Débat autour des réformes institutionnelles : Le Président de CAJ-Mali se prononce pour le OUI et ‘’défie les constitutionnalistes maliens’’

0

La Coalition des Associations de Jeunes pour un Mali nouveau (CAJ-Mali) était face aux journalistes, le samedi 22 octobre dernier, à la maison de la presse. Cette conférence de presse avait pour but d’expliquer les raisons de son soutien au projet de réformes institutionnelles. Se prononçant en faveur du Oui pour lesdites réformes, le Président en a profité pour défier les constitutionnalistes maliens. Cependant, cet engagement est-il le fruit d’une réelle conviction  ou tout simplement un tapage médiatique ? Le temps en jugera.

La CAJ-Mali est un regroupement, de 160 associations, qui vise à mobiliser, selon son président, la jeunesse malienne pour qu’elle participe davantage à la construction nationale et à prendre son propre destin en main.

Pour son président Mohamed Salia Touré, l’objet de cette rencontre avec les hommes de média était d’informer l’opinion en ce qui concerne les raisons de l’adhésion de sa coalition au projet de réformes institutionnelles en cours au Mali. Il s’agissait aussi, toujours selon le Président dudit mouvement, d’instaurer un débat public autour de la réforme, de créer un cadre d’échanges entre les médias et les acteurs de la coalition, lancer un appel aux leaders d’associations de jeunes à rejoindre ledit projet et les textes subséquents et enfin d’informer et sensibiliser toutes les couches de la société malienne pour un « Oui massif au prochain référendum  ».

Répondant aux questions des journalistes, Mohamed Salia Touré a fait savoir que « la bonne volonté du président  ATT est à saluer d’autant plus qu’il n’en sera le bénéficiaire ». Ainsi, il clarifie sa lecture du projet en défiant les constitutionnalistes : « Je défie notamment les soi-disant experts en droit constitutionnel d’apporter la preuve en quoi la future constitution créera un régime autre que celui en cours. En clair, ça sera le même régime semi-présidentiel contrairement à ceux qui disent que le président de la République sera un roi en ayant tous les pouvoirs ».

IDRISSA KANTAO & HAMADY DIALLO

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER