Contexte politique très tendu : Le président IBK dans la tourmente

97
Résolution de la crise du septentrion : Ladji Bourama perd les pédales ?
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta

Après deux ans d’exercice du pouvoir, le Président Ibrahim Boubacar Keita celui-là même qui, jusqu’au soir du 11 Août 2013, fulminant un rêve de destin national, croyait sa victoire volée à l’issue des élections de 2002et de 2007, a – t-il finalement compris qu’un bon Premier ministre n’est pas forcément un bon Président de la République ? La question s’impose aujourd’hui face aux aléas et autres incongruités qui assaillent son régime. Un régime atypique qui, bien qu’ayant débuté dans un contexte assez particulier condensé à un adoubement aveugle à la posture du Premier ministre poignant doublé de Kenkélétigui que fut l’homme IBK,  comme seul capable de faire remonter la pente Mali, n’aura pas mis trop de temps pour devenir une déception nationale !

Volonté de paraitre ce qu’on n’est pas, ou dessein inavoué de tromper le peuple, les inconséquences et autres travers du régime en place, tout comme de celui qui l’incarne, sont tellement si justes qu’il devient impossible de démentir l’ancien Président de la République Alpha Oumar Konaré. Quand ce dernier, en quête d’un dauphin pour non seulement perpétuer l’hégémonieAdema, mais aussi pour assurer ses arrières, disait qu’Ibrahim Boubacar Keïta pouvait être un bon Premier ministre mais pas forcément un bon Président de la République …..

En effet, élu en grande pompe pour gérer la crise du Nord et remettre le pays sur  les rails, le Président IBK peine à donner satisfaction à son peuple malgré une certaine accalmie sur le terrain. La situation au Nord n’a jamais été aussi confuse ainsi que la situation socio-économique du pays. Tout semble si faussement parfait que les Maliens sont dépassés. Tant le fossé entre le discours et la réalité est aussi profond que le malaise social est grand ! Un climat social tendu réchauffé à intervalle régulier par l’opposant Tièbilé Dramé devenu depuis un ennemi à abattre. Tièbilé a beau fait de devenir un fouineur invétéré et un empêcheur de tourner en rond, aurait-il pu avoir à redire si le régime en place ne lui donnait pas l’opportunité de le faire ? Le problème ce n’est pas Tièbilé Dramé encore moins ses congénères de l’opposition devenus des cibles  à abattre, des ennemis de la patrie, des «  petits messieurs », mais plutôt le Président IBK et sa majorité. Une majorité de façade guidée par des intérêts particuliers qu’il faudra redéfinir pour aujourd’hui sauver le soldat IBK, de qui tout va et à qui tout revient. Les problèmes sont si énormes que le fardeau devient trop lourd à supporter par le président IBK. Voir ses amis lui secourir sans ménager ni leur temps, ni leur énergie, encore moins leurs bourses, c’est peut-être ce que IBK aura de tout temps envié et qu’il envie encore aujourd’hui du Président ATT ! Toute chose qui lui manque, et qu’il n’a de cesse arrêté de demander  à ses « amis ». Et le tourment continue, en entendant le réveil de la majorité présidentielle. Triste sort pour celui qui se voulait le « Président de tous les Maliens » !

Salif Diallo

PARTAGER

97 COMMENTAIRES

  1. Je pense à mon pays ! Aidons ibk même s’il a fait l’erreur de laisser Moussa MARA qui était vraiment intégre et travailleur

  2. Depuis l’arrivée de IBK,nous les maliens,savons que nous sommes sur la route du développement et du retour à la normale.Nous savons aussi que c’est ce président qui peut permettre au mali de revenir sur la scène internationale.Merci président et courage.Ton peuple te soutient. 😀 😀 😀

  3. La raison principale de votre haine contre le pouvoir IBK est le fait que ce pouvoir travaille pour le bien de la population malienne.
    Pour cela vous passez par de journalistes vendus pour essayer de salir cet homme qui est un véritable travailleur.
    Mais sachez que le peuple malien est au courant de votre manigance et nous ne lâcheront jamais notre président. 😛 😛 😛

  4. Monsieur DIALLO, vous êtes plus doué dans le mensonge que dans l’information.Quand vous dites que La situation au Nord n’a jamais été aussi confuse ainsi que la situation socio-économique du pays.
    Envoyez moi des preuves de ce gouffre socio-économique.Cela m’étonnerais que vous pussiez me les envoyer car notre pays se porte bien financièrement et économiquement.

  5. Monsieur le journaliste,arrêtez de nous distraire.
    Nous les maliens savons que IBK travaille pour notre bien être et nous le soutenons das son objectif. :mrgreen: :mrgreen:

  6. Mon cher Diallo, lorsque vous dites que l’ex-chef d’Etat Alpha Oumar Konaré disait: je cite ” qu’Ibrahim Boubacar Keïta pouvait être un bon Premier ministre mais pas forcément un bon Président de la République”.
    Je vous dis,Si le Mali était dans le trou avant 2013, je dirai qu’il ne l’est plus et ne risque pas de le devenir après IBK sauf si son successeur dilapide son œuvre.
    Si le Mali risquait de perdre sa dignité en voyant son territoire divisé en deux, je dirais qu’il a retrouvé cette dignité grâce à l’arrivée d’IBK et ne risque plus jamais de revoir cette crise jusqu’à la fin des temps sauf si son dauphin dilapide son œuvre. Enfin, je vous dit qu’IBK fut un bon premier ministre dans le temps et démontre aujourd’hui qu’il est un bon président contrairement à ce que d’autres personnes ont dit par le passé.

  7. IBK a redoré le blason du Mali à l’étranger tout comme ici au Mali ; la dette du mali a été apurée grâce à cet homme et vous osez dire qu’il n’a rien fait ?
    Quelle énormité !

  8. La réaction de ces journalistes vendus ne me surprend pas du tout.Ils agissent selon ce qu’on leur commande d’écrire et s’ils ne le font pas ils risquent de mourir de faim.
    Espèce d’affamé… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  9. IBK a eu en héritage un Mali complètement couché mais il s’est battu et continue de le faire d’arrache-pied pour que le pays avance.
    Des projets de développement que personne n’est censé ignorer sont en train d’être mis en œuvre pour le bien-être des populations de ce pays.

  10. L’exigence de transparence dans la gestion des affaires publiques est devenue une réalité avec le mouvement de démocratisation et la volonté des autorités de réaliser des résultats économiques en termes de développement, ont constitué les faits déclencheurs de ce combat contre le crime économique. Vraiment IBK est à saluer.

  11. Cher journaliste de pacotille,si vous n’avez rien à dire taisez vous.
    Les maliens savent que les deux années de gestion de IBK sont largement positives.
    Dans ce laps de temps il réussi obtenir la signature des groupes rebelle pour la paix et a entrepris beaucoup de chantiers qui sont visibles de tous les maliens.
    Merci Président et sache que tu as notre soutien. 8) 8) 8)

  12. La lutte contre la corruption qui gangrène l’économie malienne depuis des années a connu un coup d’accélérateur au cours des années passées, mais avec l’arrivé d’IBK, ce phénomène commence à prendre fin.

  13. IBK a accentué la démocratie au Mali, il fait la fierté du Mali. C’est grâce à lui on est en phase de réconciliation et de la paix.
    IBK est le meilleur, la solution, la référence, l’image de la paix.

  14. La population Malienne doit soutenir le président de la république, car il souhaite le bonheur de toute la population, seuls les détracteurs et les ignorants dirons le contraire, tout le monde sait le travail abattu par IBK depuis qu’il est au pouvoir.

  15. En 2 ans de gouvernance 14 116 emplois ont été créé du 1er janvier au 31 juillet 2015 et 71 652 emplois durables ont été générés par les activités économiques sur l’étendue du territoire national, soit 36% de la promesse du Président de la République.

  16. Les bons maliens savent que la gestion de IBK n’est pas une une mauvaise gestion.
    C’est ce président qui fait tout ce qui humainement possible pour que le malien sente à l’aise dans son MALI.
    Merci président et sachez que tous les maliens sont avec vous. 😛 😛 😛

  17. Des centrales photovoltaïques associées au diesel ont été installées à Nara, Diéma et Ansongo. Des résultats significatifs ont été obtenus dans le domaine de l’électrification rurale avec la réalisation de 14 centrales hybrides solaires/diesel d’une puissance totale de 283 kW.
    IBK l’a fait.

  18. Encore des articles nuls comme le journaliste qui le publie.Mr DIALLO, je m’interroge si vous êtes réellement un journaliste.Parce que je peux pas comprendre que vous prenez de longues heures à rédiger un article rien que pour ternir l’image du président.Si vous manquez d’inspiration, taisez vous au lieu de raconter des balivernes à la population.
    Ayez quand même un minimum de foi pour reconnaître le travail abattu par IBK. Cela n’enlèvera rien en vous. Le Mali a besoin de tous pour son renouveau.

  19. Le chef de l’Etat a pris l’engagement de mettre à la disposition du Développement rural 15% des budgets du pays en application de la déclaration de Maputo, qui invite les pays y adhérant à consacrer 10% de leurs budgets à l’agriculture.
    En 2015, 7 mines d’or sont entrées en production avec un taux de croissance de 5,8% de croissance.

  20. IBK et son gouvernement ont amélioré la situation car le salaire minimum inter professionnel garanti a été porté à 35 000 F CFA en janvier 2015. Il sera de 40 000 F CFA en janvier 2016. Les traitements indiciaires des fonctionnaires et les salaires de base du personnel de l’Administration relevant du code du travail, du personnel enseignant contractuel de l’Etat et du personnel enseignant contractuel des collectivités territoriales sont majorés de 10%, 3% et 7% respectivement à compter du 1er janvier 2015, du 1er janvier 2016 et 1er janvier 2017. Le taux des allocations familiales est porté à compter du 1er juillet 2015 à 3 500 F CFA par mois et par enfant et 4 000 F CFA par mois et par enfant vivant avec un handicap.
    Ce qui n’était pas le cas avant lui.

  21. Enfin, une autre preuve qui démontre que certains journalistes de la place notamment Diallo n’écrivent plus dans le souci d’informer le peuple, mais plutôt désinformer celui-ci et mieux de salir le président démocratiquement élu.
    Que c’est regrettable et même pitoyable pour notre pays qui a besoin qu’on soit soudé autour du président pour qu’il sorte le pays de sa léthargie.

  22. Quant au régime d’IBK, on assiste à une réalité concrète c’est que l’Etat fonctionne à cent pour cent. Il y a certainement des insuffisances, mais beaucoup a été fait. Il n’y a pas plus aveugle que celui refuse de voir.

  23. C’est peu dire qu’IBK a un carnet d’adresses bien fourni. Il est proche d’Alpha Condé , qu’il a connu lors de ses études à Paris. C’est également un intime du président nigérien Mahamadou Issoufou, avec lequel il partage la même fermeté face aux rebelles touaregs. À travers son parti, le Rassemblement pour le Mali (RPM), membre de l’Internationale socialiste, IBK a aussi tissé des liens avec de nombreux responsables français et européens. Maniant habilement la langue de Molière, il connaît bien François Hollande et son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.
    D’où les relations qui lient la France au Mali ne sont pas du hasard.
    VIVE IBK

  24. Le peuple Malien savait réellement lors de l’élection présidentielle qu’IBK était la solution à nos problèmes. Le gouvernement d’IBK est meilleur comparé à celui d’ATT.
    IBK est la solution comme il a si bien dit lors de l’élection.

  25. IBK gère son pour pouvoir avec toute la sérénité possible.Il n’a aucune pression et n’est dans aucun tourment.Je sais que c’est bien votre souhait,mais il n’en est rien et il n’en sera rien. 8) 8) 8)

  26. Monsieur Diallo, il semble que vous excellé plutôt dans le mensonge que dans le journalisme.Oui je vous comprends parfaitement, car des ennemis du peuple vous ont tiré dans une misère qui avait atteint son paroxysme que vous vouliez leur faire plaisir en dénigrant les prouesses réalisées par IBK.
    Malheureusement, c’est peine perdue car le peuple est le mieux placé pour apprécier cela.
    Je vous recommande de retourner à la terre car elle nourrit son homme, et ce métier de journaliste ne vous convient pas.

  27. Quelque soit ce que vous allez raconter,IBK continuera de travailler pour le bonheur de son peuple.
    Merci président pour votre abnégation et vive le Mali… 8) 8) 8) 8) 8)

  28. Au vue de tout ce que mon cher Diallo vous aviez dit, je retiens deux choses à savoir:
    Vous n’êtes pas un citoyen Malien même si vous l’êtes, vous manquez d’information;
    Vous ne vivez pas sur le territoire Malien.
    C’est dommage mon cher, mais les Maliens sont fiers du travail abattu par leur président en deux ans de gestion.Et nous croyons en lui…

  29. Monsieur le journaliste, pour vous le bilan d’IBK est très catastrophique.Je vous dirai que non parce qu’en deux ans, il a su redorer le blason et donner espoir au peuple Malien.En plus, il était l’homme providentiel pour sortir le Mali de la crise.

  30. Après un début de carrière dans l’aide au développement, IBK découvre la politique en 1992, couvé par un certain Alpha Oumar Konaré (AOK, ancien président malien). Il sera successivement son directeur de campagne, son conseiller diplomatique, son porte-parole, son ambassadeur, son ministre des Affaires étrangères (1993-1994), et enfin son Premier ministre pendant six ans (1994-2000). IBK sera ensuite président de l’Assemblée nationale sous Amadou Toumani Touré, entre 2002 et 2007.
    Alors chers journalistes et opposants IBK connait la politique malienne mieux que vous .
    Alors arrêter de dire qu’un bon premier ministre ne peut pas être un bon président.

    • En 1958, le jeune Ibrahim Boubacar Keïta, 13 ans, remporte le concours général organisé par les Français dans chacune de leurs colonies. Il gagne un aller simple pour Paris, où il suit ses études secondaires au prestigieux lycée Janson de Sailly. Pensionnaire, il se rendait les week-ends dans une famille d’accueil où séjournait aussi Martine Aubry, ancienne ministre et ex-Premier secrétaire du Parti socialiste français (PS). Pressé par sa mère, IBK retourne ensuite au Mali et finit sa scolarité au lycée Askia Mohamed de Bamako. Le bac en poche, il s’inscrit à la faculté des lettres de l’université de Dakar, puis à la Sorbonne, à Paris, où il effectue une maîtrise d’histoire. Également diplômé en relations internationales, il est, après ses études, chargé de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
      Sachez que le peuple connait bien IBK et sachez aussi qu’on ne prend pas n’importe qui pour diriger le pouvoir il est très intelligent et pragmatique

      • IBK a plusieurs surnoms. Ses partisans l’ont baptisé « Kankeletigui » (« L’homme qui n’a qu’une parole », en bambara). Un sobriquet que l’intéressé se plaît à mettre en avant lorsqu’il accomplit ses promesses.
        Tous ce qu’il a prévu pour le mali il le prouve et prouve.

  31. Mr Salif Diallo, nous savions que vous êtes nourri et blanchi par des ennemis du Mali rien que pour salir et même saboter les bonnes œuvres d’IBK. Mais c’est peine perdue car nous peuple, avions conscience du changement apporté par IBK en seulement deux ans à la tête du pouvoir.Et nous savions qu’avec lui nous allons atteindre le développement tant souhaité.

  32. Cher journaliste de mauvaise langue,vous tentez là quelque chose d’impossible contre IBK. Vous. voulez faire croire à la population que la gestion du Président est un échec.Mais lui il n’a pas besoin de parler car son bilan est en sa faveur. 😆 😆 😆 😆

  33. IBK voulait être le président de tous les maliens et il l’est effectivement.Sauf des personnes de mauvaise foi,tous les maliens savent que IBK n’a jamais trahi sa promesse.
    Vive le Mali… 8) 8) 8)

  34. S’il n’a pas encore confié qu’il y pensait chaque matin en se rasant, IBK lorgnait depuis de nombreuses années sur le fauteuil de président. Avant la présidentielle victorieuse de 2013, IBK avait déjà tenté sa chance deux fois, en 2002 et 2007, battu à chaque fois par Amadou Toumani Touré. Cette année, IBK a confié sa communication une agence , qui avait accompagné Alassane Ouattara vers la victoire. « Kankeletigui » a notamment bénéficié des conseils personnalisés de la coach mental Stéphanie Tchibanda. Cette franco-angolaise de 38 ans, installée à Abidjan, commence à se faire un nom auprès des décideurs politiques et économiques ivoiriens.
    Et depuis l’installation de IBK sur le fauteuil présidentiel le mali est fier de lui sauf quelques opposants assoiffés du pouvoir qui payent les journalistes pour faire taire les pour efforts et travaux qu’IBK fait pour de developpement du mali

    • IBK se définit comme un « musulman cartésien ». Pratiquant, il prie régulièrement, se rend à la mosquée tous les vendredis et a fait le pèlerinage à La Mecque, cinquième pilier de l’islam. Proche de Mahmoud Dicko, président de l’influent Haut conseil islamique du Mali (HCIM), IBK est officieusement soutenu par de nombreux chefs religieux du pays. Ponctuant régulièrement ses phrases d’ « inch’ allah » en privé, il inclut souvent des versets coraniques dans ses discours.
      Alors que pensez vous de lui journaliste!!!!
      Le peuple sait que IBK en plus d’être un bon musulman il travaille dur pour la stabilité socio économique du mali
      IBK travaille!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  35. Derrière ce redoutable politicien se cache un homme courtois, cultivé et posé, élevé dans les meilleurs établissements parisiens et bamakois. Jamais avare d’une bonne formule, ce francophile au langage soigné entretient des relations intimes avec de nombreux responsables politiques africains et français. IBK a gardé, de ses virées en boîtes de nuit parisiennes lorsqu’il était étudiant, la réputation d’un bon vivant un peu dilettante. Ancien karatéka, il a rangé son kimono il y a quelques années et occupe désormais son temps libre à la lecture ou aux voyages. Avant qu’il ne prenne officiellement ses fonctions de nouveau chef de l’État malien, découvrez les différentes facettes d’IBK grâce à notre portrait interactif.
    IBK dirige un mali en voix de renaissance et malgré vous trouvez toujours des choses à dire pour mettre de l’huile sur le feux.

  36. Pour ma part le Président IBK est à féliciter et à encourager car en deux ans, il a fait un travail remarquable et excellent sachant bien qu’il a hérité d’un pays complètement au gouffre.Chapeau IBK!!!

  37. Ibrahim Boubacar Keïta, plus connu de ses compatriotes sous le surnom d’IBK, va certainement devenir le nouveau président élu d’une République malienne convalescente. De sa passion pour le karaté à son carnet d’adresses bien fourni en passant par ses (folles) années étudiantes à Paris, Je vous invite à faire plus ample connaissance avec le nouvel homme fort du Mali en vous renseignant très bien sur lui et son gouvernement avant de divulguer des informations douteuses chers journalistes.

    • pour moi absalon IBK est un vieux routard de la politique malienne. Il a été successivement ministre des Affaires étrangères, Premier ministre, puis président de l’Assemblée nationale. Lundi 12 août, Soumaïla Cissé, son rival au second tour du scrutin présidentiel qui s’était tenu la veille, a reconnu sa défaite, avant même la publication officielle des résultats. Après ses échecs aux présidentielles de 2002 et 2007, où il avait été battu coup sur coup par Amadou Toumani Touré, IBK va enfin accèder enfin au palais de Koulouba avec beaucoup de patience , d’effort et de courage

  38. Nous devons de loin vraiment avec la crise socio-politique qui avait affaiblit toute l’économie est enfin un mauvais souvenir dans le bonheur de tout peuple

  39. Toujours selon le FMI, le taux de croissance prévu pour 2016 s’établirait à 5,4 %. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le rétablissement progressif de la sécurité

  40. inShare0

    Après avoir été ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Eau en 2008, j’ai pris la tête de l’hôtel des finances en janvier dernier. Dans un contexte particulièrement difficile pour le Mali.
    À lire aussi
    Mali : 300 millions d’euros d’aide supplémentaires de la France

    Mali : 300 millions d’euros d’aide supplémentaires de la France

    Ma première tâche a été de restaurer la confiance entre mon ministère et les acteurs économiques de mon pays, ainsi qu’avec ses partenaires extérieurs. Pour cela, j’ai rapidement dû prendre des mesures vigoureuses pour rendre la gestion des finances plus crédible en accroissant la mobilisation des ressources, à travers des réformes fiscales et la lutte contre la fraude ; en réduisant dans le même temps les délais de paiement et en réglant les arriérés de l’État.

    Autant de réformes qui ont apporté une bouffée d’oxygène à notre économie. L’annulation des 45 milliards de F CFA [68,6 millions d’euros] de dette avec la France, le retour de l’aide au développement, ainsi que la signature de nombreuses conventions de financement portant sur la réalisation d’un grand nombre de projets illustrent ce retour de confiance de nos partenaires.

    Le compte courant de la balance des paiements s’est considérablement amélioré ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compétitivité de l’économie malienne

    Grâce à cette politique volontariste, le Mali a connu un taux de croissance de 7,2 % en 2014, et les chiffres attendus pour 2015 sont du même ordre. Cette croissance est d’autant plus profitable aux plus pauvres que la hausse des prix à la consommation est sous contrôle. Les principaux indicateurs macroéconomiques suivent une tendance encourageante. Et les finances publiques ont recouvré leur santé. En ce qui concerne les opérations avec l’extérieur, le compte courant de la balance des paiements s’est considérablement amélioré ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compétitivité de l’économie malienne.

    L’ensemble de ces opérations a bénéficié du soutien du secteur bancaire aux différents acteurs économiques. Les crédits à l’économie, en constante hausse, atteignent un encours de 1 576,5 milliards de F CFA. Soit une hausse de 8,1 % en un an. En plus de s’appuyer sur un secteur bancaire solide, le ministère souhaite élargir l’accès au crédit en lançant un vaste programme de relance de la microfinance

  41. Une opposition qui cherche coute que coute à mettre des bâtons dans les roues du pouvoir. Ils voient le mal partout et n’ont jamais tenter d’apporter de bonnes initiatives , des propositions de gestions

  42. C’est cette même opposition qui injurie le président à toutes les occasions
    IBK est pragmatique, il fait du tic au tac et passe à autre chose car les chantiers sont vastes alors de quoi à s’emmerder avec des petits messieurs

  43. C’est une opposition immature, irresponsable et sans visage donc de quoi peut-on attendre d’une telle opposition.
    Il faut avoir l’amour pour son pays sinon vouloir saboter une visite d’état

  44. Il n’y a pas d’opposants au Mali seulement des assoiffés qui agissent à leur intérêt personnel non au nom du personnel. Le cas TIEBILE est fini avec IBK, il pense au développement du pays plutôt qu’à un homme qui n’en vaut pas la peine

  45. le Président Ibrahim Boubacar Keita, a hérité d’un pays anormal, un pays exsangue, un pays économiquement, socialement et financièrement à terre, des faits de l’invasion jihado-terroriste, de la gestion calamiteuse d’une junte ayant fait irruption sur la scène politique à la faveur de la gestion chaotique des affaires publiques d’un règne corrompu et mercantiliste. Pour ne rien perdre de vue, un pays réduit à sa plus petite expression où absolument tout est prioritaire.

  46. Ces journalistes manquent d’informations ou du moins refusent d’apprécier le travail du président. Il y a d’énormes choses qui ont été faites pour ce pays en matière d’économie, politique, d’infrastructures. Le pays est en chantier effectivement comme il l’avait promis

  47. OFFENSE AU CHEF DE L’ETAT: ET SI LES PYROMANES SE TAISAIENT

    On a cru vider la polémique autour du contentieux politique, né des propos d’IBK contre Tiébilé Dramé, le président du Parena, qu’il a qualifié de « petit monsieur », pour avoir osé saboter la visite d’État qu’il a effectuée en France, mais c’était sans compter avec l’aversion débordante de ces pyromanes impénitents qui ont bien repris du service. Un véritable lynchage par procuration…

    Désormais, aucun doute n’est permis que des pyromanes incurables reprennent du service : IBK n’a toujours pas de répit plusieurs jours après la révolte de l’opposition contre lui pour avoir traité Tiébilé Dramé, président du Parena, de « petit monsieur », lequel a voulu saboter la visite d’État qu’il a effectuée à Paris. C’est à la faveur d’une nouvelle et virulente diatribe, émanant, cette fois-ci, d’un allié politique, de surcroît membre du C E de l’Adéma, relayée à grands renforts médiatiques, contre le Président IBK. Un véritable lynchage politique, aussi disproportionné que vindicatif, qui n’apporte rien, absolument rien, au débat politique. Sauf qu’à attiser une polémique stérile dont on a vite fait de croire que les effets se sont estompés. En se comportant comme ils le font, certains jouent simplement à l’ouvrier de la 25e heure.

    L’indiscipline
    En bonne discipline politique, comme on en rêve dans une parfaite culture démocratique, un tel responsable politique, allié de la majorité présidentielle, qui se fend d’une aussi haineuse et inappropriée attaque contre le président, aurait eu sa dose de sanction, ou de rappel à l’ordre, de la part de son parti d’origine qui, pour une question d’éthique, n’aurait aucun choix que d’agir ainsi. Mais hélas ! Autre temps, autres mœurs : le combat par procuration a miné les valeurs démocratiques dans ce pays et, par ricochet, a profondément abîmé la morale politique que l’on retrouve rarement dans la façon de faire de nombre de nos hommes politiques.
    Au-delà de la même fréquentation politique, qui crée des droits de civilité politique entre alliés, ce pyromane bon teint de l’Adéma, député de son état, plutôt de s’ériger, à l’endroit du président IBK, en donneur de leçons, pour une polémique qui n’a plus aucun sens, a oublié, il y n’a pas longtemps, qu’il a été lui-même au cœur d’un scandale d’État. Les frasques du député sont encore fraîches dans les esprits lorsque, arborant le macaron de l’institution parlementaire, il n’a pas hésité à boxer, en pleine circulation, un policier, dans l’exercice de ses fonctions. Le fait, pour un élu de la nation, de boxer publiquement un policier, au-delà de son caractère avilissant pour l’auteur, a fini par plonger tout le pays dans une crise inutile. N’eût été le sens élevé de la hiérarchie de la police qui a su maîtriser à temps le mécontentement des policiers, la république aurait pu basculer dans une crise violente du fait de ce geste insensé et totalement impardonnable de la part d’un élu de la nation. D’ailleurs, si, ce jour-là, le député a pu échapper à la colère des deux autres policiers en fonction, ce n’est pas par peur devant la masse musculaire du député boxeur, mais bien leur sens du devoir et de respect des institutions de la république qui les a poussés à porter l’affaire devant la hiérarchie, plutôt que de s’ériger en justicier.
    La conscience publique retient de ce député boxeur de policier, insensible aux normes d’éthique professionnelle, qu’il est totalement disqualifié à porter un jugement politique quelconque sur l’attitude d’un homme politique, dans ce pays, pour la bonne raison qu’il est passé lui-même à travers les bonnes commodités démocratiques et républicaines. Le pyromane de l’Adéma, en flinguant son principal allié sur de simples détails de la vie publique, se montre lui-même plus intolérant, plus vindicatif et plus inconvenant que jamais, en outrageant publiquement le porte-parole du gouvernement qu’il a accusé de tous les noms d’oiseaux. Le seul crime du pauvre, qui lui vaut une telle animosité politique, virulente et insensée, c’est son appartenance politique. Ce qui qu’il a toujours assumé, contrairement à d’autres qui suivent la direction du vent.

    La couardise
    Le pyromane impénitent de l’Adéma qui s’en prend violemment à son allié politique, écorchant au passage la vertu de la solidarité politique, gagné par une antipathie déconcertante, se rend lui-même coupable des mêmes bassesses verbales en décrochant des méchancetés gratuites et inappropriées à l’endroit d’un ministre de la république, dont il fait injustement référence au passé politique pour lui régler des comptes politiques. Le député incendiaire, tel un acteur d’un combat politique par procuration, n’observe aucune élégance à s’illustrer lui-même dans l’injure politique la plus gratuite, au même moment où il brille par sa désobligeance et son comportement irrévérencieux.
    Quelle leçon de démocratie, le pyromane député de l’Adéma peut-il bien nous enseigner lorsqu’il est lui-même adepte d’un sectarisme démoralisant et déconcertant à l’endroit des autres au seul motif de leur provenance politique ? En opposant les Maliens entre bons et mauvais citoyens, selon leur supposé soutien ou non à la démocratie, le député pyromane de l’Adéma renie carrément les valeurs républiques et citoyennes, incarnées par son propre parti en faveur de l’égalité, la solidarité et la justice. Le député pyromane de l’Adéma, qui a un fort besoin de se dédouaner vis-à-vis de la corporation de la police, qu’il a vilipendée, n’est pas cet exemple de courage politique qui peut aujourd’hui se targuer de jouir du droit de donneur de leçons. Il le sait lui-même lorsque par manque de courage politique, il a fui publiquement ses responsabilités, il y a quelques années, en renonçant à exercer, sous la pression du pouvoir politique de l’époque, un droit d’interpellation d’un ministre de la république, dans une effroyable affaire d’injustice d’État à l’encontre des innocents, maintenus arbitrairement en prison. Cela s’appelle de la couardise.
    Transformé en un vrai guérillero politique, il n’est pas surprenant que ce député pyromane de l’Adéma, rien qu’à voir sérieusement les éléments de langage ayant alimenté la diatribe violente qu’il a décrochée contre le Président IBK, fait le travail de nègre dans cette guerre par procuration politique, où chaque chaînon de ce système de dénigrement gratuit joue son abjecte partition politique, dont les sombres épisodes sont manigancés par de vrais commanditaires, tapis dans l’ombre.

    Par Sékouba SAMAKE

  48. Le journaliste n’est pas juste fâché en colère, il est déchaîné, il est en mode loup garou classique. Cet article est un plagia d’une publication antérieur. Il tente de mettre de l’huile sur un feu qui n’existe pas. 😆 😆 😆 😆 😆

    L’épisode TIEBILE appartient à un passé lointain. IBK est une providence divine. VOX POPULIS, VOX DEI. 💡 💡 💡 💡 💡 💡

    « Triste sort pour celui qui se voulait le « Président de tous les Maliens » ! » Blablablabla !!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    IBK est le président des maliens, plus de 77% maliens s’identifient à lui. La fonction de pyromanes intellectuels n’est pas une fonction noble. Revoyez votre copie. Les balivernes de ce genre ne marchent plus au MALI. Les maliens regardent le journal de 20h sur ORTM. Ils voient ce qui s’y passe. IBK est en train de travailler. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Le ministre de la réconciliation nationale est en train de travailler activement au nord dans le cadre du processus de paix. 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Les femmes d’Ansongo sont également très actives en ce moment et cela grâce à la volonté politique du régime IBK. Cela vous n’en parlez pas. 😯 😯 😯 😯 😯

    Vous venez faire des références aux propos d’ATT comme si celui-ci avait laissé le MALI dans une bonne posture. D’ailleurs ce minable est poursuivi par la justice pour haute trahison.
    Il doit répondre de ses actes devant la justice !!!! ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  49. Ce journaliste est fâché en colère à ce que je vois. Il tire dans tous les sens, sans rien dire de prenable. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    « Un climat social tendu réchauffé à intervalle régulier par l’opposant Tièbilé Dramé devenu depuis un ennemi à abattre » lol !!! 🙄 😆 😆 😆 😆

    Mais DEBILE DRAMA alias 😯 « petit monsieur » 😯 ne peut pas être celui que vous décrivez vis-à-vis du président IBK.

    Il est trop petit comme son nom l’indique pour être un adversaire de taille. Vous qui écrivez ce genre de torchon, vous devriez le savoir.

    DIEBILE DRAME c’est 0000,000001 % 😆 😆 😆 😆
    des maliens qui auraient voté pour lui aux dernières élections présidentielle.

    Ce qui revient à dire que le petit monsieur est si petit qu’il n’arrive pas le président IBK à la cheville. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  50. Je pense qu’il est trop tôt pour tirer une conclusion raisonnable de la gouvernance d’IBK là où nous sommes. Il est élu pour 5 cinq ans et ce n’est qu’après ces toutes années passées qu’on pourra tirer toute conclusion résumant de sa propre vision. Malgré, tout cela vue la situation actuelle, je pense que la gouvernance est en train de se redresser lentement. Si les régimes passés avaient fait comme celui d’IBK le pays n’en serait pas plongé dans cette crise multidimensionnelle.

  51. Tu as raison, « Il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir ». IBK et son staff son au four et au moulin pour sortie notre pays de cette crise qui persiste depuis des années. IBK n’est pas le fautif, non loin de là. IBK est le sauveur. Sa politique de gouvernance et de sortie de crise est et restera la meilleure si toute la population malienne s’engage pour soutenir tous les actions gouvernementales et être en complicité parfaite avec le régime en place.

  52. Je ne prends pas partie pour IBK, mais depuis son arriver le pays commence légèrement à se développer, délicatement mais assurément, il est en train de redresser le pays. Il est vraiment l’homme de la situation soyons honnête. Il peut gérer le Mali comme il se doit, il a la compétence nécessaire. Sa politique de gouvernance reste la meilleur mode gérance approprié à notre pays.

  53. Ce sont les opposants et les journalistes malveillants qui désinforment le peuple et empoissonnent le système du régime au pouvoir avec des mensonges et des balivernes. Le pays n’a pas besoin de cela, si vous n’avez rien n’à dire aller vous faire à ailleurs. La presse et l’opposition malienne ont perdue toutes leurs crédibilités, considérations, dignités et honneurs vis-à-vis de la population malienne.

  54. Cet article n’apporte rien au débat politique de notre pays. C’est juste un lynchage de plus à l’encontre du chef de l’exécutif malien. Ce journaliste qui se dit parler au nom des maliens qu’il ne connait même pas.

    Si réellement, il parlait en leur, il aurait constamment réalisé des reportages sur eux. Mais ce n’est pas le cas.

    Il est facile de dénigrer la politique d’un président surtout quand on le la connait pas. Et c’est malheureusement la triste réalité.

    « Tout semble si faussement parfait que les Maliens sont dépassés » mais non !!!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    C’est un délire cette phrase 😆 😆 😆 😆 😆 .

    Aucun malien n’est dépassé, ne venez pas utiliser les hyperboles pour semer le trouble dans la tête des maliens. Cette affirmation est grossier mensonge. 😯 😯 😯 😯 😯

  55. Mais pourquoi toutes les actions gouvernementales sont vue en mal par certains personnes mal intentionnées? Le plus bizarre est qu’il ne dispose même pas d’arguments raisonnables et convaincants.

  56. « La situation au Nord n’a jamais été aussi confuse…. » Faux !!! 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 Monsieur

    On voit que vous n’aviez pas été confié à la conférence de presse de Pierre BUYOYA. Un bon journaliste ne se contente pas du petit contenu de ses neurones, il consulte également ce qui se dit autour de lui, pour solidifier son argumentation. 😆 😆 😆 😆

    Cet article n’est que le récital de ce que les détracteurs du Président IBK nous servent depuis pas mal de temps. 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    Vous parlez toujours au nom de cette population que vous ne connaissez même pas. C’est injuste de toujours dire que le président IBK ne fait rien. Dites simplement que vous n’arrivez plus à jouer les maîtres chanteurs depuis qu’IBK est aux affaires. 😆 😆 😆 😆 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

    Les temps changent. Quand on applique des reformes dans un pays qui sort d’un K.O sans précèdent, il faut serrer la ceinture. Le Régime d’ATT a trop fait place au laisser aller, Sanogo est venu empirer les choses. 😥 😥 😥 😥 😥

    Les choses sont en marche, dis simplement que tu n’as pas encore gagné pour toi. Alors, au lieu d’attendre que l’on vienne te donner cela sur un plateau d’or, fait savoir aux compatriotes ce qui est en train de se faire sur le terrain. 😉 😉 😉 😉 😉

  57. Certes, plusieurs choses se sont passées lors des 2 ans d’IBK. La population lui accord toujours sa confiance et lui offre son soutient permanant, car nous savions qu’il est la solution et le seul actuellement dans le milieu politique malien. Les autres politiciens à la tête du pays seront plus catastrophiques d’IBK, je suis sûr de cela.

  58. Seuls les ignorants, les inconscients, les opposants mal intentionnés, les apatrides, les détracteurs, les corrupteurs et corrompus se permettent de critiquer IBK et son régime. Parce qu’ils ne veulent pas voir le pays avancer. Les patriotes honnêtes, les dignes fils de ce pays ne critiquent pas. Ils préfèrent accompagnés, soutenir, proposer des idées différentes et plus avantageux et plus crédibles pour le pays.

  59. Ce journaliste est un véritable cochon, le nom approprié à cet article est « Du coq à l’âme ». Il ne raconte rien de d’informatif, d’objectif et de constructif. La publication de ce genre d’article qui fait perdre au site sa crédibilité Puuuuuuufffffffff

  60. IBK est un bon président, il a amélioré plusieurs secteurs notamment l’augmentation des salaires, le classement des cadres et l’adoption d’un budget pour les armements et équipements des militaires qui étaient déposés à l’assemblée nationale depuis 2002 sans être adopté lors des régimes précédents et aussi le changement des conditions de vie des forces armées maliennes.

  61. Deux ans de gestion d’Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali va de l’avant dans la gestion de la crise du nord. IBK a fait de son mieux. Beaucoup a été fait. Mais beaucoup reste encore à faire. Ce n’est pas facile d’être à la tête d’un pays qui connait une crise multidimensionnelle. Souhaitons une bonne continuation à IBK pour le reste de son mandat. 💡 💡 😳 😳

  62. Avec IBK l’espoir est permis, Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra à notre cher pays de recouvrer la souveraineté perdue dans la région de Kidal.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali.
    Même son de cloche chez le Représentant du FMI au Mali, qui martèle haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé».
    Oui, l’espoir est permis, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscurité, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de développement, de sécurité et de joie de vivre dans une agglomération.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intérieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

  63. IBK a besoin de soutien des maliens, il doit être soutenu pour le bien de la nation, Jamais l’Etat malien n’a été face à un péril aussi imminent. Les Maliens font face au plus grand défi de leur histoire : vaincre l’ennemi qui menace de détruire leur identité. Quand il y a eu le « 11 septembre », toute l’Amérique s’est mise debout comme un seul homme. Quand la France a été frappée par les terroristes (affaire Charlie Hebdo), tous les Français se sont unis. Quand la Tunisie a été frappée dans son cœur, tous les Tunisiens ont parlé d’une seule voie… Quand un pays est menacé dans son intégrité, sa liberté, sa culture, les fils/filles de la nation se doivent de se donner la main.
    Le Mali est frappée par le terrorisme, le néocolonianisme, l’intégrisme religieux, la guerre géopolitique des grandes puissances…, les Maliens se doivent de s’unir pour y faire face. S’unir pour rester fort ou se diviser pour périr.
    La menace qui plane au-dessus du Mali, n’épargnera personne. Elle ne fera l’affaire d’aucun Malien. Qu’on ne s’y trompe ! Cette menace qui s’appelle « terrorisme religieux » « néocolonianisme » va détruire notre identité et transformer nos vies en enfer.
    Pour sauver le Mali, les Maliens doivent mettre de côté leurs différences politiques, religieuses, ethniques. Le Mali n’a qu’un seul drapeau, une seule armée, un seul territoire. Défendons le Mali. Soutenons le président de la République et son gouvernement contre les « ennemis » du Mali.

  64. En réalité IBK fait son mieux, et comme on le dit, qui fait les choses en cachette fini par faire apparaitre par surprise.
    Si la crise malienne n’as pas connu un avancement envers un mauvais sens,
    C’est grâce à IBK,
    Si la confiance des partenaires financer ont regagné la confiance de réinvestir au Mali, c’est grâce à IBK,
    Si le Mali continue d’être respecté malgré toutes les grandes difficultés qu’il a connu, c’est grâce à IBK,
    En ce peu de temps, IBK a beaucoup fait pour cette nation, ce n’est pas facile de changer un pays d’un jour au l’an-demain.
    Il faut du temps pour que le Mali soit un pays envié comme il le faut. IBK par sa bonne leadership à pu produire des raccourcies pour que le malien puce s’épanouir.

  65. Je ne sais pas comment et où ce journaliste corrompu, crève-la-faim vivait au Mali pendant tout ce temps ? Après le régime socialiste qui était présidé par le patriote Modibo créateurs de plus de 60 usines et respectueux des derniers publics, c’est le régime du kankélétigui qui est sur le point de renverser la tendance de la corruption, du népotisme, du favoritisme, du détournement de pouvoir, de l’impunité, etc. 😀 😀 😀

  66. Et pourtant, des efforts ont été faits avec Les attentats terroristes déjoués ici à Bamako, les magiques coups de filets réussis par nos forces de défense et de sécurité. Sur la question, le président de la république, fort de sa détermination, s’est engagé à relever notre armée afin d’en faire une vraie armée de métier, dopée aux plans moral, économique et social.
    Ne demandez jamais un bilan que vous souhaitez acceptable à des opposants ou à des gens qui voudraient voir tout s’écrouler, sinon, beaucoup a été fait et le meilleur est devant.

  67. Certes, Ibrahim Boubacar Keïta a été élu avec un pourcentage du jamais vu et du jamais fait dans ce pays, avec plus de 77% des voix. Cette élection a, d’ailleurs, suscité de l’espoir chez beaucoup de maliens pour venir en aide à un pays qui était sur le point de connaître son déclin. On voyait tous en lui l’homme de la situation, après de gestions macabres des affaires publiques depuis 1968 jusqu’en 2012. En 2012, on a assisté à l’avènement d’une rébellion qui mit tout dans l’eau. C’est dans cette tendance qu’IBK a pris le pouvoir. Donc on ne peut pas se permettre de raconter de n’importe quoi sur sa gestion. 💡 💡 😆 😆

  68. Dans cet article, la position du journaliste, du moins sa partialité dans son analyse je veux dire, est sans doute apparente. C’est un pro-ATT et pro-Alpha. Je ne doute pas qu’il soit un corrompu du mouvement de soutien à ATT. Mais laissez-moi vous dire qu’IBK ne peut pas envier ce médiocre d’ATT. 💡 💡 😆 😆

  69. Depuis que le Mali est devenu un Etat souverain en 1960 (l’indépendance de presque tous les Etats francophones de l’Afrique de l’Ouest), hormis le régime actuel, on n’a pas connu de bonne gouvernance si ce n’est pas celle du père de l’indépendance, le parrain de l’OUA, Modibo Keïta. Donc arrêtez de raconter de n’importe quoi. 😛 😛 😀 😀

  70. Nous pouvons critiquer et faire tous, mais les choses avance bien au Mali, quoi qu’on dise, les salaires, bourses et autres charges sont régulièrement versés et dans le temps. Mieux, et selon des hauts cadres des milieux financier et économique, les finances publiques n’ont jamais aussi bien géré que ces temps-ci. En tout, cas ceux là qui opèrent dans le secteur des activités économiques ne diront pas le contraire. L’argent du contribuable n’est plus utilisé comme par le passé. Tous ceux qui s’aviseraient à contourner les principes rigoureux de gestion des ressources publiques l’apprendront à leur dépend. Le chef de l’Etat a donné des orientations claires et nettes pour le traitement des dossiers sans aucune interférence sur la justice qui n’a jamais libre que maintenant. Les diverses interpellations de ces derniers temps et tous ceux qui attendent de l’être, sur la question des détournements de fonds publics constituent des avertissements.
    Merci à mon président IBK.

  71. Les deux ans d’Ibrahim Boubacar Keïta ont été favorable pour les maliens. Ces années nous ont permis de connaître certaines réalités de notre pays. :mrgreen: 😆 😆 😆

  72. Malien et fier de l’être, Mandé Massa je suis fier de vous. Tout homme qui a la baaraka de ses parents ne tombera jamais. Vos ennemis ont beau fait, ils ne peuvent pas vous nuire. Remercie vos parents chaque jour que Dieu fait surtout votre maman. Lieu de vous rappeler ce vieil adage de notre pays, l’être est le reflet de sa maman. C’est-à-dire le sort d’un être dépend de la nature de sa maman. Croyez-moi, votre maman a su être à la hauteur. Niyé denw féré sonkon kélén naa dimi bédo bafaka. Soundiata Chii IBK vous êtes différent de vos autres. Les jaloux finiront bien par vous acceptez, car Allah son nii mogo son tékelen yé. Malidenw djigui, la flamme de la paix et de la stabilité du Mali, les maliens vous seront à jamais reconnaissant IBK. Ko foyi tila, président lafia lenden.

  73. IBK Dans sa quête de ramener la paix et la quiétude, le régime, il faut le dire et à haute et intelligible, a réussi la prouesse de maintenir le cap économique. Les commentaires de l’UEMOA en font foi. L’énorme dette intérieure a été totalement apurée. Le taux de croissance est l’un des plus rayonnants de l’espace communautaire. Il était à 7, 2% en 2014. Qui dit mieux.
    Nous n’avons qu’un seul et unique homme pour le retour de la paix au Mali et cet homme est IBK…

  74. Les premiers ennemis du chef de l’Etat sont dans son propre camp, la majorité présidentielle. Certains partis n’ont pas intégrés cette partie pour accompagner et aider le président de la république. Mais pour se faire des places. ➡ ➡ 😛 😛

  75. Le Mali ira beaucoup mieux sans ses opposants, ils sont les malheurs qui s’abattent sur notre pays. A force de détester le président IBK, ils finissent par poser des actes allant à l’encontre du Mali. Quelle Honte !!!

  76. Vive le président IBK
    Vive un Mali uni et prospère
    Vive un Mali émergent
    A bas l’opposition

  77. Qu’attendons nous exactement de cet Homme ?
    IBK est venu trouver le pays dans des condition difficiles, L’armée est moralement requinquée à bloc. Les éléments des forces armées et de sécurité travaillent nuit et jour pour le bonheur et l’honneur du peuple malien conformément à leur serment de protection des personnes et leurs biens et la défense de l’intégrité du territoire. Malgré l’encerclement de notre pays par les forces du mal qui n’ont cessé de poser des actes néfastes, l’armée malienne tient bon. Le cap est fixé par le Président IBK qui a fait de l’amélioration des conditions de vie et de travail des forces armées et de sécurité la priorité des priorités.
    Le Mali est vraiment sur la bonne vois de son développement…

  78. IBK et ses alliés. La seule qui a fatigué et qui continue de fatiguer Ibrahim Boubacar Keïta dans sa gestion du pouvoir est le fait qu’il est disponible pour tous les maliens. Il est prêt à faire appel à tous ceux qui sont capables de gérer. Mais il lui arrive souvent de faire des mauvais choix. Car l’homme change en fonction du temps. 💡 😆 😆 😆

  79. Dis-moi Salif, combien Tièbilé et Soumiala Cissé t’ont donné pour balancer une telle sottise ? D’après ce que je vois, t’as finalement eu ton prix de condiment d’une semaine en rédigeant cet article.

  80. Ça se voit bien que Tièbilé Dramé est derrière cet article, Mr Diallo tous vos bourdonnements n’ont qu’une seule cause défendre ces #Petits Monsieurs de la République.

  81. Si IBK avait échoué de parvenir à un accord avec les rebelles, on aura entendu d’autres mots plus imbéciles que ça. Mais, il l’a dit et il a pu le faire, c’est à dire trouver une solution à la crise du nord. Une chose que ATT, le poltron n’a pas pu accomplir. 💡 😆 😆 😆

  82. C’est normal que le Parena et ses hommes se taisent en ce moment précis car le peuple n’est pas prêt à pardonner ce tract qu’ils ont monté pour saboter la visite d’Etat du président IBK. Donc, Tièbilé a trouvé un autre moyen de publier ses calomnies, celui de payer des journalistes affamés comme Salif Diallo.

  83. A un an dix mois et quelques jours seulement, IBK est arrivé à gagner la confiance des rebelles Touaregs pour qu’ils signent le compromis de paix. Avant d’être élu à la Magistrature Suprême, le Mandé Massa avait promis de résoudre la crise pour de bon dès qu’il arrivera au pouvoir. Et il l’a fait. Le parafe du 20 juin 2015 a augmenté la popularité et la légitimité d’IBK.
    Donc si tu ne penses pas de la sorte, M. Diallo, t’en mieux. 💡 😆 😆

  84. Ayons des choses censé à raconter et consacrons nos temps aux importances d’assister les bons côtés des choses au lieu d’incité la population au révoltes…
    Le Mali est de nous tous, c’est à nous de le changer, par accompagner le président IBK et ses œuvre qui sont pour la république.
    Voilà ce qu’attend de ce pays…

  85. Deux ans après
    Les avancées sont à hauteur de souhait. Aujourd’hui, deux ans après l’arrivée du Président Ibrahim Boubacar Keita, les maliens, ont eux-mêmes l’obligation morale de faire le bilan. Ce qui a été fait, et ce qui reste à faire. Nous évitant l’économie des réussites ou des échecs, le régime actuel sur le plan sécuritaire fait ce qu’il peut, en tout cas, mieux que ce qu’il a trouvé en venant aux affaires. Ceux qui voudraient encore évoquer la débâcle militaire de Kidal, doivent tout simplement de réfléchir par deux fois. Le Mali, ce jour là, n’a pas perdu Kidal.
    IBK est celui qu’il faut pour cette nation et le temps lui donnera raison…

  86. Vu la réalisation qu’a fait IBK dans la résolution de la rébellion, toutes choses montrent que son pouvoir à conscience d’être le dirigeant d’un pays en guerre. Tout le monde sait qu’il est venu au pouvoir en période exceptionnelle, contrairement à Alpha et le médiocre ATT. Donc il lui faut du temps. 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen:

  87. Si IBK est dans la tourmente ce que le peuple malien en de même, donc mieux vaut le soutenir que de passer tout notre temps à le critiquer. Je rappelle que le Mali est à nous, IBBK n’est là que pour un bout de temps.

  88. Mr Diallo, si vous n’avez rien à dire taisez-vous pour l’amour de Dieu. Ce n’est pas la faute à IBK si vous êtes en carence d’information. De grâce, laissez-le en paix, journaliste affamé.

  89. Deux ans de persévérance, d’une véritable diplomatie, de justice, de développement, de la lutte contre la corruption, de la lutte contre le chômage des jeunes, de la lutte contre Ebola, de construction des nouvelles infrastructures, de la construction des logements sociaux, de croissance économique, de la fin de la crise septentrionale, du succès des écoles maliennes, de consolidation des liens entre le Mali et ces partenaires……Qui dit mieux !!!

  90. Le Président Ibrahim Boubacar a été élu à un score jamais réalisé au Mali avec plus de 77%. Avant lui, personne n’avait obtenu une marée humaine électorale. Peut-être, après lui, quelqu’un d’autre obtiendra difficilement un tel score de la part des maliens. Seulement, en guise de bilan à mi-parcours, c’est-à-dire, ce qu’il a réussi ou non au cours des deux ans passés à la tête de notre pays, la sagesse commande à la fois l’humilité et la retenue. Quoiqu’élu à un score jamais égalé ou plébiscité pour des amoureux de superlatifs, le Président Ibrahim Boubacar Keita, a hérité d’un pays anormal, un pays exsangue, un pays économiquement, socialement et financièrement à terre, des faits de l’invasion jihado-terroriste, de la gestion calamiteuse d’une junte ayant fait irruption sur la scène politique à la faveur de la gestion chaotique des affaires publiques d’un règne corrompu et mercantiliste. Pour ne rien perdre de vue, un pays réduit à sa plus petite expression où absolument tout est prioritaire.

  91. Ne soyez pas ingrat envers celui qui nous tend la main, le président IBK est venue trouver le Mali dans une crise infernale. Malgré les circonstances, il fait tout son possible pour sauver notre patrie, alors si vous n’êtes pas prêt à le soutenir ne le critiquer point.

  92. Un adage bamanan propre de chez nous au Mali, ne dit- il pas, que celui qui travaille sous la pluie, n’a aucune chance de se faire apprécier valablement ? Les deux ans du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à la tête du pays, sont à l’image de celui qui sue sous la pluie.
    Nous sommes avec le président IBK dans l’intérêt général de cette nation pas pour des intérêts personnel.
    Le Mali connaîtra son bonheur et c’est avec le président IBK.
    VIVE LA RÉPUBLIQUE

  93. Oh cher Diallo, vous avez jeté la pierre dans le jardin des “FRILEUX”.
    Qui ne sont capable que de poster sur cet forum en soutenant l’indéfendable qu’ait ce régime qui navigue à vue sans objectifs précis.

Comments are closed.