Au Mali, militaires, politiques et société civile cherchent une voie pour le pays

3

Durée de la transition dirigée par un civil ou un gradé, rétablissement de l’Assemblée nationale… Quinze jours après le putsch, de nombreuses interrogations demeurent.

Deux semaines après le coup d’Etat, le Mali se cherche un chemin. Dans les cercles politiques comme dans la rue, les spéculations sur l’identité de celui qui présidera la transition vont bon train, pendant que les discussions se nouent dans l’ombre.

Pour l’heure, afin de combler le vide, des militaires, inconnus du public il y a encore quelques jours, ont pris les rênes du pays, en attendant une solution discutée avec les partis politiques classiques et le Mouvement du 5 juin – Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), cette coalition citoyenne qui a emmené la contestation populaire depuis début juin.

Lire aussi  Au Mali, premier couac pour la transition promise par la junte

Choguel Maïga, membre du comité stratégique du M5-RFP, estimait d’ailleurs, à la sortie d’une rencontre avec les militaires en fin de semaine dernière, que le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), organe militaire qui a pris le pouvoir après la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK ») le mardi 18 août, et le Mouvement du 5 juin « sont les deux acteurs clés de la transition pour la mise sur pied d’un nouveau Mali ».

Pourtant, avant même de s’entretenir officiellement avec les leaders du M5-RFP, c’est vers les partis de la majorité que les membres du CNSP se sont tournés deux jours après la chute du pouvoir. Puis, samedi matin, le mécontentement est encore monté d’un cran quand le Mouvement du 5 juin a vu qu’il n’était pas invité à une première réunion où la junte avait convié les partis paris politiques. Pour éviter un couac, cette rencontre a même été ajournée à la dernière minute, les colonels prétextant des problèmes organisationnels.

Un « bourbier juridico-politique »

Pour l’heure donc, la junte en reste à des consultations bilatérales discrètes. L’une a bien sûr eu lieu avec Baber Gano, le secrétaire général du Rassemblement pour le Mali (RPM), parti fondé en 2001 par le président déchu « IBK », et le reste des partis traditionnels. Durant ce rendez-vous, Baber Gano aurait d’abord « condamné le coup d’Etat et demandé le retour à l’ordre constitutionnel », précise-t-il, avant d’avancer « la réflexion autour d’une feuille de route pour la transition », poursuit cet ancien ministre de l’intégration africaine. Mais là, « nous leur avons répondu que c’est à eux de montrer leur vision pour le Mali et, selon cette vision, nous apporterons notre contribution ».

………..LIRE LA SUITE SUR https://www.lemonde.fr/afrique

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. We hope this work to best interest of people of Mali. During this 3 year transition period those with sufficient academic credentials not necessarily college should be obligated to take training course on being a law maker if they desire to run for any elected government office as a law maker. That training should meet international requirements for what a law maker in a democracy should know. This is to ascertain likelihood of us having law makers who fully comprehend what it will mean if they are charged with corruption plus prosecuted to letter of law. In fact all politicians charged with corruption beyond a to be designated amount should be prosecuted to letter of law plus sentenced to prison with no chance of sentence being suspended. We must stop taking corruption lightly. To take corruption lightly as proven assure more corruption to much greater extent.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. Brave peuple Malien,
    Ayons le courage de:
    #De quitter la Cedeao et
    #Et de créer notre propre monnaie.
    La Mauritanie a quitté la Cedeao en 2000 et se porte mieuuuuuuuux avec sa propre monnaie.
    IL FAUDRA FOCALISER NOS IMPORTATIONS A PARTIR DE LA MAURITANIE QUI N`EST PLUS MEMBRE DE LA CEDEAO.
    ET PRIVILLEGER LES VOIES AERENNES .
    DES ACCORDS DE PARTENARIAT SERONT SIGNER SUIVANT DES DOCUMENTS SCELLES SUR LES ECHANGES AVEC LA CEDEAO QUE NOUS VENONT DE QUITTER D`EGAL A EGAL.
    Les groupements monétaires n`ont plus d`avenir/car il ya trop de contradictions dans la gestion des politiques y afférant.
    Le Royaume Uni a quitté l`Union Européenne pour cette raison.
    Pour beaucoup d`analystes l`union Européenne s`éclatera pour bientôt.
    L`Euro va disparaître très bientôt.
    La monnaie chinoise le Yuan est présentement une monnaie internationale d`échanges rien que par la force gestion limpide de leur économie.
    La valeur d`une monnaie reflète la gestion Economique du pays concerné.
    Le Nigeria bien que dans la Cedeao a sa propre monnaie ,le Ghana etc..
    C`est l`occasion unique pour que nous ayons le courage de prendre notre destin en main.
    Certaines puissances sont prêtes j`en suis sure A nous aider ,mais c`est a nous d`aller les voir.
    Nous n`avons plus le temps c,est le moment idéal de le faire pour notre indépendance et le bien être de nos populations qui ont assez souffert.
    La souffrance des pays Africains se résume en deux points
    #90% provient de la gestion calamiteuse de nos dirigeants.
    -Detournements de fonds
    -Utilisation abusive des bien de l`état/tous les véhicules de l`état doivent rester au service en dehors des heures de travail
    -Nous devons arrêter avec les bons de carburant une vraie hémorragie pour nos finances.
    -LE CONCOURS POUR LA FONCTION PUBLIQUE DOIT ETRE DESORMAIS GEREE PAR UN CABINET INTERNATIONAL POUR ARRETER AVEC LA VENTE DES POSTES ET LE FAVORITISME
    Etc.. Etc… Etc…
    #10% provient de la puissance coloniale
    -Il faut signer un nouveau accord de défense solide avec par ex la Russie.
    La puissance coloniale est arrivée A créer/ profiter /Alimenter les querelles internes Maliennes/cas du Nord et du centre etc…
    C`est plus que jamais le moment de prendre notre destin en main.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here