Election présidentielle du 29 avril 2012 : Quand les circonstances semblent favoriser IBK

0

Le contexte plus que suffocant de l’insécurité grandissante dans la partie septentrionale du Mali, la situation toujours titubante de l’école malienne, la corruption qui a franchi le seuil du tolérable semblent plaider en faveur de la candidature du leader du Rassemblement pour le Mali (RPM) à l’élection présidentielle du 29 avril 2012. Selon des observateurs avertis de la scène politique nationale, l’honorable Ibrahim Boubacar Kéita est, parmi tous les prétendants à la succession du président Amadou Toumani Touré, celui qui, à travers la fermeté qu’on lui connaît, incarne le plus les aspirations du peuple malien à la paix et à la sécurité. A la rigueur.

Indépendamment des alliances qui se négocient actuellement avec détermination et persévérance dans les coulisses des différents états-majors politiques, les principaux prétendants à la magistrature suprême de la République du Mali joueront crânement leurs chances pour escalader la colline de Koulouba le 8 juin prochain.

Ainsi, Pr Dioncounda Traoré de l’ADEMA-PASJ, Ibrahim Boubacar Kéita du RPM et leurs mouvements et partis alliés, Soumaïla Cissé de l’URD et alliés, Me Mountaga Tall du CNID-FYT, Modibo Sidibé et d’autres vont disputer âprement le fauteuil que le président Amadou Toumani Touré s’apprête à laisser vacant à compter du 8 juin 2012. Seulement, les événements actuels, qui affectent la partie septentrionale du pays et qui troublent le sommeil de toute la République, placent le prochain scrutin présidentiel dans un contexte particulier. Plus d’un observateur trouve dans l’élection présidentielle de l’année prochaine, l’occasion rêvée de confier la gestion du pays à un homme qui fait parler son autorité. C’est à ce niveau que le préjugé "d’autoritaire collé au président du RPM sera d’un apport pour mater, avec la dernière rigueur, les germes d’un important irrédentisme de mauvais goût qui se développe dangereusement dans les régions de Tombouctou, Kidal, Gao, voire Mopti (avec les récents événements de Hombori).

En effet, Ibrahim Boubacar Kéita, alors Premier ministre, s’était, rappellent plusieurs analystes de la scène politique nationale, déplacé jusqu’à Ber, dans la région de Tombouctou au temps fort de la rébellion dans cette partie du Mali. IBK avait actionné des dépenses en matériel militaire pour près de 6 milliards de nos francs pour doter le pays d’une armée forte et bien équipée pouvant faire face à toute velléité de déstabilisation des institutions comme onen voit actuellement. Il semble que le leader du RPM a été le seul Chef du Gouvernement du Mali qui ait déployé une certaine fermeté dans la résolution de cette crise identitaire dans le septentrion malien.

L’ancien Premier ministre du président Alpha Oumar Konaré est reconnu comme l’homme politique malien qui a le plus défendu la réaffirmation de l’autorité de l’Etat face à la criminalité dans le Nord du pays.

L’on se rappelle que le RPM et son leader ont été les plus prompts à monter au créneau pour fustiger les Accords d’Alger conclus en juillet 2006 entre le Gouvernement malien et un groupuscule de bandits, qui avaient pris les rames contre la République. Et ceci, dans le contexte de la gestion consensuelle du pouvoir durant le premier quinquennat d’ATT. IBK et ses amis du RPM avaient dénoncé le laxisme et la complaisance qui avaient poussé les généraux Amadou Toumani Touré et Kafougouna Koné à courber l’échine devant les hors-la-loi de l’Alliance du 23 mai pour le Changement des Ahmada Ag Bibi.

 En outre, en tant que Premier ministre, IBK a pu, tant bien que mal, insuffler une certaine dynamique de redressement à l’école malienne. L’on se rappelle qu’en 1994, le chef du Gouvernement Ibrahim Boubacar Kéita a courageusement pris des mesures, jugées alors impopulaires, qui ont fini par calmer les esprits qui troublaient la sérénité du système éducatif national. L’école malienne avait pu ainsi se sortir un tant soi peu de l’ornière, avant d’y sombrer encore plus tard sous la complaisance de quelques cadres véreux du pays.

 L’honorable IBK, qui a admirablement dirigé, de 2002 à 2007, l’Assemblée nationale, a également contribué à donner un coup d’accélérateur à la lutte contre la corruption et à la mauvaise gouvernance. Si certains Premiers ministres du Mali peuvent se voir reprocher quelques cas de gestion approximative de certains dossiers, il semble qu’IBK a relevé, d’une manière ou d’une autre, les défis de la bonne gestion des fonds publics.

 Tous ces éléments poussent certains observateurs à conclure aujourd’hui que la candidature de l’honorable Ibrahim Boubacar Kéita a du vent en poupe. Sans compter la dynamique de regroupement de certaines formations politiques et d’un vaste mouvement associatif autour de lui. La campagne électorale sera un moment propice pour le kankélétigui de confirmer ces données du moment. Les autres prétendants devront prouver à l’électorat que le leader du RPM n’est pas nécessairement le seul en mesure de faire face aux nouvelles de menaces sécuritaires. Aux attentes actuelles de tout le peuple malien.

Bruno D SEGBEDJI

 

Préparatifs de la présidentielle 2012 à Koutiala : Mme Coulibaly Abi Traoré crée des clubs de soutien à Ibrahim Boubacar Keïta

Madame Coulibaly Abi Traoré est la marraine et l’initiatrice des clubs et associations de soutien à Ibrahim Boubacar Keita alias IBK dans la capitale de l’or blanc.

Elle a créé des clubs et des associations de soutien à la candidature de l’honorable Ibrahim Boubacar Keita pour unir les jeunes et les femmes de Koutiala afin de faire bloc derrière le candidat du RPM.

Nous l’avons rencontrée pour savoir les raisons de sa motivation : " J’ai créé ces clubs et associations dans les quartiers de Koutiala et dans certains villages pour témoigner la conviction que j’ai pour IBK ", explique-t-elle. Les clubs de soutien initiés par Mme Coulibaly Abi sont implantés dans les quartiers de Koutiala et dans quatre villages rattachés à cette commune urbaine. Ce sont : N’Tiesso, Deresso, Bougoro et Signè. Elle a mis en place six comités dans la commune rurale de Songodoubakoro (Oula). Aussi, elle a à son actif onze associations de femmes dont dix dans la seule ville de Koutiala et une à N’tiesso. Les clubs et associations que dirige Mme Coulibaly ont organisé une soirée dansante à la veille de la fête de Tabaski à Koutiala.

A cela s’ajoutent les manifestations folkloriques (Balani show) qu’elle organise au grand bonheur de la jeunesse du Miankala. Elle projette d’organiser une compétition de football dénommée coupe IBK dans les jours à venir. Pour cela, elle a remis déjà un ballon à chaque club de Koutiala.

Madame Coulibaly Abi Traoré et ses associations et clubs organiseront, le 18 décembre prochain, une conférence pour encore réitérer leur sympathie à IBK et donner des informations sur leur candidat. Elle soutient que son ambition est d’implanter les clubs dans toutes les 36 communes du cercle de Koutiala.

A titre de rappel, Mme Coulibaly Abi Traoré est la première à introduire le Rassemblement pour le Mali (RPM) à Koutiala. Selon cette brave dame, l’idée de créer un club de soutien à IBK est personnelle. Par ailleurs, elle a félicité Ibrahima Cissé de la Coordination de Bamako pour son appui technique.

Seydou DIAMOUNTENE, Correspondant local

 

Commentaires via Facebook :