Ah bon, il y en a donc 10 et non 8 régions administratives au Mali ? Taoudénit et Ménaka, des statuts douteux …

70
Taoudéni
La ville de Taoudenit

Nombreux sont les concitoyens  ayant appris la nouvelle seulement à travers le Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 19 janvier 2016.

«Au titre du Ministère de l’Administration territoriale, le Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes :

  • Gouverneur de Région de Taoudénit : Monsieur Abdoulaye ALKADI, Inspecteur des Impôts
  • Gouverneur de Région de Ménaka : Monsieur Daouda MAIGA, Professeur de l’Enseignement Secondaire».

Peut-être que l’information est passée inaperçue ! Il se trouve, en tout cas, pour la majorité des Maliens, que Taoudenit et Ménaka restaient, jusqu’à la preuve du contraire, des cercles. Beaucoup ont certainement à l’esprit de projet de découpage administratif sous ATT, mais rares sont ceux qui ont  souvenance de son effectivité.

Que disent les textes régissant la question ? Quel est le véritable statut des régions concernées ? «Une large autonomie» ? De simples collectivités décentralisées ? Ou des Etats fédérés conformément aux textes additifs de l’accord de paix ? Hum !

Nous y reviendrons !

D Diarrassouba

PARTAGER

70 COMMENTAIRES

  1. La commune mixte de Ségou est instituée en 1953. Ségou devient une commune de plein exercice par la loi française du 18 novembre 1955. Elle est alors dirigée par un conseil municipal élu par un collège unique dirigé par un maire élu en son sein.

  2. Le commandant Louis Archinard de l’armée coloniale française entre à Ségou le 6 avril 1890, et s’allie aux bambaras. Le 13 mars 1893, Ségou devient chef lieu d’un cercle administratif colonial qui regroupait les territoires des cercles actuels de Dioïla, Barouéli, Bla, Ségou, Macina, San, Koutiala, Tominian et une partie du Cercle de Koulikoro.

  3. C’est à Ségou, au XVIIIe siècle, que Biton Coulibaly fonde le royaume bambara de Ségou.
    Le 10 mars 1861, El Hadj Oumar Tall conquiert la ville, oblige la population à se convertir à l’islam et fait construire des fortifications autour de la ville.
    Le 13 avril 1862, il part à la conquête de Tombouctou et confie Ségou à son fils Ahmadou qui doit se battre contre l’aristocratie bambara.

  4. Le cercle de Ségou est une collectivité territoriale du Mali dans la région de Ségou.
    Il compte 30 communes : Baguindadougou, Bellen, Boussin, Cinzana, Diédougou, Diganidougou, Dioro, Diouna, Dougabougou, Farako, Farakou Massa, Fatiné, Kamiandougou, Katiéna, Konodimini, Markala, Massala, N’Gara, N’Koumandougou, Pelengana, Sakoïba, Sama Foulala, Saminé, Sansanding, Sébougou, Ségou, Sibila, Soignébougou, Souba et Togou.

    Différentes ethnies sont présents dans le cercle: Bambaras, Peuls, Miniankas, Bozos, Somonos, Dogons et Soninkés.

  5. L’historique de la région de Ségou est inséparable de celui de son Chef lieu qui donna son nom à l’entité régionale. En effet, la cite historique et même légendaire des 4444 balanzans qu’est Ségou fut d’abord la capitale du très célèbre royaume Bambara de même nom fondé par Mamari Coulibaly ou Biton Coulibaly. A partir du 17e siècle trois principales dynasties se sont succédé au trône : la dynastie des Coulibaly, la dynastie des Diarra et celui des Tall. La loi N°93-008 du 11 février 1993 déterminant les conditions de la libre administration des Collectivités Territoriales, modifiée par la loi N°96­056 du 16 octobre 1996 a consacre l’érection de la région en Collectivité Territoriale, la transformation des sept (07) cercles en collectivités et la création de 118 communes renfermant 2221 villages. De sa réaction à nos jours seize (16) gouverneurs dont six (06) officiers de l’Armée se sont succédés à la tête de la région.

  6. Pour le développement de nos régions nous devons dans un premier temps créer plus de régions et donner des moyens pour permettre de mener à bien cette mission de rapprochement des services de l’état des populations.

  7. “Peut-être que l’information est passée inaperçue ! Il se trouve, en tout cas, pour la majorité des Maliens, que Taoudenit et Ménaka restaient, jusqu’à la preuve du contraire, des cercles.”
    C’est une bonne initiative de déconcentrer car celle permet à l’état central de garder ses pouvoirs et responsabilités pour une fonction spécifique, mais fait exercer/exécuter cette fonction en dehors de la capitale par des antennes ou bureaux de l’administration situés en région.

  8. Les actions de décentralisation du président IBK sont à soutenir car une décentralisation réussie est étroitement liée à l’observation des principes d’élaboration de : finances, en suivant une attribution claire des fonctions; prise de décisions en toute connaissance de cause; adhérence aux priorités locales; et responsabilisation. Cependant, mettre ces principes en pratique n’est pas facile. Les circonstances des pays diffèrent, souvent de manière complexe, par conséquent, la politique et les instruments institutionnels qui établissent la décentralisation doivent être façonnés en tenant compte des conditions spécifiques du pays concerné. Nous devons dépasser les concepts de cercles, créer d’autres communes, d’autres régions et pourquoi pas des conseils régionaux et des conseils généraux.

  9. Les économistes justifient la décentralisation parce qu’elle donne lieu à une redistribution plus économique et efficace : les décisions relatives aux dépenses publiques, prises à un niveau administratif plus sensible aux besoins des administrés et plus près d’eux,ont plus de chances de refléter la demande des services locaux, que des décisions prises par un gouvernement central lointain. Le deuxième avantage de la décentralisation est que les gens sont plus disposés à payer pour des services qui, selon eux, répondent à leurs priorités, surtout s’ils ont participé à la prise de décision concernant la fourniture de ces services. Une des justifications de la décentralisation est qu’elle améliore la compétitivité des gouvernements et augmente l’innovation, et en conséquence, la probabilité qu’ils agiront de manière à satisfaire les aspirations des citoyens.

  10. La décentralisation est motivée par le besoin d’améliorer la fourniture des services à de grandes populations et par la reconnaissance des limites à ce que peut faire l’administration centrale.
    Le président IBK est conscient de cette réalité et s’y attèle en vue d’être proche des populations.

  11. La plupart des décentralisations qui ont eu lieu dans la décennie passée ont été motivées par des raisons politiques. Mais de nos jours les cercles ne répondent plus aux attentes des populations; il faut donc créer d’autres structures pour permettre à l’état d’être proche des populations et de connaitre leurs aspirations quotidiennes.

  12. Je salue nos autorités pour la nomination de Taoudenit et Menaka comme région administrative. C’est une belle initiative de la part de nos autorités.

  13. Cette nomination permet de mieux responsabiliser les administrés, qui n’attendent pas tout d’un état central éloigné et peuvent plus facilement comprendre les contraintes qui orientent la prise de décision. Bon vent à Abdoulaye ALKADI et à Daouda MAIGA dans l’exercice de cette nouvelle fonction.

  14. La décentralisation a comme avantage d’améliorer la légitimité des décisions politiques en rapprochant les décideurs de ceux sur qui elles s’appliquent. Elle améliore aussi l’efficacité de l’administration, grâce à une meilleure connaissance du terrain par les pouvoirs locaux.
    Il faut donc mettre plus d’accent sur cette politique.

  15. Cette nomination de 2 gouverneurs de dans les 2 régions de Ménaka et Taoudénit est un autre pas vers la décentralisation. Je souhaite que notre pays est assez vaste pour seulement 10 régions et avec la vision que le président IBK a; je pense qu’il mènera des actions pour créer plus de régions pour que le développement puisse être accentué avec le rapprochement de l’administration des populations.

  16. Je crois que si le Mali connait des problèmes de développement c’est justement à cause de ce problème de décentralisation. Il faut donc que l’administration soit rapprochée des administrés. Je salue donc cette nomination des 2 régions de Taoudénit et de Ménaka.

  17. Je pense que l’érection de Taoudenit et Ménaka comme chef de région est un pan dans le processus de paix. C’est Une réponse construite autour de la décentralisation pour assurer et renforcer l’unité et la cohésion du Mali tout en prenant en compte sa diversité, est adoptée.

  18. Pour un pays aussi vaste comme le notre, il est impérieux que l’on révise la politique de décentralisation. Car, notre pays est très en retard en la matière. Il faut augmenter le nombre de régions afin qu’il n’y pas de disparité en entre les villes.

  19. Au Mali, la Coopération Décentralisée occupe une place importante dans la mise
    en œuvre des programmes de développement local et régional. C’est pourquoi, le
    Gouvernement du Mali a retenu celle-ci comme un élément majeur de la
    stratégique globale de renforcement des capacités d’intervention des collectivités
    territoriales. C’est dans ce cadre que Taoudenit et Menaka ont été érigé en de Région administrative.

  20. L’érection des deux villes en chef-lieu de régions est la bienvenue. C’est un pan dans la politique de décentralisation de nos autorités.

  21. En matière de décentralisation, le Mali a accusé un retard sinon la plus part des pays africains de régions en conseil régional pour accélérer leur développement ou réparer les disparités

  22. Le comité de suivi est en train de faire son travail et je crois qu’avec l’expérience du PM, il saura trouvé les failles afin d’appliquer les accords dans son entièreté.
    Je pense qu’ensemble et surtout la volonté nous réussirons pour le bien-être de notre cher pays.

  23. Nous interpellons les nouveaux gouverneurs de se mettre au travail afin de rattraper le retard perdu par ces 2 localités en matières d’infrastructures d’éducation, sanitaires, de projets de développement.

  24. Ces 2 cercles grace à cette décentralisation deviennent autonomes et pourront bénéficier de fonds pour se développer selon les prescriptions des lois de régions.

  25. Taoudénit et Menaka respecte bien les dispositions d’ériger ces localités en régions. Je pense que notre est trop vastes pour 8 régions et 703 communes. Cela permettra fin aux disparités régionales

  26. La population malienne doit rester confiante car le gouvernement met tout en place pour instaurer une paix et une stabilité durable et maintenir la véracité et la crédibilité de l’accord de paix.

  27. Pour la paix et la réconciliation le régime d’IBK est vraiment près à tout. Ce nouveau comité tombe à pique, il apportera du sang neuf dans à la marche vers la paix. Le régime d’IBK est en train de tout mettre en oeuvre pour que la paix puisse revenir dans notre pays socle du développement durable.

  28. Il faut savoir que tous les textes prescrits dans les accords seront respectés à la lettre. IBK est engagé dans ce processus de paix qui gage de développement

  29. L’état est une continuité et donc avec c’est 2 nouveaux cercles c’est le Mali qui gagne. Le développement passe par ces genres d’initiatives.

  30. Le Mali est un pays très vaste et il faut favoriser la décentralisation afin de permettre à toutes les parties du pays de bénéficier des fonds de développement. Merci au président ce choix

  31. Je pense qu’on ne doit pas créer des polémiques autour des affaires ou il n’existe pas. Je ne vois pas de raison de se plaindre dans cet affaire sauf si on n’en veut au régime au régime au pouvoir.

  32. Toute la population malienne a été ravi d’apprendre cette information, et on soutient tous cette décision gouvernementale. Les journalistes malintentionnés peuvent se taire l population fait confiance à IBK et son régime.

  33. La régionalisation de Taoudénit et de Menaka n’a rien d’être considerer comme du fédéralisme. Le fédéralisme ne se manifeste pas ainsi. Le gouvernement malien a procéder à la régionalisation de Taoudénit et de Menaka de la seule raison de mieux s’occuper des ses biens existant sur ce territoire lui appartenant.

  34. Je partage cette réalisation de nos autorités. Les deux nouvelles régions seront toutes investie du pouvoir nécessaire pour la mise en œuvre à la lettre de l’accord. Et seront toutes deux investie du principe de libre administration des affaires. %ais dans le cadre de l’État unitaire.

  35. La presse malienne a perdue toute sa crédibilité et sa dignité, parce que le manque de professionnalisme manque le plus dans ce milieu. Les journalistes maliens racontent toujours des balivernes.

  36. Au lieu d’un Etat unitaire décentralisé de façade, nous sommes partis d’un vrai Etat unitaire décentralisé. Il ne restait plus que cela. C’est une bonne chose et un projet à saluer pour que d’autres cercles deviennent des régions aussi.

  37. Je trouve la création des 2 régions salutaires. J’invite le gouvernement malien à mettre en perspectif la régionalisation des cercles de Koutiala, San, Kati, et tant d’autre. Toute la population malienne soutien cette décision gouvernementale.

  38. Ah bon, donc maintenant le Mali compte 10 régions au lieu de 8, c’est juste et permet d’avoir le contrôle de toutes les parties de la nation. Je salue cette décision des autorités.

  39. Certains journalistes malsains vont mal interpréter cette augmentation du nombre de régions de 8 à 10. Mais et pourtant c’est une disposition de l’accord de paix qui vient d’être appliquée.

  40. Le régime d’IBK est en train de faire la promotion de décentralisation et concentration. Une chose dont le régime d’ATT a échoué. La création de la région de Taoudénit et de Menaka est vraiment salutaire et crédible, ainsi les autorités compétents pourront contenir leur territoires.

  41. Ces régions sont comme les autres régions, des simples collectivités décentralisées. On est toujours dans le cadre un État unitaire décentralisé.

  42. Nous sollicitons de la part des autorités une augmentation du nombre de régions. Une fois qu’il y aura assez de régions avec des gouverneurs à la tête de chacune, les tâches seront partagées et le développement sera au rendez-vous.

  43. J’invite la population malienne accepter et soutenir cette décision gouvernementale, car elle dérive de plusieurs années de réflexion et d”étude sur le lieu. Le gouvernement dispose de plusieurs raison valable pour la bonne protection des personnes et des biens du territoire.

  44. Personnellement je suis content de voir le nombre de région passé à 10. Cela montre que l’accord de paix est en train d’être appliqué par les autorités.

  45. Je pense que cette décision est objectif et salutaire car elle permettra aux autorités compétente à mieux cerner les problèmes administratifs, sécuritaire et tant d’autre sur les territoires maliens.

  46. Bientôt certains autres cercles deviendront des régions. C’est petit à petit. Nous remercions nos autorités pour tout ce qu’elles font pour ce pays.

  47. Vive le nombre de région à plus de 15 ans, comme c’était déjà un projet de l’ancien régime.

  48. Je tiens à souligner que toute la population malienne était au courant de cette décision gouvernementale. D’une manière générale cette décision a été salué par de nombreux citoyens.

  49. Monsieur le journaliste la transformation des cercles Taoudénit et de Menaka en région était l'un des projets gouvernementales depuis le régime d'ATT qui n'a pu mettre en pratique ce projet. Le régime d'IBK a simplement mis en pratique un projet durer dans le placard, cela est loin d'un fédéralisme.

  50. Si cette information est vraie c’est que notre pays va maintenant vers une vraie décentralisation. C’est un succès.

  51. Gouverneur de Région de Taoudénit : Monsieur Abdoulaye ALKADI, Inspecteur des Impôts
    Gouverneur de Région de Ménaka : Monsieur Daouda MAIGA, Professeur de l’Enseignement Secondaire.

    Nous savons de quoi il s’agit, même quand cela pourrait être un peut une surprise aux maliens, c’est une manière de mettre le contrôle par le gouvernement malien.
    Et ce n’est pas mal comme idée.

  52. Cela est une stratégie pour apporter la maîtrise de ses zones éloigner du Mali, je dirais que le gouvernement a bien fait de mettre ses compétence en jeux. Le Mali ne peut pas se remettre de ces blessures que sauf si tous les maliens décident de s’unir et mettre une croix définitive sur les rancunes qu’on se porte. Prions le bon Dieu et Soutenons le gouvernement dans son programme d’application de la paix et la réconciliation.
    Bon vent pour une stabilité durable.

  53. Le document signé récemment à Alger fait un traitement discriminatoire de l’opérationnalisation des deux régions de Ménaka et de Taoudéni par rapport aux autres régions créées par la même loi. Ils s’insurgent aussi contre « le caractère discriminatoire, injuste et dangereux pour la sécurité du pays de l’insertion prioritaire et majoritaire des combattants de la CMA et des autres mouvements politico-militaires au sein des forces de Défense et de sécurité reconstituées déployées au Nord.

  54. Concernant la création de ces deux régions, le MODEC considère que cette disposition est contraire à l’article 3 de l’Accord d’Alger du 15 mai 2015.
    Et qu’elle a un caractère discriminatoire par rapport aux autres régions déjà créées par la même loi et qui attendent l’adoption des mêmes mesures réglementaires et législatives pour être opérationnelles.

  55. Nous sommes dans un Etat trop vaste pour que des gouverneurs de très long trajets puce avoir la maîtrise parfaite de ses zones lointaine, il faut que d’autres régions puce être créé pour la bonne sécurisation du pays.

  56. Cela fait une bonne chose, nous savons combien le Mali est vaste, si ses deux région sont déjà créé cela ne peut qu’être un avantages pour le gouvernement malien et la facilitation de la paix et de la réconciliation.

  57. Les maliens ne sont nullement surpris en cela, cela fait partis du contenu de l’accord de paix et de réconciliation.

  58. Nous restons convaincu que cela vas dans la bonne pratique de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation. Le Mali est une terre très vaste et nous le savons tous.

  59. Ceci est une bonne manière de mettre en place l’accord de paix et de réconciliation.

    • Oui la paix et rien d’autre que la paix telle est notre volonté.
      Nous devons toujours gardé confiance en notre gouvernement et à ses compétences.

  60. Même si ces localités deviennent des régions, cela ne signifie rien puisqu’ils font déjà partis du Mali. Ce qui reste à espérer c’est le retour durable de la paix sur toute l’étendue du territoire malien.

  61. A ce que je sache, Taoudénit et Ménaka font partis du Mali, alors pourquoi tous ces polémiques. Vous devez comprendre que le Mali a besoin de tout un chacun en ce moment précis.

  62. Il me semble que les maliens ont besoin de la paix et de la réconciliation, donc si c’est le cas. Il va falloir qu’on laisse cette décision là où elle est. De toutes les façons, cela ne compromet pas la sauvegarde de l’intégrité de notre pays.

  63. Le Mali traverse un moment très crucial, tous les moyens qui peuvent nous parvenir à une paix durable sont acceptables. La transformation de ces deux cercles en régions ne doit pas nous choqué car c’est surement dans l’accord de paix et de réconciliation.

  64. D’autres ont beau dit tout ce qu’ils veulent, je ne suis pas contre ce décret gouvernemental. De toutes les milles façons, Taoudénit et Ménaka sont aussi des cercles du Mali.

  65. Le Bateau Mali peut beau tanguer mais ne chavira jamais, le président IBK et son gouvernement sont à pied d’œuvre. Ayons juste le courage de se patienter et attendre la fin du quinquennat d’IBK enfin de le juger.

  66. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 Le Mali a besoin de la paix un point un trait c’est tout, Taoudénit et Ménaka soit des régions, cela n’empêche. Tout ce que nous avons à faire c’est de soutenir IBK et son gouvernement enfin que les choses puissent tourner en notre faveur. 😳 😳 😳 😳 😳 😳

Comments are closed.