Lettre à grand-père

0

Cher grand-père…

Il est très facile de renverser un président, de dissoudre les institutions et les lois de la République. Il est très facile de rompre un processus démocratique. Il très doux de ne pas respecter les échéances démocratiques d’un pays. On peut le faire en rassemblant quelques hommes sans principe démocratique ou soit animés de haine ou de cupidité et en manipulant une population illettrée se faisant passer par un sauveur. Et en une seule journée, mettre fin à 20 ou 30 ans de chantier bâti. En une seule journée, faire écrouler tout un building d’ordre et d’Etat de Droit.

Mais cher grand-père, il est très difficile de rebâtir un Etat. De créer des institutions, de mettre en place un système et d’amener un autre régime démocratique. Cela est synonyme de mort pour soi. C’est pourquoi, elle est sacrée ‘’La DEMORATIE’’. Et il ne faut jamais essayer de la redresser par des coups de force mais par la science, la connaissance et un savoir-faire digne de femmes et d’hommes d’Etat.

Cher grand-père, la DEMOCRATIE est une culture. Un mode social de vie et d’exercice de pouvoir. Un mode rationnel d’avancer et de faire. La grande culture des religions. Celle-là qui accepte toutes les autres religions dans un respect et considération mutuelle. Cette culture qui offre à toutes et à tous la liberté, la protège et la préserve. Cette culture qui dit Oui à la volonté de la majorité et définit les modalités de voie d’actions pour le changement ou le contrôle du pouvoir sans viol ni violence. La DEMOCRATIE est un état d’esprit civilisé et élevé, un art qui existe entre les gouvernants et les gouvernés. Où force est à la Loi (volonté du peuple souverain) et que seul un juge touche à la liberté dans le respect de l’écrit (loi).

Cher grand-père, la DEMOCRATIE est un idéal. Un champ pensé et perfectionné pour que les contraires puissent vivre ensemble dans la légalité et l’égalité où la seule limite est la loi. Un champ où les armes imposent seulement la volonté écrite du peuple souverain et celle édictée d’un homme mortel soumis à ses passions et émotions. Elle enlève la force entre les mains du roi et la place au pied du peuple souverain. Ce dernier confie l’exercice à qui il veut dans un délai bien déterminé.

Cher grand-père, la DEMOCRATIE est aussi un pouvoir. Un système d’exercice du pouvoir par des institutions et des organes. Où chaque limite est définie et chaque maillon petit qu’il soit détient un rouage qui le rend indispensable au bon fonctionnement de la chaine. Elle veut que l’homme, sujet de passion, s’efface pour que vivent les institutions et les organes. Où les statuts et règlements desdits organes et institutions, établissent leur fonctionnement sans ingérence ni immixtion. Elle fait triompher la science, la connaissance et l’information face au pouvoir des armes. Toute une civilisation !

Oui grand-père, la DEMOCRATIE, c’est en elle que dorment les libertés les plus grandes et les plus qui font peur aux cultures de contrôles et de soumission. Elle est liberté, légalité et justice. Elle est la volonté du peuple. Si elle ne l’est pas, ce n’est pas elle. Faire en sorte qu’elle le soit partout où les urnes ont porté une femme ou un homme à l’exercice d’une mission en un moment donné. La DEMOCRATIE fait taire les contraintes pour faire vivre le libre choix.

L’idéal, c’est d’en reconstruire une, pour le Mali. Celle-là qui n’a plus connu de sève depuis 2002. Il faut tracer une DEMOCRATIE pour le Mali. Juste tracer et offrir à un régime légitime et légal de venir continuer le sentier à bâtir. La DEMOCRATIE est un model. Un idéal commun. A mardi prochain pour ma 115ème lettre. Merci !

Lettre de Koureichy

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here