Alpha Oumar Konaré : intox contre l'ancien Chef de l'Etat

0

Dans un organe de la place, une information (si ce n’est purement un intoxication de l’opinion) a été publiée, encore moins de vérification, à propos d’un prétendu mariage de l’ancien Président de la République, Alpha Oumar Konaré, avec la veuve de Baré Maïnassara qui fut président du
Niger. Selon l’organe, le couple serait en noces à Dakar. Que de mensonges!

A première vue, cette information relayée par certaines stations (radios) de la place relève d’une pure campagne d’intoxication visant un homme qui a dirigé le pays une décennie durant et qui continue de servir le continent au nom justement du pays. Cette campagne vise surtout un père de famille qui mérite le respect qu’exige notre société.

Il s’avère que depuis deux ans Alpha Oumar Konaré n’a effectué le moindre déplacement à Dakar. A moins que ce ne soit son sosie ou son ombre qui soit passé devant le maire. C’est dire que le prétendu mariage de Konaré n’a existé que dans certains esprits à Bamako. Dans leur entreprise diabolique, certaines personnes ne se privent guère d’attenter à la vie privée d’honnêtes citoyens. Alpha Oumar Konaré après tout ce qu’il a fait pour le pays mérite-t-il une telle campagne insidieuse ? Aux Maliens d’apprécier. Cependant, au-delà de Konaré, nos compatriotes et surtout la presse ont d’autres préoccupations que de se laisser divertir par des ragots. Au Mali, le débat doit sortir des égouts nauséabonds. Pour cela, nous autres médias avons une grande responsabilité. Malheureusement, ce rôle semble au dessus de la compréhension d’une certaine presse qui joue avec la vie privée des citoyens. Cette même presse contribue de jour en jour à ternir l’image de l’ensemble des médias.

Dans le même papier, l’allusion est faite à Mme Adam Ba Konaré, une dame qui depuis des années consacre ses efforts à sa Fondation Partage. Et malgré les insinuations et sabotages, rien ne détournera cette brave dame du chemin qu’elle s’est tracé depuis que le destin a amené son époux à assumer les hautes charges de l’Etat. A l’organe enfin d’apporter aux Maliens les preuves de ses insinuations et autres "révélations". Car sa crédibilité en dépendra largement.

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER