Collectif des 44 partis politiques pour un fichier fiable et consensuel : Le double jeu d’IBK et de Soumaïla Cissé

0

Alors qu’au sein du gouvernement, ils participent pleinement à l’organisation des élections générales de 2012, le RPM d’Ibrahim Boubacar Keïta et l’URD de Soumaïla Cissé encouragent aussi le blocage du processus. Envoyant au front de la contestation au sein du regroupement des 44 partis politiques de second couteaux à l’instar de  Nancoma Kéita et de Mahamadou Sissoko comme lors de la conférence de presse au Centre international de conférences de Bamako le  lundi dernier, ces deux candidats qui revendiquent tous les deux le bilan d’ATT, jouent au double jeu sans en assumer la conséquence à l’instar d’Oumar Mariko qui a préféré ne pas entrer au gouvernement pour jouir pleinement de ses droits de critique.

 Le RPM et l’URD étaient le lundi dernier les principaux animateurs de la conférence de presse organisée par le Collectif des 44 partis politiques pour un fichier fiable et consensuel pour dénoncer ce qu’ils ont appelé la non prise en compte de leurs préoccupations et suggestions par le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locale.   A l’issue de la réunion du 19 août 2011 des 43 partis oeuvrant pour un fichier électoral fiable et consensuel,  reconnaissaient à l’unanimité  que  le Matcl n’a pas tenu compte des propositions des partis politiques ; que les partis politiques doivent se donner tous les moyens et voies de droit pour se faire entendre, faire prendre en compte leurs propositions et stopper l’évolution solitaire et unilatérale du Matcl , ont-ils décrié dans une déclaration commune. Les représentants du parti d’IBK et de Soumaïla Cissé,  l’ancien ministre Nancoma Kéita et Mahamadou Sissoko de l’Urd ont partagé la position de l’opposition qui continue à rejeter la tenue du référendum à  cause des contraintes des délais, surtout l’impossibilité de tenir un référendum 6 mois avant l’élection présidentielle de 2012. Un revirement pour ces partis qui sont de ceux-là qui ont acclamé des deux mains le passage du projet de texte des reformes devant l’Assemblée nationale. Les familles d’IBK et de Soumaïla Cissé soufflent ainsi le chaud et le froid, un double jeu qui cache mal leur manque de conviction et confirme fortement leur seule ambition de gagner la présidentielle de l’année prochaine quelle que soit la manière.

 

 


 AKM

Commentaires via Facebook :