Après la sortie de Mme Sy contre les propos du Premier ministre : Le PARENA et l’ADEMA-PASJ ”donnent le la”

4

Suite aux propos du Premier ministre de la transition, Dr Choguel Kokalla Maïga contre les acteurs démocratiques qu’il a diabolisés, les déclarations ses multiplient pour le recadrer. Ainsi  après Mme Sy Kadiatou Sow de l’Adema association, c’est le tour du PARENA et de l’ADEMA –PASSJ de monter au créneau. Les deux formations politiques réagissent face aux attaques contre les acteurs de la  démocratie au Mali. Ils estiment qu’il est temps de mettre fin à ces propos qui ne feront pas avancer le pays.

Le PARENA a dénoncé les attaques du Premier ministre de la transition et celles du Porte-parole du M5 contre le cadre démocratique et républicain instauré au Mali depuis le renversement du régime de parti unique en mars 199. Pour le PARENA de Tiebilé Dramé ces attaques sont dues aux rancunes occasionnées par la fin du régime de dictature. Ce qui les fait remonter contre tout le régime démocratique. Jetant peu à peu les masques et cachant difficilement leur haine de la démocratie et du pluralisme politique, les héritiers du CMLN et de l’UDPM, que sont Choguel Maiga et Jeanmille Bittar, ont multipliė les déclarations provocatrices et les attaques frontales contre les acquis démocratiques obtenus de haute lutte et dont les tenants de l’UDPM ont été parmi les principaux bénéficiaires.

. Le Carré des Martyrs, le Pont des Martyrs, le Monument des Martyrs, la Pyramide du Souvenir sont, entre autres, des symboles indélébiles de la lutte héroïque du Peuple malien, pendant des décennies, pour sa dignité et pour la liberté. Hommage à ceux qui sont morts dans les cachots de la dictature, à ceux qui ont porté et qui portent les cicatrices indélébiles d’abominables tortures, aux déportés dans les bagnes du Sahara, aux exilés ! Devant les assauts répétés contre le cadre démocratique et républicain, contre la Constitution de 1992, contre les acquis de la révolution de mars 1991, les démocrates épris de liberté et de justice dans la diaspora, à Bamako et dans les régions sont prêts à faire front contre les velléités dictatoriales et liberticides du régime du M5.

Quant à Le Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) il constate depuis, comme le PARENA, un certain temps, que le Premier ministre actuel de la Transition, Dr. Choguel Kokalla Maïga et d’autres nostalgiques de la période révolue de la dictature et du parti unique ne cessent de pourfendre les acquis démocratiques arrachés de haute lutte dans le sang par le peuple du Mali rendus public par le parti des abeilles.

« Profitant des leviers du pouvoir de transition, le Premier Ministre actuel est en train de dévoiler, jour après jour, sa vraie nature revancharde contre le Mouvement démocratique. Les récents propos, lors de sa rencontre avec les notabilités traditionnelles et coutumières du pays en sont une parfaite révélation. Il martelait lors de ladite cérémonie que: « le seul et unique bilan que la démocratie nous a légués est la floraison des associations et des partis politiques » a déclaré le président de l’Adema-PASJ, le Professeur Marimatia Diarra

Le parti des abeilles estime que ces propos repris par des pseudo-démocrates qui profitent des libertés individuelles et collectives chèrement acquises par le peuple malien pour jeter l’anathème sur les acquis démocratiques.

« L’ADEMA-PASJ, Parti historique, héritier de la révolution de mars 1991, dénonce avec véhémence ces propos du Premier Ministre de la Transition et de certains nostalgiques de la dictature militaire incarnée par le Général Moussa Traoré et son parti unique, l’UDPM : propos que nous qualifions de malencontreux, d’inacceptables et d’insultes à la mémoire des martyrs de mars 1991. Au moment où le pays a le plus besoin de rassemblement de tous ses fils et filles à un tournant historique marqué par de multiples défis, de tels discours haineux et vindicatifs sont à bannir et à combattre sans concession aucune. Il précisé qu’il ne tolérera plus ces attaques » a mis en garde Professeur Marimatia Diarra

Enfin, l’ADEMA-PASJ lance un appel pressant et patriotique au Président de la Transition, Son Excellence, le Colonel Assimi Goïta, à jouer pleinement son rôle de garant de l’unité nationale et de la cohésion sociale dans un pays en proie à de multiples défis, gage de réussite de la transition.

Les deux formations politiques invitent le peuple malien à la cohésion afin de surmonter les défis de l’heure.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. dixit l’auteur de l’article « Le Carré des Martyrs, le Pont des Martyrs, le Monument des Martyrs, la Pyramide du Souvenir sont, entre autres, des symboles indélébiles de la lutte héroïque du Peuple malien, pendant des décennies, pour sa dignité et pour la liberté. Hommage à ceux qui sont morts dans les cachots de la dictature, à ceux qui ont porté et qui portent les cicatrices indélébiles d’abominables tortures, aux déportés dans les bagnes du Sahara, aux exilés !… » ; C’est cette gestion « monumentale » de AOK que je n’avais pas appréciée.
    En tout état de cause, si AOK, le PR socialo-communiste à la Trotski, avait opérationnalisé son paradigme politique de l’Agitprop de sa campagne présidentielle en 1992, dit « gestion consensiotale » (par consensus), il aurait eu des résultats appréciables autre que ceux, tape-l’œil, des monuments qui furent édifiés, de Kayes à Kidal.

  2. Dixit l’auteur de l’article « Le Carré des Martyrs, le Pont des Martyrs, le Monument des Martyrs, la Pyramide du Souvenir sont, entre autres, des symboles indélébiles de la lutte héroïque du Peuple malien, pendant des décennies, pour sa dignité et pour la liberté. Hommage à ceux qui sont morts dans les cachots de la dictature, à ceux qui ont porté et qui portent les cicatrices indélébiles d’abominables tortures, aux déportés dans les bagnes du Sahara, aux exilés !… » ; C’est cette gestion « monumentale » de AOK que je n’avais pas appréciée.
    En tout état de cause, si AOK, le PR socialo-communiste à la Trotski, avait opérationnalisé son paradigme politique de l’Agitprop de sa campagne présidentielle en 1992, dit « gestion consensiotale » (par consensus), il aurait eu des résultats appréciables autre que ceux, tape-l’œil, des monuments qui furent édifiés, de Kayes à Kidal.

    Sincèrement

  3. Franchement les animateurs de la démocratie ont déçu sur toute la ligne. Un président de la République qui, semble -t-il, a droit à 150 000 000 par mois, des responsables qui se donnent des primes entre eux. Donne-moi ça je te donne ça. Ayons honte et pitié de la République et des citoyens.

  4. Ce sont l’ADEMA ,le PARENA, le RPM, CNID, FARE, ASMA, etc… qui ont transforme la democratie Malienne en CLeptocratie et ont fait pire que Moussa Traore en mettant le tresor du Mali a genoux et en volant tout qu’ils pouvainet voler meme du budget des FAMA apres avoir passe leur temps a detruire cette armee nationale. Regradez-vous dans le retrovisuer de l’histoire pour comprendre nos responsabilites negatives sur le developpement politique et economique du Mali. Fini le partage du gateau-Mali et fini le wuruku wuruku, la politique vegetative est finie, nous savons que le belier blanxc a faim mais cette fois-ci il ne va pas brouter dans la prairie Assimi-Choguel-Diop etc un gouvernement de patriotes

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here