Entre nous : Les partis politiques se coalisent contre le peuple !

97
Le ministre de l'Administration Territoriale, Moussa Sinko Coulibaly (m)

Les partis politiques constituent l’un des maillons les plus importants de la dĂ©mocratie. Ils ont pour vocation la conquĂȘte et l’exercice du pouvoir. Pour cela, ils doivent participer rĂ©guliĂšrement aux Ă©lections afin de solliciter la voix des Ă©lecteurs. Au Mali, le multipartisme intĂ©gral, l’une des revendications des acteurs du mouvement dĂ©mocratique qui se sont soulevĂ©s contre la dictature du GĂ©nĂ©ral Moussa TraorĂ©, a accouchĂ© de 150 formations politiques.

En 1992, aux premiĂšres heures de la dĂ©mocratie, les partis politiques hĂ©sitaient Ă  former des listes d’alliance. Aujourd’hui, on assiste Ă  une vĂ©ritable coalition des partis politiques contre le peuple. Des formations politiques dĂ©fendant la ligne libĂ©rale soutiennent des socialistes. Et des socialistes se retrouvent sur la table des libĂ©raux.

En absence de visions ou de projets de sociĂ©tĂ©, l’alliance se fait et se dĂ©fait au grĂ© des intĂ©rĂȘts des leaders dont une frange importante gĂšre les partis comme des entreprises personnelles. Selon une enquĂȘte d’AfrobaromĂštre sur « la crise au Mali : attitudes populaires ambivalentes sur la voie Ă  suivre », 58% des Maliens ne se sentent proches d’aucun parti politique en 2012. Les partis politiques, incapables de s’offrir un Ă©lectorat et de le fidĂ©liser, se coalisent contre le peuple.

Lors des Ă©lections lĂ©gislatives de 2013, des alliances contre-nature ont Ă©tĂ© faites par les partis politiques. Ainsi, Ă  Bankass, on notait la liste ASMA-CFP-URD-CODEM. À Bla, c’était RPM-FARE Anka Wuli. Le RPM, l’ADEMA, L’URD, les FARE Anka Wuli se sont coalisĂ©s Ă  DioĂŻla pour rafler les cinq siĂšges. A Koutiala, on s’est retrouvĂ© avec une alliance SADI-ADEMA-URD-MPR. A TĂ©nenkou, le RPM et L’URD Ă©taient sur la mĂȘme liste. « On peut remarquer sur ces listes que des partis ayant soutenu le PrĂ©sident Ă©lu, Ibrahim Boubacar KĂ©ita et ceux qui ont soutenu son challenger, SoumaĂŻla CissĂ© sont sur les mĂȘmes listes. La liste RPM-URD de TĂ©nenkou est l’une des plus surprenantes.

Comment deux partis qui s’étaient affrontĂ©s au 2Ăšme tour de l’élection prĂ©sidentielle peuvent, quelques mois aprĂšs, constituer une liste commune aux Ă©lections lĂ©gislatives ? Sur quelle base s’est faite cette alliance ? », faisait remarquer l’édition 2014 du rapport national sur le dĂ©veloppement humain avec comme thĂšme « Gouvernance Socio-Ă©conomique, politique, sĂ©curitaire et rĂ©silience de la crise 2012 au Mali : enjeux et perspectives».

Le phĂ©nomĂšne d’alliances contre-nature, voire incestueuses, gagne du terrain d’une Ă©lection Ă  une Ă©lection. Les Ă©lections communales et rĂ©gionales avortĂ©es du 25 octobre dernier ont confirmĂ© cette propension de nos leaders politiques Ă  persister dans ce jeu d’alliance indigne d’une dĂ©mocratie qui se veut au service du peuple et non d’une Ă©lite minoritaire corrompue.

Comment comprendre l’alliance RPM-CODEM-ADEMA-ASMA-CFP en commune II du District de Bamako aux Ă©lections communales avortĂ©es ? De mĂȘme Ă  Mopti pour les rĂ©gionales, comment l’URD qui s’est positionnĂ©e dans l’opposition, peut aller en alliance avec l’UM-RDA, un parti de la mouvance prĂ©sidentielle ? Toutes ces alliances ont une explication : servir les intĂ©rĂȘts d’une classe politique plus affairiste que patriotique qui conçoit la dĂ©mocratie comme une grande marmite au service d’une minoritĂ© au dĂ©triment du peuple.

  Chiaka Doumbia

PARTAGER

97 COMMENTAIRES

  1. La population doit se révolter contre nos hommes politiques véreux qui ont transformé la politique à un métier ce qui est trÚs dangereuse pour la démocratie

  2. Le rĂŽle des partis politiques est bien dĂ©fini par les internautes , mais est ce que les acteurs politiques ont la mĂȘme conception de vos dĂ©finitions? Comme ils sont incapables de mobiliser les Ă©lecteurs , le raccourci c’est de s’allier entre eux , ou suivre le parti le mieux placĂ© . On ne peut pas faire une vraie politique sans VRAIE CONVICTION . Si tous les partis avaient la mĂȘme conviction pourquoi crĂ©er d’autres . Donc si n’a pas de politique de conviction , on fera la politique d’intĂ©rĂȘts . C’est ça l’explication des vos alliances honteuses . On fait des alliances pour contrer un parti dont les idĂ©es sont une vraie menaces pour la Nation . Merci

  3. Votre article relate trĂšs justement la politique africaine et ce que font nos partis politiques . C’est honteux de la part de nos hommes politiques ses alliances juste pour se faire Ă©lire . Plus dramatique encore les alliances entre les grands partis pour se faire Ă©lire Ă  travers les petits partis . Avec ces ALLIANCES , ETES – VOUS CAPABLES de vous OPPOSER de celui qui vous PERMIS d’ĂȘtre ELU Ă  l’ASSEMBLEE. QUELLE HONTE vous FAUSSEZ le JEU DEMOCRATIQUE , dans ce cas laissez le gouvernement gĂ©rer comme il veut l’Etat . Merci Monsieur le journaliste d’avoir soulever ce problĂšme de nos politiques .

  4. servir les intĂ©rĂȘts d’une classe politique plus affairiste que patriotique qui conçoit la dĂ©mocratie comme une grande marmite au service d’une minoritĂ© au dĂ©triment du peuple.
    ❓ Qui dit mieux ?? Cela aide Ă  un Ă©veil des consciences pour des choix judicieux.

  5. 😆 😆 😆 , bien titrĂ© cet article 😆 😆 😆
    Les partis politiques et leurs leaders ne sont que des requins, rapaces, crocodiles, coyotes, loups, anacondas et vampires qui ne font profiter de la naivetĂ©, de l’ignorance, du camelionisme etc… du peuple lui mĂȘme.
    Des opportunistes comme le peuple actuellement.
    Alors tant mieux pour eux et tant pis pour le peuple.

  6. Quand mĂȘme il est important que ses partis politique comprennent que notre essentielle est le dĂ©veloppement du pays, nous ne devons pas contester le gouvernement envers ses Ɠuvres pour le pays.
    Vive la république.

  7. Les alliances entre les partis politique ont une mauvaise influence contre les volontĂ©s de ce pays, les partis politique qui s’opposent n’apportent que des dĂ©solations dans notre pays.

  8. La coalition des partis politique doivent fonctionner en faveur de la rĂ©publique, nous devons suivre et comprendre le gouvernement et Ă©viter tout action qui peut ĂȘtre contre la rĂ©publique.

  9. Notre Opposition est une opposition dĂ©solante, une opposition qui ne cherche qu’Ă  mettre le pays dans des situations compliquer.

  10. Un parti politique est une association organisĂ©e qui rassemble des citoyens unis par une philosophie ou une idĂ©ologie commune, dont elle recherche la rĂ©alisation, avec comme objectif la conquĂȘte et l’exercice du pouvoir. C’est donc une organisation au service d’une idĂ©e.

    L’affirmation du suffrage universel a permis le dĂ©veloppement des partis qui animent la vie politique et participent au pluralisme, base de toute dĂ©mocratie.
    Un partis politique est lĂ  pour le service du peuple, dans ce cadre selon la loi, le parti politique doivent du respect au gouvernement.
    Aucun parti ne doit manquer du respect au gouvernement…

  11. Le rĂŽle essentiel des partis politiques est de participer Ă  l’animation de la vie politique. L’article 4 de la Constitution dispose : “Les partis et groupements politiques concourent Ă  l’expression du suffrage”.

    De maniÚre plus précise, les partis remplissent deux fonctions :

    Ils sont les intermĂ©diaires entre le peuple et le gouvernement : le parti Ă©labore un programme prĂ©sentant ses propositions qui, s’il remporte les Ă©lections, seront reprises dans le projet du gouvernement. Les partis de l’opposition peuvent proposer des solutions alternatives Ă  la politique de la majoritĂ© en place et ainsi remplir une fonction “tribunitienne” en traduisant le mĂ©contentement de certains Ă©lecteurs.
    Les partis ont aussi une fonction de direction : ils ont pour objectif la conquĂȘte et l’exercice du pouvoir afin de mettre en Ɠuvre la politique annoncĂ©e. Si dans les rĂ©gimes pluralistes (oĂč existent plusieurs partis) la conception traditionnelle est que le pouvoir exĂ©cutif est en charge de l’intĂ©rĂȘt national indĂ©pendamment des partis, ceux-ci assurent bien la conduite de la politique nationale par l’intermĂ©diaire de leurs reprĂ©sentants au gouvernement et dans la majoritĂ© parlementaire. Ils lĂ©gitiment et stabilisent le rĂ©gime dĂ©mocratique , en le faisant fonctionner. Animateurs du dĂ©bat politique, ils contribuent aussi Ă  structurer l’opinion publique.
    De plus, avec la tendance à la professionnalisation de la vie politique, les partis ont acquis un rÎle de sélection des responsables appelés à gouverner.
    Un parti politique ne doit pas dire des contrevérités sur le pouvoir actuel ni le critiquer.
    Un parti politique ne doit jamais salir la réputation du président actuelle.
    Alors que les partis politiques sachent que IBK est Ă  la tĂȘte du Mali et cela doit ĂȘtre respecter

  12. Le peuple malien est un peuple qui est politiquement mûr maintenant.
    Il sait faire la différence entre les politiciens véreux et cupides comme les opposants actuels et les dignes fils et serviteurs du pays comme le président IBK qui ne ménage aucun effort pour le développement de notre mali.
    Merci Ă  IBK et vive le pays…

  13. Coalition c’est ce qu’ils ont Ă  la bouche quand ils sont en manque de popularitĂ©.
    Nous sommes au courant donc on tombe plus dans ça. Ils formeront des coalitions avec leurs épouses et leurs enfants sinon nous on est plus dupes.

  14. L’opposition malienne actuelle fait la honte du pays.
    Toujours en train de travailler pour leur propre intĂ©rĂȘt et non pour celui du pays.
    Le comble c’est que leur travail prĂ©fĂ©rĂ© c’est le sabotage des actions du prĂ©sident IBK pour le bonheur de ses concitoyens.
    Chers compatriotes opposants,changez de comportement pour le développement de notre pays.

  15. Mes chers compatriotes je vous assure qu’il n’y a pas d’opposition ici au Mali car les prĂ©tendus opposants qui insultent Ă  longueur de journĂ©e le prĂ©sident de la rĂ©publique ont dit ici ĂȘtre Ă  sa disposition le lendemain des Ă©lections et c’est parce que IBK ne leur pas octroyer de portefeuilles ministĂ©riels que ces derniers passent leur temps en train de rĂąler tout le temps.
    Je vous dit que si IBK nomme ces derniers Ă  des postes de responsabilitĂ© ils se tairont Ă  jamais et c’est ça qu’on appelle une opposition?

  16. tous ces partis opposants sont lĂ  pour fouiner leurs nez dans les affaires de l’Ă©tat sans donner des idĂ©es pour la relance du Mali toujours pour saccager IBK mais avec IBK on avance

  17. Les maliens ne peuvent pas se reconnaitre dans des partis politiques tout simplement parce qu’ils n’ont aucun programme de sociĂ©tĂ© Ă  soumettre aux populations et ensuite eux mĂȘmes ne savent pas sur quel pied il faut marcher. Je ne m’Ă©tonnes pas des rĂ©ponses que certaines donnent qu’en on leur demande quelle est l’idĂ©ologie d’un parti de gauche ou de droite. C’est vraiment la migraine Ă  outrance car ces rĂ©ponses ne tiennent pas du tout la route. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Et le malheur est Ă  la population dont ils s’endorment la conscience en leur promettant le ciel; c”est vraiment dommage! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  18. Ce qui met en doute les alliances et les coalition politiques dans notre pays c’est la mauvaise foi des opposants.
    Ils ne sont pas du tout fidĂšles Ă  leurs alliances et sont toujours prĂȘts Ă  changer d’alliĂ© selon le grĂ© de leurs intĂ©rĂȘts.
    La population malienne doit donc faire attention Ă  ces vendeurs d’illusion pour ne pas se laisser berner.

  19. Si ce n’est pas au Mali moi personnellement je n’ai jamais vu ça!
    Des libĂ©raux associĂ©s Ă  des socialistes vraiment le Mali innove en politique et de la pire des maniĂšres. Coalition suicidaire je dirais car il n’y a rien de potent en fin de compte.

  20. En dĂ©mocratie, l’opposition critique, contrĂŽle et propose.
    En contrĂŽlant la majoritĂ©, l’opposition dĂ©fend et promeut ses droits, empĂȘche la majoritĂ© de s’installer dans l’arbitraire. L’un des moyens privilĂ©giĂ©s de son action de contrĂŽle est la critique de l’action et des visions gouvernementales : L’opposition, Ă©tant donnĂ© qu’elle aspire au pouvoir, doit Ă©laborer et diffuser ses propositions dans chacun des domaines de la vie nationale.
    MAIS une fois de plus MAIS avez vous vu l’opposition malienne faire des propositions dans ce pays?
    Toujours à insulter le président de la république et les membres de son gouvernement. Est ce responsable ça?
    Il ne faut pas former des coalitions pour le plaisir de le faire mais pour apporter un plus à la population pour laquelle on prétends tant se battre.

  21. Les alliances entre les partis politiques ne sont pas une mauvaise chose en soi.
    Elles permettent Ă  des partis qui ont des bons programmes en commun de mettre ensemble dans le but de lier le peuple Ă  sa cause pour mieux le servir.
    Mais nos opposants ne font pas des alliances dans ce but.Ils le font juste pour accéder à des postes pour mieux se servir.
    Je garde la foi quand à la prise de conscience de mes compatriotes pour punir ces opposants véreux et cupides.

  22. Le vacillement de certains politiques de parti en parti est la preuve qu’ils n’ont d’abord aucune idĂ©ologie concrĂšte Ă  dĂ©fendre et ensuite ils ne savent pas exactement le rĂŽle d’un politique.
    Il y a des gens dans ce pays qui pensent qu’on va en politiques pour se faire les poches et oui ils se trompent!
    Donc qu’ils se remettent en cause et sachent ce que s’est que la politique avant de voir s’ils s’y engagent ou pas…

  23. Non seulement le regroupement est absent de l’animation de la scĂšne politique, mais il assiste, silencieux, aux scandales qui Ă©claboussent la RĂ©publique sans pouvoir ensuite prĂȘter main forte au prĂ©sident quand ceux-ci Ă©clatent.Soutenir le prĂ©sident dans l’exercice de ses fonctions .
    En lui apportant des idĂ©es sont souvent propices Ă  la gestion du peuple n’est ce pas Lilith

  24. Les partis politiques de l’opposition malienne,surtout les plus reprĂ©sentatifs,sont de vĂ©ritables vautours.
    Ils sont prĂȘts Ă  toutes les alliances,mĂȘme les plus sordides,pour arnaquer le peuple et pour aussi niquer aprĂšs les petits partis politiques qui les ont aidĂ©s Ă  atteindre leur but.
    Cette pratique a commencĂ© Ă  prendre de l’ampleur avec des personnes comme TiĂšbilĂ© et sa bande.
    Que Dieu protĂšge nos parents de ces voleurs…

    • Ces alliiances de partis politiques -des affiliĂ©s de fortune- ne sont autres qu’une sorte de pantalonnade de partis sans crĂ©do qui en fait persistent dans la trahison de leurs idĂ©ologies politiques pour des intĂ©rĂȘts particuliers detriment du peuple tout en ravageants les biens publics comme sources de financement.
      L’avenir de la nouvelle gĂ©nĂ©ration de ce pays ressemble Ă  un trou noir dans le ciel.

  25. DĂ©cidĂ©ment, tout ce qui tourne autour d’IBK semble aller de l’envers, jusqu’à la Coordination des partis politiques de la majoritĂ© prĂ©sidentielle qui, comme son nom ne l’indique pas, joue ouvertement contre le prĂ©sident de la RĂ©publique qu’elle est pourtant censĂ©e soutenir dans la mise en Ɠuvre du projet de sociĂ©tĂ© qui l’a hissĂ© au trĂŽne. Oui, la Coordination de la majoritĂ© prĂ©sidentielle (Cmp) ne soutient pas Ibrahim Boubacar KĂ©ĂŻta; elle est engagĂ©e plutĂŽt dans une course effrĂ©nĂ©e aux postes juteux et mĂȘme aux strapontins du pouvoir.
    La majoritĂ© s’oppose Ă  IBK car ces personnes visent le miel du du pouvoir .IBK n’a pas besoin d’opportuniste au pouvoir mais plutĂŽt des gens qui travaillent pour le bien ĂȘtre de la population

  26. Le problĂšme dans les coalitions c’est que chacun se bat pour ses intĂ©rĂȘts personnels et je pense que c’est ce qu’aprĂšs deux ans IBK a su et donc il veut travailler “avec ceux qui ont l’amour du Mali” dans l’ñme” et non des opportunistes qui vont salir sa gestion

  27. Au Mali, certains hommes politiques font de la politique du ventre. Ils vont lĂ  oĂč ils ont leur intĂ©rĂȘts. C’est le cas de Dramane DembĂ©lĂ©, Bafotigui Diallo, Bakary KonĂ©, Bocary Treta parce qu’aucun politique adhĂ©rant Ă  l’idĂ©ologie de son parti ne le trahira jamais quelques soit le motif.

  28. Certaines personnes sont dans les coalitions seulement pour les portefeuilles ministĂ©riels et des places dans les institutions et autres administrations. Sinon le reste ce n’est pas leur affaire et cela au grand dame de leur militants qui fondent assez d’espoir dans ces unions.

  29. Nous exhortons tous les partis Ă  suivre et Ă  soutenir IBK car c’est un homme droit et honnĂȘte et un vrai dirigeant pour le mali.
    le multipartisme dans notre pays est perçu maintenant comme une opposition male fondĂ©e sur les bonnes Ɠuvres de IBK.

  30. Certains politiques maliens sont des opportunistes . Lorsqu’ils s’agit d’entretenir les dĂ©bats politiques, ils sont bouche-b. Mais quand il s’agit de mener une guerre de place Ă  l’intĂ©rieur mĂȘme des partis, ils sont les premiers. C’est vraiment dĂ©cevant de la part des membres des diffĂ©rentes coalitions que ce soit de la majoritĂ© prĂ©sidentielle ou de l’opposition.

  31. Ibrahim Boubacar Keita, lors de sa visite en troisiĂšme rĂ©gion, a manifestĂ© sa dĂ©ception face Ă  son entourage, la majoritĂ© prĂ©sidentielle. Il a eu Ă  soulever certains points dans leur rĂ©action. Ces proches, il s’agit toujours de la majoritĂ©, sont tous opportunistes. Ce sont leurs places qui les prĂ©occupent et non la logique du parti.

  32. Les membres d’un camp politique,d’un parti, doivent s’entraider sur la scĂšne politique. Surtout lorsqu’on est en alliance avec d’autres partis politiques.
    En politique, il ne suffit pas seulement d’ĂȘtre militant d’un parti. Il s’agit aussi de partager une idĂ©ologie et la soutenir .Mais c’est totalement le contraire chez nous au Mali ou chacun cherche ses intĂ©rĂȘts.

  33. Ces alliances contre nature sont devenues le travail favori de partis politiques de l’oppositions.
    Lorsqu’ils voient qu’ils sont en ballottage dĂ©favorable dans une circonscription Ă©lectorale,ils cherchent Ă  tisser une alliance avec n’importe quel parti dans le but de barrer la route au parti au pouvoir pour faire leurs sales besognes.
    Que Dieu protĂšge le Mali….

  34. Prenons le cas de certains partis politiques c’est aprĂšs leur Ă©chec au premier tour des Ă©lections prĂ©sidentielles de 2013 que des partis politiques comme, CODEM, MPR, CNID, ADP-Maliba, 
 ce sont mis au cĂŽtĂ© du RPM car tout le monde savait qu’il sortirait victorieux du deuxiĂšme tour. VoilĂ  pourquoi aucun politicien de ces partis n’a pas une seule fois dĂ©fendue la cause de la majoritĂ© prĂ©sidentielle.

  35. Il ne suffit pas forcĂ©ment de faire partie de la majoritĂ© prĂ©sidentielle, du gouvernement ou un proche du prĂ©sident pour apporter sa contribution dans la gestion du pays. La patrie est un trĂ©sor et un hĂ©ritage lĂ©guĂ© par nos ancĂȘtres auxquelles nous devrions tous prendre en soin.

  36. Le rĂŽle primordial de la majoritĂ© prĂ©sidentielle est d’apporter soutien au rĂ©gime en place, soutenir les actions gouvernementales, mobiliser et sensibiliser la population Ă  suivre et garder d’avantage la confiance et l’espoir au prĂ©sident. Le RPM se doit de faire un travail remarquable, il doit accomplit sa tĂąche en particulier comprendre et faire comprendre, soutenir et faire soutenir le rĂ©gime d’IBK.

  37. De nos jours l’opposition Ă  faillir Ă  son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crĂ©dibilitĂ© car elle ne fait que attaquer le rĂ©gime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  38. D’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale on parle de l’ensemble des acteurs politiques, mais la faute revient le plus Ă  l’opposition. L’opposition malienne est une opposition irresponsable, une opposition apatride. L’opposition malienne empoissonnent d’une maniĂšre ou d’une autre le systĂšme, dans le seul but de parvenir Ă  ses ambitions infĂąmes.

  39. Je lance un vibrant appel Ă  tous les acteurs politiques notamment ceux de l’opposition, si les critiques pouvait rĂ©gler la situation politique au MALI, nous n’en serions pas lĂ . Nous devrions passer Ă  d’autres Ă©tapes celui de soutenir le rĂ©gime ou de mĂȘme de proposer des idĂ©es neuves.

  40. La convention de la mouvance prĂ©sidentielle ne joue pas pleinement son rĂŽle, elle ne soutient point le rĂ©gime au pouvoir, les membres de la mouvance prĂ©sidentielle se battent pour des raisons d’intĂ©rĂȘts personnelles, c’est-Ă -dire des conflits de poste dans l’administration.

  41. Les partis politiques ne sont pas tous les mĂȘmes comme vous le pensez. Seulement de l’opposition sont engagĂ© dans une logique contraire de la rĂ©alitĂ©. Loin de la rĂ©alitĂ©, ils forment des coalition de lutte commune pour arriver au pouvoir par tous les moyens. Ils sont prĂšs Ă  changer de camp Ă  tout moment. 😀 😀 😆 😆

  42. Je ne pense pas qu’il y a de vrais partis politiques au Mali. Au vrai sens du mot, on n’est pas politiciens fidĂšle d’un parti politique pour mettre un coup de feu Ă  l’intĂ©rĂȘt de la nation. Ils forment des coalition juste pour adhĂ©rer au pouvoir. 😛 😛 💡 💡

  43. La population malienne n’accorde aucune confiance aux partis politique malienne, car la maniĂšre de pratiquer des acteurs politiques en particulier de l’opposition est vraiment sordide et lamentable. La population malienne n’a point besoin de cela.

  44. Les partis politiques, prĂ©cisĂ©ment ceux de l’opposition, sont tous des opportunistes. Ces partis sont les premiers ennemis de la nation. Opposants la nuit et fidĂšle la journĂ©e. 😯 😯 💡 💡

  45. Je me demande pourquoi le RPM tient tant à porter la poisse au président de la république, alors que vous avez tout eu grùce à ce monsieur !!!

  46. Je me demande comment les militants d’un mĂȘme parti peuvent s’en vouloir autant, alors que, si je ne me trompe pas, vous plaidez la mĂȘme cause !!!

  47. De toute Ă©vidence, ce n’est pas du jour au lendemain que tout peut rentrer dans l’ordre. Quand mĂȘme, la participation des partis politiques Ă  la convalescence du pays est opportune. Le prĂ©sident Ibrahim Boubacar Keita est venu trouver le Mali dans une phase critique. Il lui faut du temps pour sortir ce pays dans la crise.

  48. Les acteurs politiques gĂšrent trĂšs mal la situation dans la tendance politique au Mali. La politique malienne traverse une crise existentielle. Depuis l’avĂšnement d’IBK au pouvoir, les acteurs politiques de l’opposition ont engagĂ© une lutte sans merci contre son rĂ©gime. Elle procĂšde par des actes infĂąmes.

  49. Le temps n’est plus Ă  la dissociation au sein d’un mĂȘme parti, Ă  plus forte raison le parti prĂ©sidentiel, le temps est Ă  l’unisson !!!

  50. La dĂ©mocratie c’est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Chacun doit avoir l’ambition de faire dĂ©velopper le pays, que tu sois politicien ou civil. Mais les politiciens doivent arrĂȘter ces jeux politiques, changer toujours le cĂŽtĂ©, c’est ce qui fait trainer le dĂ©veloppement du pays.

  51. Il est vraiment temps que mettez de cĂŽtĂ© vos diffĂ©rents, et qu’ensemble vous vous alignez derriĂšre le prĂ©sident de la rĂ©publique, et que vous le soutenez !!

  52. C’est Ă©vident que le prĂ©sident Ibrahim Boubacar seul ne peut pas gĂ©rer le pouvoir. Force est de reconnaitre qu’il n’est sait pas procurer tout seul de la gestion du pouvoir. Si c’était le cas, ces ministres n’en seraient pas lĂ . Mais cela n’empĂȘche, il faut aussi la contribution des partis politiques pour la convalescence du Mali.

  53. Ce sont les acteurs politiques qui dĂ©tiennent l’avenir politique d’un pays. La mauvaise gestion de la politique par les acteurs politiques rĂ©sument forcĂ©ment Ă  la mauvaise gestion du pays, car le choix de la population rĂ©side entre les acteurs politique.

  54. Vu la situation, je dirais que cette majoritĂ© n’a nullement lieu d’exister dans ce pays de par le diffĂ©rents actes qu’elle Ă  tendance Ă  poser !!!

  55. ArrĂȘtez de vous entre tuer au sein du Rpm, le pays est en train de brĂ»ler, le prĂ©sident est en mauvaise posture Ă  cause de cette crise qui affecte tout le monde !!!

  56. C’est l’union qui fait la force, la classe politique malienne doit avoir toujours une seule ambition qui est faire avancer ce pays et rĂ©pondre aux attentes de la population. Vive le Mali uni !!!

  57. Les militants du parti RPM n’est pas digne d’avoir un prĂ©sident comme Ibrahim Boubacar Keita. Au lieu d’aider le prĂ©sident de la RĂ©publique Ă  reconstruire le pays, ils prĂ©fĂšrent s’unir pour dĂ©truire le MALI d’IBK.

  58. La convention de la majoritĂ© prĂ©sidentielle, l’opposition et les partis politiques neutres doivent tous avoir un mĂȘme but, pas engager un combat pour le fauteuil prĂ©sidentielle, mais avant tout un combat pour le bien ĂȘtre du pays. Les acteurs politiques doivent mettre en avant les intĂ©rĂȘts gĂ©nĂ©rales.

  59. Les politiciens se rassemblent Ă  chaque fois pour leurs intĂ©rĂȘts et pour comment sauver le pays ou faire dĂ©velopper le pays. Toutes ces coalitions ne visaient que piller le pays et pour ĂȘtre au pouvoir seulement.

  60. Nous devons, tous ĂȘtre unis pour sauver le Mali, surtout les classes politiques maliennes. Mais en rĂ©alitĂ©, les partis politiques maliens ne sont pas motivĂ© pour la survie de notre cher pays.

  61. Les alliances de nos partis politiques sont toujours Ă  l’encontre des attentes de la population. La politique malienne est basĂ©e seulement sur l’intĂ©rĂȘt personnel.

  62. L’opposition et la majoritĂ© prĂ©sidentielle doivent avoir la conscience de l’ambition commune pour le pays avec le peuple. Les critiques stĂ©riles ne vont rien nous servir, chacun doit mettre l’intĂ©rĂȘt du pays au-dessus de tout et avant tout. Unissons-nous, c’est l’union qui fait la force. Le Mali d’abord !!!

  63. Les partis politiques maliens doivent s’unir pour soutenir le prĂ©sident et son gouvernement. En cette pĂ©riode terrible de l’histoire de notre pays, ces partis doivent former une seule coalition pour soutien au gouvernement malien.

  64. Les partis politiques maliens doivent s’unir pour soutenir le prĂ©sident et son gouvernement. En cette pĂ©riode terrible de l’histoire de notre pays, ces partis doivent former une seule coalition pour soutien au gouvernement malien.

  65. Vous savez autant bien que moi que TiĂšbilĂ© ne fait que de la farce, qu’il s’efforce de chercher des dĂ©tails inutiles, Ă  faire des accusations inlassablement mĂȘme sur des affaires connues de tous pour leurs clartĂ©s !!! SoumaĂŻla cissĂ©, quand Ă  lui, ne dispose plus d’arguments nĂ©cessaires pour tenir tĂȘte face aux exploits du rĂ©gime actuel !!! Mais le plus touchant dans cette affaire est que le prĂ©sident de la rĂ©publique et son gouvernement ne prĂȘtent aucune attention Ă  ces dĂ©tracteurs du pays et continuent de faire leur travail !!!

  66. L’opposition malienne ne souhaite qu’une seule chose, que le pays sombre dans la terreur, que la population se rĂ©volte contre le rĂ©gime en place et que chaque membre de la dite opposition puisse satisfaire ses dĂ©sirs purement et simplement politique !!!

  67. L’opposition malienne n’a nullement lieu d’exister dans ce pays de par les actes qu’elle pose nuit et jour pour porter prĂ©judice Ă  l’image du prĂ©sident de la rĂ©publique !!! Alors qu’elle sait trĂšs bien qu’en voulant dĂ©stabiliser le prĂ©sident, c’est le MALI qu’elle va dĂ©stabiliser !!!

  68. Des alliances pour le partage du gĂąteau soit pour semer le trouble dans le pays. Ceux qui se rallient au pouvoir veulent le partagent du gĂąteau et ceux de l’autre cĂŽtĂ© sont pour semer la pagaille pour perturber le gouvernement dans ses missions.

  69. L’opposition malienne est une bande d’incapable !!! Elle est animĂ©e par des personnes qui n’ont aucune envie que ce pays se sorte de cette merde, qui ne voient que leurs intĂ©rĂȘts personnels, pas ceux du MALI !!!

  70. Surtout nos opposants, ils s’en fichent de la situation du pays et les conditions de vie du peuple. Ils cherchent toujours Ă  troubler le pays avec des diffamations et des fausses accusations contre le gouvernement. C’est la population qui souffre dans tout cela.

  71. La politique malienne est comme un systĂšme d’arnaque de la population civile. Leurs combats ne sont basĂ©s que sur comment piller l’argent du contribuable malien.

  72. La plupart des coalitions politiques ne visent que s’enrichir au dos de la population civile. Certains partis politiques sont toujours aux cĂŽtĂ©s du pouvoir.

  73. Les politiciens doivent savoir que les relations politiques sont postĂ©rieures relations sociales. C’est Ă  dire Ils doivent ĂȘtre toujours en parfaite collaboration avec la sociĂ©tĂ© civile mĂȘme s’il n’y a pas mouvement politique.

  74. La mise en place d’une large coalition avec l’arrivĂ©e au pouvoir, en 2002, d’une personnalitĂ© indĂ©pendante, Amadou Toumani TourĂ© (dit « ATT »), a constituĂ© une opportunitĂ© pour toutes les formations politiques marginalisĂ©es par les dix annĂ©es de rĂšgne AdĂ©ma  .L’Alliance pour la dĂ©mocratie au Mali, le parti d’Alpha…. Cependant, l’indĂ©pendance revendiquĂ©e du chef de l’État a-t-elle un sens dans un pays aux 106 partis politiques ? De quelles ressources (non politiques) « ATT » disposait-il pour l’emporter face Ă  de puissantes machines Ă©lectorales comme l’AdĂ©ma, le Rassemblement pour le Mali (RPM) ou le CongrĂšs national d’initiative dĂ©mocratique (Cnid), rompues au fonctionnement complexe du champ politique malien ? Plus gĂ©nĂ©ralement, a-t-il fait le choix de la libertĂ© face aux partis politiques ou, au contraire, s’est-il simplement contentĂ© de tous les choisir ?

  75. Je demande au peuple de ne plus voter certains partis qui ont fait des coalition contre lui. On est pas militants d’un parti politique pour ne dĂ©fendre que leur intĂ©rĂȘt personnel. Je suis contre toute coalition dans ce pays. 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen:

  76. Deux partis politiques crĂ©ent une coalition prĂ©Ă©lectorale en annonçant qu’ils ont l’intention de former un gouvernement ensemble s’ils reçoivent assez de votes au cours de l’élection Ă  venir. Dans bien des cas toutefois, les partis politiques briguent les suffrages de maniĂšre indĂ©pendante, et les Ă©lecteurs n’ont pas la possibilitĂ© de se prononcer sur les pourparlers postĂ©lectoraux menant Ă  un gouvernement de coalition.

  77. Il faut tout d’abord distinguer les militants des adhĂ©rents. Les adhĂ©rents sont des personnes affiliĂ©es Ă  un parti politique, dont elles possĂšdent la carte aprĂšs avoir payĂ© une cotisation, gĂ©nĂ©ralement d’un faible montant. Le militant, quant Ă  lui, est un adhĂ©rent actif. Ce qui signifie qu’il accepte de faire bĂ©nĂ©volement un travail de terrain et de participer Ă  la vie du parti.

    Cette activitĂ© de militant est variĂ©e. Il peut s’agir :

    de participer aux rĂ©unions du parti, de maniĂšre Ă  dĂ©battre de ses orientations, de la stratĂ©gie Ă©lectorale Ă  adopter lors d’une Ă©lection locale ou des grands dĂ©bats nationaux du moment ;
    de faire connaĂźtre les positions du parti par la distribution de tracts dans la rue, sur les marchĂ©s ou par la vente d’un journal ;
    de participer aux activitĂ©s plus nombreuses lors des campagnes Ă©lectorales (collage d’affiches, organisation de meetings…).

  78. La dĂ©mocratie est devenu un mali dans ce pays. Les partis politiques de ce pays n’ont absolument aucun connaissance de ce qu’ils font. Un parti politique ne doit pas ĂȘtre un frein pour le bon dĂ©veloppement de ce pays. 💡 💡 😛 😛

  79. On note depuis quelques annĂ©es une certaine dĂ©sillusion des citoyens envers les partis, qu’ils ne considĂšrent plus forcĂ©ment comme leurs meilleurs reprĂ©sentants et intermĂ©diaires. L’augmentation du taux d’abstention aux diffĂ©rentes Ă©lections traduit peut-ĂȘtre cette rĂ©alitĂ©.

  80. Les partis politiques sont les intermĂ©diaires entre le peuple et le gouvernement : le parti Ă©labore un programme prĂ©sentant ses propositions qui, s’il remporte les Ă©lections, seront reprises dans le projet du gouvernement. Les partis de l’opposition peuvent proposer des solutions alternatives Ă  la politique de la majoritĂ© en place et ainsi remplir une fonction “tribunicienne” en traduisant le mĂ©contentement de certains Ă©lecteurs.

  81. Les partis politiques sont dans leur droit de former des alliances pour regarder dans la mĂȘme vision. C’est seulement de cette maniĂšre que le peuple ne sera pas leur victime. Mais une fois que ces partis s’inscrivent dans une logique de nuisance, leur alliance doit ĂȘtre interdite. 😯 😯 😆 😆 😆

  82. L’Etat doit pendre des sanctions contre les alliances des partis politiques. Le peuple doit ĂȘtre protĂ©gĂ© pour ceux-ci mais ceux-ci ne doivent former des alliances contre ce mĂȘme peuple. Mais le cas du Mali est tout Ă  fait le contraire. 💡 💡 😆 😆

  83. D’abord, une alliance a pour base dĂ©fendre les mĂȘmes visions et objectifs. Mais est ce le cas dans notre pays? je pense que non car si le partage du gĂąteau ne se faisait pas de façon Ă©quitable, l’alliance serait immĂ©diatement consommĂ©e. Pour dire que le peuple meurt pendant que les partis se nourrissent.

  84. Certes il y’ a eu le multipartisme dans notre pays.Ce qui a permis la naissance de moult partis politiques.
    Mais Ă  plusieurs annĂ©es passĂ©es, nous devons nous poser la question de savoir ” Quel est l’apport de ces partis politique dans la vie de notre nation?”
    Le constat ici montre que la politique permet de s’enrichir et tout le monde s’y met pour se faire une retraite bien arrosĂ©e

  85. Les partis politiques jouent un rĂŽle primordial dans la gestion d’un Etat dĂ©mocratique. L’alliance entre ces partis doit aboutir Ă  la rĂ©alisation de certains projets. Il ne doit pas y avoir d’alliance contre le peuple entre partis politiques. 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  86. Les partis politiques sont des maillons de la dĂ©mocratie. Mais s’ils arrive que ces partis forment de alliances contre le peuple, ils doivent dĂ©missionner de la politique pour toujours. ➡ ➡ 👿 👿

  87. URD, ADEMA PARENA font des alliances de survie pour pouvoir payer leur factures sinon quoi de concret en eux. Ils n’ont jamais voulu de bien pour ce pays donc je me mĂ©fie personnellement de ces partis

  88. Les partis politiques peuvent former des alliances mais pas contre le peuple. Sinon leur alliance ne servira qu’Ă  nuire le peuple et la nation toute entiĂšre. Les partis politiques de ce pays sont tous des crĂšves la faim. Il ne dĂ©fendent aucune idĂ©ologie. 💡 💡 💡 :mrgreen: :mrgreen:

  89. Ce sont des jeux d’intĂ©rĂȘts ou des alliances de façade. Il faut un engagement sincĂšre entre les partis et dans l’intĂ©rĂȘt du peuple.
    Les différents partis doivent apprendre à convaincre le peuple avec des projets de sociétés fiables, cohérents dans lesquels projets le peuple se retrouve

Comments are closed.