Mali : Le syndicat Autonome de la police dresse une batterie de doléances et prévoit une marche le 20 septembre prochain

9

La lenteur constatée dans l’application du nouveau statut de la police nationale  a suscité une nouvelle réaction du syndicat autonome de la police du Mali. Ce groupement des fonctionnaires de la police exige, dans un document rendu public, la satisfaction de  plusieurs doléances sans quoi il battra le pavé, le 20 septembre 2019, pour informer l’opinion nationale et internationale de ses revendications.

Maliweb.net L’adoption du nouveau statut de la police qui semblait être une victoire  pour le syndicat autonome de la police a tendance à tourner à une désillusion pour l’ensemble des fonctionnaires de la police. Dans une déclaration, le syndicat de la police susmentionné demande au ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Salif Traoré, la satisfaction  de seize points de revendications  dans le cadre du dialogue social.  Le syndicat met en avant les efforts que la police fournisse au quotidien  dans la stabilité du pays.

Ces points sont relatifs, entre autre,  à la réintégration des policiers radiés de 2012 à nos jours (au nom de la réconciliation nationale), le dédommagement des Policiers victimes des événements de 2012 à nos jours, l’application des recommandations de l’Assemblée nationale  lors de  l’adoption du statut de la police et la modification : « du  Décret Numéro 451/P- RM Du 31-12-1999 portant les attributions et  conditions de nomination des Hauts Fonctionnaires de défense et celui du numéro 2014/P-RM du 31-12-2014 portant le cadre organique des services propre de la Région ».

 Améliorer  les conditions de vie de travail des policiers

Dans cette liste des doléances formulées à l’endroit du ministre de la Sécurité, le syndicat autonome de la police demande la récompense des Policiers dans l’exercice de ses fonctions,  l’harmonisation des primes en fonction des risques de travail, des services Brigades spécialisées,  la redynamisation du projet de l’Académie de police sur les 20 hectares de Niamakoro, la  reconstruction du Groupement Mobile de Sécurité. Outre, il sollicite aux autorités la  dotation complète des Fonctionnaires de Police avant la fête de l’indépendance, en tenue Chevron, Casques, Gilets, celle des Brigades spécialisées en Véhicules Blindés, Bâton-télescopique, Casques avec viseur, Talkie – Walkie, l’application de la loi Numéro 2018-002/ du 12/01/2018, portant création de la DGPTS, adopté par l’AN le 13-12-2018.

Toujours dans le registre des revendications, le syndicat exige  la création des postes de hauts fonctionnaires de Sécurité dans tous les départements Ministériels et leur occupation par des Fonctionnaires de police, la valorisation des diplômes Universitaires, l’adoption d’un arrêté pour le Poste de Zégoua, le recrutement d’élèves sous-officiers au profit de la section musique,  la formation des fanfaristes au Mali ou à l’étranger, celle des éléments de la section motorisée à l’étranger  ainsi que l’amélioration des conditions de vie de travail des fonctionnaires de Police de la Sciences et technologies tertiaires (STT ) et leur formation à l’étranger avec congé de formation.

Les responsables du syndicat autonome de la police d’enfoncer le clou en menaçant de battre le pavé le 20 septembre prochain si leurs doléances ne sont pas satisfaites.

Après l’adoption du  nouveau statut de la police, un officier de la police indiquait dans d’autre organes de presse qu’il permettra désormais aux fonctionnaires de police déployés sur le théâtre des opérations  de bénéficier des mêmes avantages que les militaires déployés dans les mêmes conditions. Il précisait qu’en cas de décès sur le front, le fonctionnaire de police sera nommé à titre exceptionnel au grade supérieur et  ses ayants droit bénéficieront de dix ans de son salaire comme capital de décès.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Exactement moi je pense bien que les points de revendications sont d’ordre a amélioré la police malienne ki est le 1er maillon sécuritaire d’un pays car ils sont sensé être en étroite convivialité avec la population , une académique est un instance cycle supérieur en matière d’études ce ki est bien normale pour un niveau requis de policiers maliens et un point aussi important ke le point police technique et Scientifique kon observe dans les pays occidentaux ou on arrive a résoudre les plus grand crime a l’aide de preuve matérielle ,au mali les différents attaques perpétré dans le centre non pas pu être bouclé peut être qu’ave c l’avènement de cette DGPTS ils arriveront au bout de plusieurs enquêtes.

  2. @LE ROI BITON DE SEGOU,
    Merci pour la precision, je ne savais pas ce point !
    J’espère que les agents de la garde nationale, la gendarmerie nationale, la douane, ..etc ne vont pas à leurs tours revendiquer aussi des postes de hauts fonctionnaires dans les départements ministériels.
    Avec tous ces hauts fonctionnaires dans nos représentations diplomatiques et dans nos départements ministériels, c’est normal que nous vivions constamment à bubgets déficitaires.

  3. Mali-Chez Nous, je tends a’ croire qu’ils veulent avoir les avantages que l’etat donne deja aux membres des Forces Arme’es. Nous avons dans chaque departement ministeriel un haut representant de la defense.

  4. J’ai lu la liste des desdoléances. Les points en rapport avec les équipements de travail me semblent assez légitimes. Par contre, le point concernant “la création des postes de hauts fonctionnaires de Sécurité dans tous les départements Ministériels et leur occupation par des Fonctionnaires de police” ressemble à un acte de banditisme visant à alourdir inutilement les charges de l’État. Les policiers ont assez raqueté les populations civiles et le gouvernement les a laissés faire, maintenant ils se tournent vers le gouvernement lui-même.

  5. Les doleances peuvent et doivent etre etudie’es MAIS LA GREVE N’EST PAS ACCEPTABLE!
    Je tends a’ croire qu’on doit interdire l’existence des syndicats au sein des corps arme’s.
    Les FAMAs sont base’es sur la discipline et le respect de la hierarchie. les commandants des camps et les commissaires doivent savoir les besoins de leurs troupesagents de la paix et mettre des plans en place pour repondre aux besoins en question.

  6. C’est vrai que racketter les chauffeurs de duruni, ou gazer des civils lors de manifestations c’est très dangereux. Quand à réintégrer les radiés, pourquoi pas, mettre une ou deux ordures de plus dans le depotoire ça change rien.

  7. Réintégrer des policiers radiés…ehhhh Aw té Maloya dôni? Quelle est l’utilité réel de la Police dans ce pays? On doit revenir aux fondamentaux. 5 à dix policiers dans les carrefours et aux bords de la route pour quoi faire? Vous ne faite que du racket et vous voulez vous plaindre.
    Il y a des policiers exemplaires à tout point de vu, mais la racaille couvre de honte tout le monde.

  8. “la création des postes de hauts fonctionnaires de Sécurité dans tous les départements Ministériels et leur occupation par des Fonctionnaires de police” S’il vous plait dites à quoi sert un tel poste?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here