Conseil National de transition : le Règlement intérieur adopté par 99 conseillers sur les 120

4

Les membres du Conseil National de Transition se sont réunis ce jeudi au centre international de conférence de Bamako sur la validation du projet de règlement intérieur proposé par la commission ad-hoc. Ces travaux dirigés par le colonel MaliK Diaw ont porté sur les débats, observations et amendements de ce texte relatif à l’organisation et le fonctionnement du CNT, la procédure législative, le contrôle parlementaire et les dispositions diverses. C’est ce vendredi juste après les corrections des coquilles et des imperfections que ce texte a été adopté par une majorité écrasante de 99 conseillers sur les 120 que composent actuellement la structure .

Dans ce texte adopté, le CNT comprend un président, six vice-présidents, deux questeurs et six secrétaires parlementaires. La composition du bureau définitif de cet organe a été arrêté à dix commissions générales.

Chacune de ces commissions sera composée de onze membres sauf celle des Finances, de l’Économie, des Lois constitutionnelles, de la Législation, de la Justice, des droits de l’Homme et des institutions de la République et de celle de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réconciliation nationale.

Parmi ces dix commissions il y a entre autres celle des Travaux publics, du domaine et des transports , du développement et de la solidarité, de la Défense nationale, de la sécurité et de la protection civile, des Affaires étrangères, des Maliens de l’extérieur et de l’intégration africaine, de l’énergie et de l’eau et celle de la Promotion de la femme, de la famille, de la protection de l’enfant, de la jeunesse, des sports, du travail et de l’emploi.

Après la validation de ce texte, le document a été aussitôt envoyé à la cour constitutionnelle pour un contrôle de conformité à la charte et à la constitution.

En attendant ces examens et vérifications du contrôle de constitutionnalité de ce règlement intérieur , le Conseil national de transition reste pour le moment très critiqué par la classe politique, la société civile et surtout par le mouvement contestateur du M5RFP.

Cette contestation pourrait ,selon certains experts, entacher la légitimité des décisions de cet organe de la transition notamment celles qui pourraient survenir sur les grands dossiers comme la révision de la constitution et d’autres importantes reformes administratives.

Source: studiotamani.org

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. I know 2 key organizations are still missing thus we should expect continued mediocre performance by government but likely to more efficient extent that will be passed off as progress. Change will not be meaningful thus not progressive.
    Two key elements missing are People Development Army that could closely work with government entities controlling conditions relevant to women, families, children, employment, education, job training, child protection, gender violence, culture events plus sports. These are condition that duly managed for better change way we live. If we like living in shit hole country we do not need People Development Army but if want better living plus willing to work for it we need People Development Army. We also need one party democratic political system that even at worst of times may keep government on track to ultimate goal of upgrading living conditions to perpetual world class modern living with security throughout every inch of Mali.
    Although it is early for CNT members of transitional government there is indication we are losing sight of ultimate goal so all may be like incompetent corrupt Malian politicians of past. If this was not so immunity for CNT members would not exist. That immunity is despicable plus irrefutable evidence CNT members if not already doing so will commit many many criminal acts of corruption.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. AW BE’ KA SABALI!!!! AUX YEUX DE LA CONSTITUTION, LE CNT N’EXISTE PAS! LE REGLEMENT INTERIEUR VOTE’ N’A DONC AUCUNE LEGITIMITE’! POUR LA COUR CONSTITUTIONNELLE , LA CHARTE N’EXISTE PLUS!!! VOUS NE POUVEZ PAS PARLER DE CONSTITUTION TOUT EN MAINTENANT DES INSTITUTIONS ILLEGITIMES ET ILLEGALES!!!!

  3. Le Mali doit aller de l’avant car Choquel n’est pas plus legitime que Diarassouba! Tout le contraire car Diarassouba a elu et proprement elu lors des legisltives recentes et Choguel pas!.

    • Mieux que cela, si IBK avait laissé l’Assemblée Nationale élire librement Diarassouba comme Président, le Mali n’allait pas tomber si bas, même si IKB démissionnait, Diarassouba allait être nommé Président par Intérim pour organiser les élections. Choguel n’est pas intelligent, il pense que les Maliens ne lui pas donné la change et observé.

Répondre à LE ROI BITON DE SEGOU Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here