19 novembre 1968 au Mali : Le jour fatidique

11

Cette date du 19 novembre passera-t-il encore une fois inaperçue ? Comme un jour banal, ordinaire ?

Les martyrs réels ou autoproclamés (aujourd’hui encore en v1e) qui ont subi des humiliations, la prison, la torture à compter de ce jour fatidique du 19 novembre 1968 ont-ils oublié ?

Ceux qui ont mangé des araignées dans la prison de Taoudénit, partagé la prison de Kidal avec des cafards, salamandres et lézards et dont certains camarades y sont restés à jamais, ont-ils oublié ?

 

Pour mémoire, c’est dans la nuit du 18 au 19 novembre 1968, que les dernières consignes ont été données aux acteurs du coup d’Etat contre le peuple malien et le président Modibo Kéïta.

Quatorze officiers de l’armée font quadriller Bamako et lorsque la capitale s’éveille aux premières lueurs du jour, le calme règne…

Pendant ce temps Modibo Keïta, le père de l’indépendance, président depuis 1960, débarquait du bateau Général Abdoulaye Soumaré à Koulikoro. Il était de retour d’un voyage à l’intérieur du pays.

A Koulikoro ce 19 novembre 1968 où les militaires n’avaient pas osé venir l’arrêter au port, les jeunes étaient au rendez-vous. Modibo Kéïta leur avait déclaré : “le Mali, ce n’est plus nous, ce n’est non plus ceux qui ont pris le pouvoir aujourd’hui. Le Mali, c’est VOUS !”

Peu  après, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, son convoi est stoppé par un barrage.

« Monsieur le président, voulez-vous vous mettre à la disposition de l’armée ? », lui demande alors le lieutenant Tiekoro Bagayoko, un des leaders du putsch. Le président se rend et aux alentours de 11h30, il est amené à bord d’un blindé jusqu’au centre-ville. Les putschistes ont des revendications précises : qu’il renonce au socialisme et se sépare de ses principaux collaborateurs.

Réponse négative de Modibo Keïta : « Nous sommes dans un pays de droit et de démocratie. Nous respectons depuis l’indépendance la volonté populaire. C’est le peuple qui a opté pour le socialisme. Le socialisme n’est donc pas mon choix à moi tout seul, demandez au peuple ce qu’il en pense. Quant à mes collaborateurs,  je leur fais confiance. »

Les putschistes menés par le lieutenant Moussa Traoré annoncent alors sur les ondes de Radio – Mali : « l’heure de la liberté a sonné » et que « le régime dictatorial de Modibo Keïta a chuté ».

Le même jour, le président Kéïta est transféré dans un camp militaire à Kidal. Avec lui, 40 responsables de l’US-RDA (Union soudanaise – Rassemblement démocratique africain) sont également déportés, à Kidal ou à Taoudéni.

Après leur prise de pouvoir, les putschistes abolissent la Constitution et fondent le Comité militaire de libération nationale (CMLN), qui devient l’organe suprême du pays. Dans les jours suivant le coup d’État, le nouvel homme fort, Moussa Traoré, promet dans un communiqué un régime démocratique avec libertés individuelles, organisations syndicales, multipartisme et élections libres et promet que la junte militaire ne resterait au pouvoir que seulement 6 mois.

Le reste est connu. Aucune des promesses n’a été respectée et le pouvoir, GMT l’a confisqué pendant 23 très longues années durant.

 

L’assassinat du Président Kéïta

Emprisonné dans des conditions les plus inhumaines, sans jugement et en contradiction flagrante avec les déclarations des nouveaux dirigeants, le président Kéïta n’en sortira que le 16 Mai 1977, mort, assassiné de la manière la plus atroce.

Ce jour en effet, le président Kéïta pris de violents malaises, était transporté à l’hôpital du Point G.

Le soldat qui le gardait, se précipitant pour demander de l’aide, s’était vu interdire tout déplacement.

Quelque temps après, un communiqué de Radio Mali, annonçait la mort de “l’instituteur à la retraite, Modibo Kéîta”.

Quelle autre interprétation, donner à l’absence de toute annonce officielle de la disparition subite du premier Président de la République du Mali ?.

“Espérait-on que son décès aurait pu passer inaperçu ?” s’interrogeait le journaliste français Pierre Morlet. Ce qui est plausible poursuivait-il, “c’est que, cette tentative peu reluisante, traduit pour l’essentiel, le désarroi d’une équipe déconsidérée”.

En effet, la première tentative d’explication de la mort de Modibo, donnée pour cause d’intoxication alimentaire”, était remplacée peu après, par un œdème pulmonaire”.

Il fallait nier l’évidence : l’assassinat.

Et l’autopsie demandée par la famille, a été refusée. Chacun savait cependant que Modibo Kéïta avait été empoisonné.

Le Jeudi 19 Mai, date des obsèques, les écoles et les lycées étaient gardés, les élèves dans la rue. Tous voulaient emmener le corps de Modibo pour le rendre au Comité Militaire : “leur rendre leur mort“.

Les élèves et étudiants sont venus dans la famille de Modibo. Ils ont cassé le cercueil et déchiré le linceuil pour voir son corps. Les élèves ont ensuite transporté le corps du Président assassiné jusqu’au cimetière de Hamdallaye et effectué l’enterrement.

Pourquoi avoir mis Modibo Kéïta à mort ?

Pour sauvegarder un pouvoir menacé, car le 9 Mai 1977, s’était déroulé à Bamako, une manifestation des élèves et étudiants faisant suite à la grève au cours de laquelle, les manifestants réclamaient le retour au pouvoir de Modibo Kéïta, dont ils clamaient le nom.

Modibo Kéïta, même en prison, était devenu encombrant, et sa vie, une menace pour le régime militaire.

Par l’assassinat de Modibo Kéïta, Moussa Traoré et ses valets ont liquidé un espoir, celui qui a consacré sa vie à l’indépendance de sa patrie, à la grandeur et à la dignité de son peuple, sans jamais se renier.

Moussa Traoré a aussi mis fin par le meurtre de Modibo Kéïta, à une histoire d’une grande foi et d’un profond attachement réciproque, nourris comme dans un pacte de sang, par une fidélité émouvante des Jeunes, à celui qui reste à jamais le père de la jeunesse malienne.

      

                                                                                          Malick Camara

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. POUR S EN SORTIR!
    * IL FAUT CHASSER LA FRANCE!
    *IL FAUT CESSER DE SE PROCLAMER IDIOTIQUEMENT MUSULMANS!

    *IL FAUT PRENDRE DES DECISIONS TRES SIMPLES, AVEC L ADHESION DE NOS PEUPLES!
    *IL NE FAUT PAS COPIER CLOLLER DES AUTRES!

    *CHAQUE TARGET, DOIT ETRE BIEN MESUREE ET EXECUTE AVEC LA PARTICIPATION DU PEUPLE!
    *LES ECOLES ET LES FORMATIONS DOIVENT ETRE AXEES SUR LES TARGETS!

    *FAUT QUE TOUS LES DIPLOMES ET THESES SOIENT PUBLIES DANS NOS LANGUES, L ENSEIGNEMENT DANS NOS LANGUES, ET AU DESSUS DE LA MAITRISE QUE TOUS ENSEIGNENT OBLIGATOIRMENT DANS UNE DE NOS LANGUES NATIONALLES!

    *COLLABORER AVEC DES PAYS AUTRES QUE LA FRANCE! RESTER HORS DU SYSTEME ECONOMIQUE VORACE ABRAHAMIQUE!

  2. LE PROBLEME DU MALI C EST LA FRANCE ET L ARABIE ISLAMISTE! LES MALIENS DOIVENT SE SEPARER DE CES DEUX!

    19 NOVEMBRE 1968?
    LA FRANCE Y A OEUVRE !
    LE SABOTAGE DURANT UNE DECENIE A ABOUTI!

    1991 LA FRANCE Y A OEUVRE ET LE SABOTAGE A PORTE FRUITS!

    2012 L INVASION DJIHADISTE, LA FRANCE L A PREPARE, AVEC SES PARTENAIRES INTERNATIONAUX, NOUS Y SOMMES!

    LE PROBLEME DU MALI C EST LA FRANCE ET L ARABIE ISLAMISTE!
    LES MALIENS DOIVENT SE SEPARER DE CES DEUX!

  3. Le 19 Novembre C’est le jour ou le distin de la republique du mali a etait sombre des malheurs
    Vive president Modibo keita a bas les imperialists et bas les neocolonialistes

  4. Modibo avait porté le Mali au paradis pendant seulement 8ans, Moussa l’a fait descendre à l’enfer, mais la fameuse démocratie a vécu presque 30 ans; elle n’a pu porter le pays au delà du paradis ça veut dire qu’il y a problème. Soyons sérieux ceux qui ont vécu ces deux premières républiques et qui ont peur de Dieu savent qu’on ne raconte que du mensonge aux jeunes générations, tant qu’on ne cessera de mentir à soi le pays ne s’en sortira.

    • NANETTES! CHERES NANETTE! NOS PARENTS ONT QUITE LA DROITURE DE NOS GRANDS ET ARRIERE GRANDPARENTS!

      MERCI NANETTE!
      L HYPOCRISIE EST DEVENUE UNE VERTUE IMPORTEE PAR L ISLAM ARABIQUE PLUS COLLANT QUE LA GOMME ARABIQUE! LES GENS SONT SOURNOIS, DEMAGOGUES ….

      LA CHOSE QUE L ON NOUS PRESENTE COMME ETANT LA DEMOCRATIE NE L EST PAS! D AILLEURS NOUS NE SOMMES PAS LES SEULS A COMPRENDRE CELA, MAIS CEUX LA QUI ONT COMPRI SONT ENCORE MINORITAIRES, LES GENS CONFONDENT POUVOIR D ACHAT A DEMOCRATIE, MEME DANS LES PAYS DITS DEVELOPED,… MAIS DEJA U E MAJORITE SE POSE DES QUESTIONS PERTINENTES!

      IL N YA DE VRAIE DEMOCRATIE QUE DANS UNE COMMUNAUTEE RESTRAINTE DANS LAQUELLE LE DESTIN EST COMMUN, ET LA QUALITE DE VIE COMMUNE!

      LES EXPLOITATEURS ONT REGROUPE GEOGRAPHIQUEMENT DES ENTITEES ECONOMIQUES SELON LEURS CONSIDERATIONS D ALORS, SANS CONSIDERER LES HOMMES QU ILS CONSIDERENT TOUJOURS COMME UN FACTEUR VARIABLE AU LIEU DU CONTRAIRE- UNE CONSTANCE ABSOLUMENT IMPERATIVE !

      VOILA LE MONDE BALANCE, LES NOMADES DU MONDE, LES ABRAHAMIQUES, NOUS FONT BADROUILLER, FLANER,PROMENER SANS BUT, EN NOUS GARDANT BIEN ENDORMIS, ZOMBIZES, ANIMALISES, PEROQUETS, RECITEURS….

      NANETTES! CHERES NANETTE! NOS PARENTS ONT QUITE LA DROITURE DE NOS GRANDS ET ARRIERE GRANDPARENTS!

      19 NOVEMBRE 1968?
      LA FRANCE Y A OEUVRE !
      LE SABOTAGE DURANT UNE DECENIE A ABOUTI!

      1991 LA FRANCE Y A OEUVRE ET LE SABOTAGE A PORTE FRUITS!

      2012 L INVASION DJIHADISTE, LA FRANCE L A PREPARE, AVEC SES PARTENAIRES INTERNATIONAUX, NOUS Y SOMMES!

      LE PROBLEME DU MALI C EST LA FRANCE ET L ARABIE ISLAMISTE!
      LES MALIENS DOIVENT SE SEPARER DE CES DEUX!

  5. C’est à partir du 19 novembre 1968 que la chute a commencé, pas à partir du 26 MARS 1991 comme le prônent MOUSSA TRAORÉ et ses thuriféraires relayés constamment par le PERROQUET CHOGUEL KOKALA MAIGA.
    L’ÈRE DÉMOCRATIQUE N’A PAS SU ARRÊTER LES DÉRIVES DES MILITAIRES, MAIS N’EST PAS RESPONSABLE DE LA SITUATION ACTUELLE.
    Les militaires ont INITIÉ ET CULTIVÉ UNE MENTALITÉ qu’aucun pouvoir de l’ère démocratique n’a su ou pu enrayer.
    L’ESPRIT DE LA PRIMAUTÉ DES INTÉRÊTS INDIVIDUELS a été prôné par les jeunes officiers subalternes manipulés par le LAQUAIS de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F)HOUPHOUET BOIGNY.
    Il ne pouvait en être autrement car s’ils étaient animés de l’INTERÊT GÉNÉRAL, ils auraient compris que le coup d’État servait l’ennemi:LA FRANCE.
    Cet ESPRIT a fortement pénalisé l’ARMEE MALIENNE car il a fait installer UNE VÉRITABLE MAFIA ITALIENNE qu’aucun homme politique n’ose affronter.
    Le numéro deux du COMITÉ MILITAIRE DE LIBÉRATION NATIONALE (CMLN)Ministre de la défense et de l’intérieur KISSIMAN DOUNKARA à la tête d’un clan opposé à celui du président MOUSSA TRAORÉ, a bénéficié des retombées de la politique menée par MODIBO KEITA en URSS.
    La gestion du budget de fonctionnement de l’ARMÉE MALIENNE a suscité une querelle entre les deux clans.
    Le clan du président MOUSSA TRAORÉ a fini par l’emporter.
    Un clan seul s’emparant de “l’affaire”a amplifié les détournements car l’autre procédait par précaution car surveillé par le clan de MOUSSA TRAORÉ.
    Le clan dominé par la femme du président a fini par mettre en place la MAFIA qui pénalise actuellement notre ARMÉE.
    LA GRANDE ARMÉE DONT PARLE MOUSSA TRAORÉ EST CELLE MISE EN PLACE PAR MODIBO KEITA, MAIS MAL GÉRÉE PAR SES SUCCESSEURS.
    Ce sont les complices de MOUSSA TRAORÉ qui ont accompagné la révolution de MARS 1991 préservant leurs affaires.
    Il y a eu une réforme politique, mais jamais une réforme de l’ARMEE pour qu’elle soit celle du peuple.
    C’est toujours un CLAN qui la gère depuis les premières heures du coup d’État du 19 novembre 1968.
    TANT QUE CETTE GIGANTESQUE RÉFORME N’EST PAS FAITE,LA SITUATION RESTERA STATIQUE.
    IBK ayant fait le choix de travailler avec ce clan, on comprends pourquoi il est impuissant à sanctionner les dérives que tout le monde constate.
    Les sanctionner, c’est comme s’en prendre à son pouvoir.
    Le peuple doit se mobiliser pour libérer son ARMÉE de l’emprise d’un clan depuis le 19 novembre 1968.
    Les dates d’anniversaire de ce jour doivent servir à cette mobilisation.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  6. Moussa TRAORE par ignorance a détruit l’avancée du Mali pendant plus d’un siècle, mais ce qui fait mal et très mal, c’est qu’il y avait avec lui de grands intellectuels véreux et parmi eux existaient Alpha Oumar KONARE et ses acolytes dont entre autres: Djibril DIALLO grand ingénieur d’une école prestigieuse de la France, Sékou COULIBALY grand économiste de son état d’une grande université d’URSS de l’époque, Dr et Professeur Mamadou DEMBELE grand chirurgien d’une université de France, le Dr Ndji Idriss MARIKO grand homme de culture et de lettres, Nfanianama KONE grand agronome de son état, Boubacar SADA SY grand vétérinaire de son état, Mady DIALLO grand administrateur de ce pays, pour ne citer que ceux-là, la liste n’est pas exhaustive, ces grands cadres se sont mis à la disposition du dictateur pour remplir les poches en acceptant de laisser le pays dans sa déroute totale. GMT s’est fortement appuyé sur tous les grands intellectuels de ce pays pour détruire toutes les valeurs de notre société. Il ne faut pas perdre de vue que ces hommes et femmes se sont acoquinés avec ce dictateur pour hypothéquer la progression positive de notre pays pendant au moins un siècle. Quand dans un pays le leitmotiv des fils et filles se focalise uniquement sur sa propre richesse rapide, ce pays va directement dans la dérive totale, le malien d’aujourd’hui ne croit pas au travail bien fait sans penser à un gain immédiat, c’est ce qui détruit ce pays.
    Ce qui reste certain, le grand savant Albert Einstein a dit que “Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Fin de citation. GMT a mis à genou ce pays pour très longtemps, mais il n’était pas seul, c’est les grands élites du pays de l’époque qui l’ont soutenu très fortement, aujourd’hui ces hommes et femmes ont sur leur conscience cette déroute du Mali vers sa somalisation très bientôt.

  7. Moussa TRAORE par ignorance a détruit l’avancée du Mali pendant plus d’un siècle, mais ce qui fait mal et très mal, c’est qu’il y avait avec lui de grands intellectuels véreux et parmi eux existaient Alpha Oumar KONARE et ses acolytes dont entre autres: Djibril DIALLO grand ingénieur d’une école prestigieuse de la France, Sékou COULIBALY grand économiste de son état d’une grande université d’URSS de l’époque, Dr et Professeur Mamadou DEMBELE grand chirurgien d’une université de France, le Dr Ndji Idriss MARIKO grand homme de culture et de lettres, Nfanianama KONE grand agronome de son état, Boucar SADA SY grand vétérinaire de son état, Mady DIALLO grand administrateur de ce pays, pour ne citer que ceux-là, ils se sont remplis les poches en acceptant le pays dans sa déroute totale. GMT s’est fortement appuyé sur tous les grands intellectuels de ce pays pour détruire toutes les valeurs de notre société. Il ne faut pas perdre de vue ces hommes et femmes qui se sont acoquinés avec ce dictateur pour hypothéquer la progression positive de notre pays pendant au moins un siècle. Quand dans un pays le leitmotiv des fils et filles se focalise uniquement sur sa propre richesse rapide, ce pays va directement dans la dérive totale, le malien d’aujourd’hui ne croit pas au travail bien fait sans penser à un gain immédiat, c’est ce qui détruit ce pays.

  8. Le 19 Novembre 1968, c’est le jour ou le Mali a commence sa descnte aux enfers.
    Le 19 Novembre 1968, c’est la date du debut de la domination de l’obscurantisme au Mali.
    Le 19 Novembre 1968 au Mali a commence le regne de tous les mots de la societe:
    vol, viol, corruption, enrichissement illicite, prevarication, nepotisme. En 8 ans
    Modibo Keita n’a laisse aucun bien personnel (une maison en banco), mais des usines, des
    Societes et entreprises d’Etat, un pays digne et respecte.
    Aujourd’hui, que des apatrides s’enrichissant sur le bien public.
    Commwnt comprendre que le President du Mali soit mieux paye que le President de la Chine?
    Maliens reveillez vous

  9. 19 Novembre 1968, le jour ou la mort de la Republique du Mali a commence, journee sombre suivie des malheurs du peuple Malien jusqu’a nos jours!

Comments are closed.