Lettre à grand-père : Un référendum sans Kidal ?

0

Oui grand-père ! A chacun son problème ! A chacun son affaire ! D’autres veulent remplir le Stade du 26 mars pour le Oui de la constitution qui mettra fin à la constitution du 26 mars. D’autres cherchent leur part dans la part des sotrama à remplir le stade. A chacun son problème non ? La fête de Tabaski est proche, il faut Bazin et moutons. Tout le reste n’est que leurre.

Oui ! Oui grand-père ! Il faut réussir le pari. Remplir le 26 mars, une avant-preuve probante de la grande victoire du 18. Il faut des millions pour mobiliser car le Malien a montré ce qu’il veut lui. Ce qu’il cherche. Tout ce qui lui importe. L’argent. D’où que ça vienne et où que ça parte. Oui grand-père ! Il le faut. Quel que soit le coût ! On a mis notre amnistie, pardon l’avenir de notre Mali dedans.

Oui ! Il faut que ça passe pour le bonheur des Maliens. On a mis les libertés et les Droits dedans. On a cassé le pouvoir naturel du plus fort pour le pouvoir partagé, équilibré et institutionnel afin que le pouvoir arrête le pouvoir. Oui grand-père ! On a appris de nos erreurs. Le pouvoir extravagant du président et de l’exécutif, on l’a brisé entre (exécutif, judiciaire et législatif).

On a renforcé le contrôle et on a diminué le pouvoir du président. Et plus encore, cher grand-père, on a corrigé les failles de nos institutions et on les a renforcées. Aucun homme à lui seul, aucun clan à part ne pourra prendre en otage nos institutions. On a fait en sorte, qu’aucun président d’institution n’ait à devoir à un clan ou à une personne. Tout est institutionnel.

Maintenant grand-père, tout est fin prêt. Il reste Kidal. On a eu le mini référendum le 8 juin au stade. Echec. On aura le référendum le 16 et le grand est prévu le 18. Il faut les gagner tous les deux, mais il ne faut pas oublier aussi Kidal. Oui cher grand-père, le moustique du tympan. Ça ne caresse pas ! Ça ne gifle pas ! Kidal dit Non. Est-il possible un référendum sans une partie du territoire ?

Ce qui est sûr, l’article 118 alinéas 2, n’a pas bougé d’un iota même si beaucoup de Maliens (associations et partis politiques), ont opté et viré au Oui. Si Kidal dit Non et que le Non reste avant le 18, l’article 118 sortira du cercueil des Martyrs et dira Non à son tour. Oui cher grand-père ! Un referendum sans Kidal ne serait-il pas une déclaration de scission de fait ? Ou on doit se taire par patriotisme et laisser nos es bricoleurs  à bricoler aussi le referendum car il y a amnistie, pardon, l’avenir dedans.

A mardi prochain pour ma 202ème lettre. Inch’Allah !

 

Lettre de Koureichy

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!