Focus : Lâchage !

1

Le 30 décembre 2017, le président Ibrahim Boubacar Keïta porte son choix sur Soumeylou Boubeye Maïga pour occuper le fauteuil de Premier ministre. IBK venait de nommer son 5è chef du gouvernement pendant son 1er quinquennat.

En occupant son bureau à la cité administrative, siège de la Primature, Soumeylou Boubeye Maïga avait fait de la sécurisation du Centre l’alpha et l’oméga de sa nouvelle mission. Quelle est aujourd’hui la situation au Centre ? Elle est si dramatique qu’elle a relégué au second plan le dossier du Nord. Le Centre devient un facteur de division des enfants du Mali !

Les mauvaises langues soutiennent même que Soumeylou B Maïga a tout simplement échoué dans la mise en œuvre de son fameux Plan de sécurisation du Centre. En réalité, le Premier ministre n’est jamais sorti de la profession de foi, de l’incantation.

Et depuis plus d’un an, nous attendons de Soumeylou B Maïga qu’il nous prouve sa capacité d’ « expert en sécurité ». En un mot qu’il stabilise les régions du Centre et qu’il assure surtout la sécurité de tous les  Maliens.

Si la bataille de la sécurisation avait été gagnée, elle aurait permis à Soumeylou B Maïga de se trouver en bonne posture actuellement.

Mais voilà ! Le Premier ministre donne l’impression d’avoir perdu la bataille sur tous les fronts. Ce qui explique son lâchage par bon nombre d’acteurs politiques, y compris ceux du camp présidentiel.

Au-delà, la fureur et le fracas des multiples problèmes engendrés par la « méthode Soumeylou » suscitent des grincements de dents au sommet de l’Etat.

C H Sylla      

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. SOUMEYLOU BOUBEYE MAIGA a mis en place une stratégie pour être là où il est contre ses ennemis intimes qui sont les MOUSSAISTES tapis dans l’ombre du CLAN présidentiel.
    Ce sont ces ennemis qui avaient profité de la débâcle de kidal pour pousser IBK à se débarrasser de lui.
    Il a pris sa revanche de façon éclatante.
    Mais un chef de gouvernement n’est protégé que par ses résultats.
    Même son allié le plus sûre ne peut le sauver,si les résultats ne sont pas réalisés.
    C’est pourquoi il a oeuvré pour reporter les élections législatives que ses ennemis voulaient profiter pour avoir un nombre élevé d’élus espérant avoir un pouvoir de nuisance à ce niveau,qu’ il espère avoir une majorité nécessaire pour empêcher que ses ennemis réussissent à POUSSER IBK à se débarrasser de lui.
    Toutes ces manoeuvres sont des préalables pour pouvoir succéder à IBK,l’objectif ultime de SBM.
    Il doit rester, par tous les moyens ,dans les allées du pouvoir afin de succéder à IBK.
    La garantie pour cela,c’est la majorité à l’assemblée nationale d’où la tentative de regroupement de certains partis politiques influents pour former un parti politique capable de gagner largement l’élection législative.
    Cette manoeuvre n’est elle pas entrain de produire le résultat contraire avec le rapprochement du RPM avec l’URD que lui-même a senti immédiatement le danger en se rapprochant du RPM,en arrêtant certainement de piquer dans ces rangs ?
    La force de SBM est moins son aura que son intelligence politique qui a ses limites face à des personnalités politiques séduisantes de la qualité d’un ALPHA OUMAR KONARE,d’AMADOU TOUMANI TOURÉ .
    S’il avait la personnalité de ces deux personnes,on pourrait dire qu’ il file droit à la présidence tant aucune manigance de ses ennemis ne pouvait l’atteindre.
    En l’état il doit composer avec d’autres qu’ il a déjà écartés avec sa politique de maintien de l’ordre injuste car refusant de respecter les règles démocratiques.
    Il est mal parti pour succéder à IBK car ses ennemis finiront par le faire partir, seul le résultat gouvernemental peut le sauver qu’ il serait difficile d’obtenir dans le contexte actuel avec un CLAN présidentiel incapable de réduire son train de vie pénalisant pour une bonne gouvernance nécessaire à permettre d’avoir des résultats.
    Le CLAN présidentiel a les germes d’un soulèvement populaire qui rebattra les cartes comme en 1991 obligeant les partis politiques à réformer les alliances.
    IBK va dégager car incapable d’apaiser la situation.
    C’est le destin qui attend SBM,s’il n’est pas parti très tôt.
    OSER LUTTER ,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here