Lycée sportif Ben Omar Sy de Kabala : Haro sur la gestion désastreuse de Marie Germaine Dakouo

1

Nommée directrice du Lycée sportif Ben Oumar Sy (Lsbos) le 23 mars 2020  par affinité et par complaisance, Marie Germaine Dakouo est en train, à travers une gestion chaotique, de plonger en ruine cette structure d’élite en matière des sports.

Créé par l’ordonnance n° 01-045-PRM du 19 septembre 2021, dans le but de normaliser le rapport entre le sport et les études, le Lsbos n’a jamais été aussi mal géré que par l’actuelle directrice, Marie Germaine Dakouo. Nommée à la tête de cette structure où elle a été d’ailleurs surveillante pendant cinq(5) ans, on dirait que Marie est venue avec un esprit de revanche et de haine contre la structure et contre ses anciens collaborateurs. Depuis qu’elle est venue au lycée, les heures supplémentaires, les cours d’encadrement, les frais de concours d’entrée ne sont jamais payés à temps, alors que c’est le seul espoir et c’est la seule chose sur laquelle compte les enseignants du lycée. A cause de sa gestion chaotique, la directrice est aujourd’hui sérieusement détestée et vomie par ses enseignants et qui ne comptent plus sur elle, car ils ont compris que la Directrice est venue au lycée pas pour travailler, mais pour se venger de certains cadres du lycée et faire ses propres affaires. Il suffit de faire un tour au Lycée pour se rendre à l’évidence que rien ne va au Lsbos. Certains encadreurs commencent à laisser les lieux. Le  motif : ils ne sont pas payéset ils  manquent de carburant pour rallier le lycée.

Plusieurs enseignants sous anonymat nous révèlent ‘’qu’en toute réalité,  Mme Dakouo n’est même pas bien placée pour diriger le lycée sur les plans intellectuel, social et humain ». Selon eux, elle essaie toujours de faire un lavage de cerveau à son staff pour diriger le service.

A les en croire, sa mission au lycée n’est pas pour faire  bouger les lignes, mais plutôt  faire ses propres affaires et celles de certains de ses chefs au Cabinet, les mêmes personnes qui se sont battues corps et âmes pour qu’elle soit injustement nommée au lycée. Quel regret et quelle désolation !

Gestion infernale du duo Dakouo-Mariko

Incompétente devant l’Eternel, la directrice Marie Germaine Dakouo a instauré une gestion clanique au sein du lycée. Elle gère l’établissement comme elle gère un « grin ». Du coup, rien ne marche au Lsbos. Se croyant comme une déesse sur Terre, la super puissante Marie n’a aucune considération pour les cadres de l’administration du lycée dont les plus compétents et valeureux sont relevés pour les remplacer par ses médiocres amis et proches.

Du coup, le  Lsbos est géré par la directrice elle-même et un certain Moussa Mariko, contractuel de son état, qui n’a même pas le droit de mettre son nez dans les affaires du lycée en dehors de ses cours. Mais selon des indiscrétions, la Directrice Dakouo est même en train de se battre pour que Mariko soit nommé comme Censeur au lycée. Ah oui, le sieur Mariko est le complice et l’homme à tout faire de la Directrice. Au lycée, M.Mariko qui est un enseignant contractuel de son état, est aussi à la fois conseiller de la Directrice, encadreur, plombier, électricien, secrétaire de Direction et même chauffeur de la Directrice. Se croyant intouchable puisque protégé et soutenu par la puissante directrice, Mariko n’a aucune considération et aucun respect pour ses collaborateurs. Un adage ne dit-il pas : « Qu’au village des aveugles, les borgnes sont rois ».

Le régisseur du Lycée mis injustement de côté

La Directrice Marie Germaine Dakouo semble être une femme bonne que pour faire du mal. A cause de son intérêt personnel, elle aurait  intelligemment, poliment, discrètement et méchamment mis son régisseur de côté pour former un groupe à la DFM en complicité avec son chef de programme pour gérer           le Budget  du Lycée. A-t-elle bien réfléchi ? Un bon Directeur doit-il déclarer la guerre à ses cadres ?

Le Lycée n’a jamais connu un Directeur magasinier, Comptable matière, fournisseur, régisseur etc…

Une Directrice qui a créée toutes les difficultés du monde à son régisseur, qui a fait 9 ans à L’INJS et  6 ans dans le même Lycée sans soucis qui aime son travail qui est aimé par ses collègues et surtout les enseignants mais malheureusement avec cette Dame Le régisseur compétent Djibrila est devenu incompétent, il  cherche à tout prix à quitter ce lycée. Nous reviendrons dans les semaines ou les jours à  venir pour expliquer clairement avec des preuves à l’appui sa manière de gérer le budget de l’Etat avec les membres de  sa mafia. En écartant son régisseur de sa gestion pour mieux se la couler douce, la directrice a suivi les conseils des gens malintentionnés.

Les cadres cherchent à fuir le lycée…

A cause de la gestion chaotique et infernale instaurée par la Directrice Dakouo, tous les cadres sont en train de chercher à quitter le lycée. Avec toutes les difficultés, la Directrice donne toujours l’impression aux gens que ça va très bien au Lycée. Loin de là. Pour preuve, au niveau de la restauration, les élèves consomment du n’importe quoi avec toute cette enveloppe que l’Etat met à la disposition de la DFM, allez y voir au lycée ce qu’on prépare pour les élèves. Pis, par rapport à cette question de restauration, il se trame une affaire louche entre la Directrice et le prestataire. Donc, en aucunement il ne peut pas y avoir une bonne prestation. On se pose toujours la question pourquoi la Directrice et son surveillant ne déménagent pas au lycée dans leurs logements ? Alors que ses maisons sont construites  pour que la Directrice, le surveillant et le censeur soient à côté des enfants mais hélas les enfants et le lycée sont laissés à eux-mêmes. La mauvaise gestion de la Directrice a transformé l’Etablissement à un véritable bordel. Au lycée de la Directrice jusqu’au planton chacun fait ce qu’il veut, ils viennent quand ils veulent et ils sortent quand ils veulent. Un désordre total qui s’installent au lycée, mais personne n’en parle ni au Cabinet ni à la Dnsep.

Depuis la nomination de la très puissante Marie  à la tête du lycée  aucun agent ne peut dire cava aujourd’hui ou Alhamdoulillah. Ni au niveau du personnel administratif, les enseignants, les encadreurs sportifs, les surveillants internes et mêmes les élèves et quelques parents d’élèves qui ne font pas parti de  son clan se plaignent de la gestion de  Mme la Directrice.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports n’est-il pas  au courant de la gestion désastreuse, calamiteuse chaotique de la Directrice qui tend progressivement le Lsbos à léthargie ? Mossa Ag Attaher, est fortement interpellé pour freiner les desseins machiavéliques de la destructrice Marie. Affaire à suivre !

Tientigui

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Article sans auteur, accusateur sans fondement, nourrissant l’ambition de régler des comptes.
    Je précise, je n’ai aucun lien avec la Directrice. Je connais bien le monde de l’éducation et un peu du sport.
    Le LBOS, selon mes constats, est un lycée sportif bien géré. Contrairement aux allégations dans l’article, les élèves ne se plaignent pas de la qualité ni de la quantité de la restauration. Le LBOS est géré avec rigueur. Pour preuve, un élève a été renvoyé pour avoir fumé à l’école. Une autre pourrait être remerciée pour insuffisance de résultat scolaire. Les horaires de travail (cours, sorties et rentrées) sont respectées. Des enseignants sont mobilisés pour suivre les enfants la nuit, en vue d’apprendre les leçons et faire des exercices. Les parents d’élèves du LBOS sont organisés et échangent régulèrement (via whattsap). Les surveillants du LBOS partagent régulièrement les informations et ne sont pas complaisants avec les enfants.
    Bref, mon constat est plutôt le contraire de ce que l’article anonyme dit.
    Certes, aucune institution n’est gérée dans la perfection. Les situations que vous évoquez peuvent faire l’objet d’amélioration (rapport avec le prestataire de restauration, gestion des ressources financières, humaines et matérielles, gestion collégiale des activités…). Avec un service finances de qualité, les ressources financières et matérielles peuvent être gérées dans la transparence. En la matière, nous connaissons le comportement de nos cadres avec les ressources publiques (clientélisme, opacité, manque de transparence, délit d’initié, corruption,…). Je suis et reste partisan de la bonne gouvernance rigoureuse et vertueuse pour notre pays. Merci

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here