Housséïni Amion Guindo rencontre les notabilités et la classe politique de Kita : « Donnons-nous la main tous les fils du Mali pour participer au développement du pays »

2

A l’occasion de la rentrée politique 2016 – 2017 du parti de la CODEM (Convergence pour le développement du Mali) et de la conférence de la section de Kita, le dimanche 24 janvier 2016, le président du parti de la quenouille, Housséïni Amion Guindo a successivement rencontré les notabilités et la classe politique (majorité et opposition) de la localité. Il les a invités à soutenir l’action du gouvernement. « Donnons-nous la main tous les fils du Mali et regardons dans la même direction pour participer au développement du pays. Certes, nous sommes dans des maisons différentes mais nous cultivons le même champ et ce champ s’appelle le Mali», tel est le message apporté par le leader politique au peuple de Kita. 

Le président de la CODEM Housséïni Amion Guindo (et non moins ministre des sports) a rencontré les militants du parti ce dimanche 24 janvier, pour leur parler de la vie du parti, échanger sur la vie de la nation, tout en leur demandant de soutenir l’action du gouvernement. En rencontrant la classe politique, il leur indiquait « certes, nous sommes dans des maisons différentes mais nous cultivons le même champ et ce champ s’appelle le Mali. Donnons-nous la main tous les fils du Mali et regardons dans la même direction pour participer au développement du pays» a-t-il dit en substance. Le chef du parti de la quenouille et sa délégation ont rencontré les notabilités de la ville de Kita, au nom du président de la République et au nom du premier ministre, pour non seulement échanger sur la vie du pays mais également demander de faire des bénédictions et des prières pour le Mali. « Les accords pour la paix au Mali ramènent, aujourd’hui, tous les fils du Mali dans un même camp. L’attention des uns et des autres est sur la nouvelle menace planétaire qui est le terrorisme, le mal le plus rependu dans le monde parce qu’aucun pays n’est à l’abri de ce phénomène. Nous avons tenu à faire savoir aux populations que dans ce contexte, aucun gouvernement ne peut, tout seul, faire face au terrorisme. Et que dans un cadre de coopération entre les Etats, nous puissions ensemble donner la main pour endiguer cette menace. » expliqua-t-il.

Bons points de la CODEM à Kita

Le président de la CODEM s’est dit satisfait des résultats de la section de Kita. « En 2009, le parti a participé pour la première fois aux élections municipales à Kita où nous avons pu élire un Maire et des conseillers. A ce jour, le nombre de conseillers qui était au nombre de cinq en 2009 a été multiplié par dix. Nous avons une cinquantaine de conseillers dans le cercle de Kita », a dit Housséïni Amion Guindo. L’évolution a été aussi positive à Kita que c’est le plus gros cercle de la région de Kayes, avec 33 communes, et le cercle le plus peuplé de la région. « C’est pourquoi nous tenons beaucoup à cette section, à l’enraciner davantage, à soutenir ses responsables pour que Kita soit la plus grande porte d’entrée pour nous dans la région de Kayes. » a-t-il dit. Concernant les élections futures à savoir les élections communales, il dira qu’il pense que ce sont des élections de proximité. « L’appel que nous avons à lancer au secrétaire général de la section CODEM de Kita, Hamadoun Touré et non moins le premier adjoint au Maire de Kita est de faire en sorte que la CODEM puisse présenter des candidats dans les 33 communes du cercle de Kita. Nous avons demandé aussi à Kita de ne pas se limiter, seulement, à l’animation du parti mais de faire preuve de leadership à Kita. Et d’appuyer de temps en temps la section de Diéma, la section de Yélimanie et la section de Nioro  du Sahel» a-t-il conclu.

Moussa Dagnoko, envoyé spécial à Kita

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le Mali manque de tout, sauf des politiques comédiens…
    Maliweb est au service D’IBK
    Le moindre critique
    Réponse: il semble que vous avez envoyé trop vite votre message….
    Cela notification 🔔 vous êtes bloqué !

Comments are closed.