Mot de la semaine : Inauguration

0
IBK à Kayes
IBK à Kayes

C’est dans une liesse  populaire qu’IBK a été accueilli à Kayes et à Médine Hawa Dembaya  lors de  l’inauguration de la centrale électrique « l’Albatros », parce que cet ouvrage  est d’une très grande utilité pour la région et pour le pays tout entier. Une semaine après cet heureux événement,  nombreux étaient  les Maliens à s’interroger  sur sa présence en France aux côtés d’Emmanuel Macron pour l’inauguration  officielle du Monument aux héros de l’Armée noire, le mardi 6 Novembre 2018. Ce déplacement en cette période très cruciale de la vie de notre pays en dit long sur l’indifférence des plus hautes autorités du pays à la crise socio-sécuritaire qui sévit au Mali.

Nul n’ignore  toute la  symbolique de l’événement qui s’est  déroulé à Reims en France  et auquel IBK a pris part,  pour le Soudan français, actuel Mali. Il est la consécration de la bravoure et de l’opiniâtreté des soldats noirs en général et ceux du Mali en particulier. Le Soudan français a  fourni le plus gros contingent des Tirailleurs sénégalais, mais aussi et surtout payé un lourd tribut pour la défense  de l’intégrité de la France lors de la première guerre mondiale. Mais aujourd’hui, le constat est que la France n’est pas reconnaissante, sinon elle n’allait pas fermer la porte aux migrants africains en général et ceux du Mali en particulier. Elle semble être derrière le machiavélique projet d’autonomie ou de fédéralisme  du Mali, afin de continuer à exploiter les immenses richesses.

Le Président de la République ne devrait pas aller à un événement, qui hormis son aspect historique, n’aurait aucune incidence positive sur le Mali. IBK devrait s’interdire de voyager en ce moment critique de la vie socio-sécuritaire, voire même politique du Mali, caractérisée par des grèves à n’en pas finir. Et cela dans tous les secteurs vitaux du pays, par une insécurité de plus en plus grandissante et une mise en œuvre de l’Accord qui semble avoir du plomb dans l’aile. Il ne devrait pas voyager à  l’instant – T  car les caisses de l’Etat sont vides et le gouvernement n’est pas capable aujourd’hui de faire un effort financier supplémentaire pour répondre  à la demande sociale de plus en plus pressante. Il devrait faire l’économie de ce déplacement pour rester à la cabine de pilotage, en bon commandant  du bateau Mali qui ne cesse de tanguer depuis le 4 septembre 2018 pour éviter qu’il ne chavire. Il y a péril en la demeure comme en témoigne cette excursion des djihadistes à moins de 200 km de Bamako, dans le cercle de Banamba.

Par ce déplacement et sa durée, à savoir près de dix jours, IBK vient d’étendre la longue liste des voyages qu’il a effectués et dont les avantages pour le Mali sont à chercher au microscope. Face à un ras-le-bol généralisé, chacun doit savoir raison garder en renonçant à ses plaisirs pour sauver le grand Mali.

Youssouf Sissoko

youssouf@journalinfosept.com

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here