrivée de ADO
    Arretez de dire des contre vérités. Aujourd’hui le voyageur malien en provenance de la RCI est plutôt inquiet de ce qu’il paiera sur le territoire Malien que sur le territoire Ivoirien. Rendez vous à Sito, à Sama pour enqueter.

    • Mr Khauney, je crois que c’est toi qui n’est pas du renseigner. Ce que dis le journaliste est tout à fait vrai et des deux cotés de la frontière. Je fais le trajet Bamako-Abidjan plusieurs fois par an et ceux depuis 2009, donc je sais de quoi je parle.Les nationalités autres que Ivoiriennes payent 1000F à Pogo et tout le monde payent 1000F à Zégoua. Triste Réalité mon cher!!!

Comments are closed.