Gouvernement de large ouverture : Et l’opposition entra en léthargie !

2

La signature de l’Accord politique de gouvernance du 2 mai dernier ayant conduit à la formation du gouvernement Boubou Cissé a-t-elle définitivement anéanti les velléités contestataires de l’opposition malienne ?

Maliweb.net Avec quatre de ses principaux lieutenants, Tiébilé Dramé, Oumar Hamadoun Dicko, Housséini Amion Guindo et Amadou Thiam « enrôlés » au sein de l’équipe gouvernementale, l’opposition malienne a visiblement perdu sa verve d’il y a quelques mois.

Cette lecture de la situation est corroborée par la sortie du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, selon laquelle, « le fait que nos amis sont entrés dans le gouvernement n’est pas une trahison ». Ce qui veut dire en d’autres mots, que l’opposition a désormais ses partenaires (amis) au sein de l’équipe gouvernementale. Ce qui doit pousser les opposants à lever le pied dans la critique acerbe ou à, en un mot, ménager les gouvernants.

Il s’ensuit que l’opposition est devenue brusquement aphone comme désarmée. Et il faut reconnaître que le nouveau Premier ministre, Dr Boubou Cissé a une sorte de baraka qui permet au gouvernement d’engranger des succès non négligeables : fin de la grève des enseignants avec une année scolaire désormais sauvée, fin de la grève de la faim des cheminots, refroidissement du front social avec des préavis de grève désamorcés, etc.

Par ailleurs, l’imminence du dialogue politique inclusif est aussi un axe majeur de l’accalmie politique du moment. Car, même s’il y a du grain à moudre pour les adversaires du régime IBK, nombreux sont ceux qui observent un attentisme avant de dégainer lors de ces discussions inter maliennes. Et les sujets sensibles ne manquent pas comme le projet de révision de la Constitution du 25 février 1992, le découpage territorial, l’éventualité de la deuxième  prorogation du mandat des députés, le chronogramme électoral (référendaire, législative, sénatoriale), etc. et sur tous ces sujets, l’URD de Soumaïla Cissé, les FARe Anka Wuli de Modibo Sidibé, l’ADP-Maliba d’Aliou Boubacar Diallo, le RpDm de Cheick Modibo Diarra pourraient emboucher de nombreuses et bruyantes trompettes…

Comme on le voit, l’on peut conclure que l’opposition malienne est finalement en une sorte de léthargie, une phase de vie ralentie ou peut-être une phase d’hibernation pour mieux reprendre du poil de la bête. L’avenir nous édifiera.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. ” … la sortie du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, selon laquelle, « le fait que nos amis sont entrés dans le gouvernement n’est pas une trahison ». Ce qui veut dire en d’autres mots, que l’opposition a désormais ses partenaires (amis) au sein de l’équipe gouvernementale. Ce qui doit pousser les opposants à lever le pied dans la critique acerbe ou à, en un mot, ménager les gouvernants… ” … /// …
    :
    C’est un comportement responsable et sensé. Leurs Amis ne les ont pas trahi en entrant au Gouvernement. Ce Gouvernement s’est constitué après des consultations avec tous les Partis politiques et à la suite de concertations entre Pouvoir et Opposition.
    Torpiller ce Gouvernement n’aurait été compris de personne, car ce serait saper le travail de leurs propres Amis.. L’Opposition républicaine et démocratique se discréditerait en continuant les critiques.
    Les élections sont passées, il faut aller de l’avant pour mettre un terme à la crise politique et au conflit armé. Les Populations Maliennes ont besoin de paix. Travailler au développement du pays n’est possible que s’il y a la paix. Quand viendra cette paix… Elle sera durable si nous nous attelons à combattre les inégalités sociales et la pauvreté dans notre pays.
    On ne peut pas continuer à conforter une catégorie de Gens dans les privilèges mal acquis tout en minimisant les besoins et les revendications des masses laborieuses du pays dans la précarité.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. ” … la sortie du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, selon laquelle, « le fait que nos amis sont entrés dans le gouvernement n’est pas une trahison ». Ce qui veut dire en d’autres mots, que l’opposition a désormais ses partenaires (amis) au sein de l’équipe gouvernementale. Ce qui doit pousser les opposants à lever le pied dans la critique acerbe ou à, en un mot, ménager les gouvernants… ” … /// …
    :
    C’est un comportement responsable et sensé. Leurs Amis ne les ont pas trahi en entrant au Gouvernement. Ce Gouvernement s’est constitué après des consultations avec tous les Partis politiques et à la suite de concertations entre Pouvoir et Opposition.
    Torpiller ce Gouvernement n’aurait été compris de personne, car ce serait saper le travail de leurs propres Amis.. L’Opposition républicaine et démocratique se discréditerait en continuant les critiques.
    Les élections sont passées, il faut aller de l’avant pour mettre un terme à la crise politique et au conflit armé. Les Populations Maliennes ont besoin de paix. Travailler au développement du pays n’est possible que s’il y a la paix. Quand viendra cette paix… Elle sera durable si nous nous attelons à combattre les inégalités sociales et la pauvreté dans notre pays.

    Vivement le Mali pour nous tous.
    On ne peut pas continuer à conforter une catégorie de Gens dans les privilèges mal acquis tout en minimisant les besoins et les revendications des masses laborieuses du pays dans la précarité.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here