Dr. Boubou Cissé, une menace politique malgré lui

2

Ce texte publié dans « Le Wagadu » n°94 du mercredi 28 avril 2021 reste d’actualité. La récente adhésion de l’ancien Premier ministre Dr. Boubou Cissé à l’Union pour la République et la démocratie (URD) et les nombreuses attaques à son encontre justifient notre motivation à republier le texte.

Depuis le coup d’Etat du 18 août, l’ancien Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, est devenu la cible de nombreuses critiques qui sont pour le moins injustifiées.

« Ce qui se passe est un complot contre Boubou Cissé pour l’empêcher d’être candidat à la prochaine élection présidentielle ». Cette petite phrase prononcée par Maître Kassoum Tapo le 8 janvier 2021 lors d’une conférence de presse à la Maison de la presse résume toute la situation. Depuis le renversement du régime d’IBK, dont il était le dernier Premier ministre, Dr. Boubou Cissé est devenu l’homme à abattre.

Pourtant, Dr. Cissé n’était qu’un « Premier ministre » qui recevait des ordres du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Pourquoi s’acharner contre un homme qui n’était qu’un exécutant ? Pourquoi ne pas réclamer des comptes à celui qui a été élu par les Maliens ? Est-il la seule personne qui a servi sous IBK ?

Les réponses à ces questions sont très simples. L’ancien Premier ministre, rien qu’en évoquant son nom, coupe le sommeil à plusieurs hommes politiques. « C’est un homme qui dérange et fait peur à beaucoup de probables candidats qui ont peur de l’affronter dans les urnes », constate un analyste de la vie politique. Il a d’ailleurs lui-même compris lorsqu’il a déclaré en début janvier sur les ondes d’une radio internationale être « devenu une menace politique malgré lui ».

L’ancien Premier ministre paie sa loyauté envers le président de la République déchu. L’homme, de par les fonctions qu’il a eu à occuper et le sérieux qui le caractérise, est devenu une menace contre leur projet machiavélique. Il faut alors trouver un moyen pour l’empêcher d’être candidat, surtout qu’ils sont conscients qu’il sera un redoutable adversaire contre eux.

Sans argument et ayant peur de l’affronter, ceux-ci imaginent toutes sortes de campagne de manipulation et de diversion pour ternir l’image de l’homme qui jouit d’une crédibilité tant à l’interne qu’à l’international.

Sur le plan national, des Maliens s’activent à travers le pays à mettre des clubs de soutien à son nom. Ce n’est pas tout, l’homme est démarché par plusieurs partis politiques, pas des moindres, qui souhaitent qu’il soit leur candidat. Sur le plan international, Dr. Boubou Cissé jouit de la confiance des partenaires techniques et financiers.

L’ancien Premier ministre, malgré toutes les critiques à son encontre, n’a encore rien dit. Ce qui est sûr, blanchi dans la présumée affaire de tentative de déstabilisation des institutions, il pourrait donner une nouvelle tournure à sa vie. Pourquoi ne pas alors se lancer dans l’arène politique ? L’avenir nous le dira.

Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Je ne sais pas ce la justice attend pour émettre un mandat de dépôt contre Boubou CISSE et saisir la manne financière qu’il détient. Le plus tôt sera le mieux.

  2. OK, monsieur Sissoko ma question: Si quelcun te demande de manger ton kaka est ce que tu vas le faire??? On ne peut pas parler de simple executant. L executant même est pire que celui qui a donné l ordre.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here