IBK, le temps joue contre lui

46
Le Président IBK de retour à Bamako à l'issue de sa visite d'Etat en France (Bamako, le 25 octobre 2015)
Le Président IBK de retour à Bamako à l'issue de sa visite d'Etat en France (Bamako, le 25 octobre 2015)

Ses opposants lui reprochent la corruption, la cherté de la vie et la recrudescence des attaques jihadistes. Il répond en brandissant les bons chiffres de l’économie. À mi-mandat, Ibrahim Boubacar Keïta se sait condamné… à réussir.

Au début du mois de juillet, il était donné pour mort. Les dernières apparitions le montraient « le teint blafard, l’air abattu, comme sonné », reconnaît un proche du pouvoir. Pendant un week-end, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre dans tout Bamako. Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) avait disparu des écrans. Lui, l’homme des médias, si affable d’habitude, beau parleur, adepte du subjonctif, avait « avalé son micro ». La communication de la présidence avait évoqué un voyage diplomatique en Turquie, les faiseurs de rumeurs claironnaient qu’il était parti en catimini se faire soigner d’une maladie « grave » dans un grand hôpital d’Istanbul.

L’insécurité perdure au Mali, malgré l’accord d’Alger

Et puis il est revenu, le dimanche 12 juillet, après quelques jours seulement, tout sourire, conviant les caméras de télévision au pied de son avion pour prouver qu’il était toujours à la tête de l’État. Jamais il n’y eut autant de clichés pris que ce jour-là. IBK était de retour, immortel, dans son soyeux boubou bleu, avec ses éternelles lunettes de soleil. « Tout cela illustre bien l’état du Mali aujourd’hui, un pays en proie aux rumeurs », estime Soumaïla Cissé, principal opposant et ancien candidat à la présidentielle de l’Union pour la république et la démocratie (URD), qui évoque une « désillusion générale face à l’insécurité grandissante, à la corruption, à la cherté de la vie ».

…Lire la suite sur jeuneafrique.com

PARTAGER

46 COMMENTAIRES

  1. Le temps ne joue pas contre l’humain car tout doit être planifié en function du temps…………….. Ce qui joue contre l’humain c’est son manqué de competence!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Faite place au grand IBK. Il fera son mieux pour le MALI. Il n’a pas fini de travailler. C’est encore 8 ans de pouvoir pour une MALI meilleur. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)

    Les jaloux et éternel aigris vont certainement périr. La caravane est en marche, les chiens peuvent continuer d’aboyer. Ils sont dans leur droit les plus appropriés. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯

    • Génération Zonkeba
      “Ils sont dans leur droit les plus appropriés. ”

      Euh, c’est quoi au juste des droits………appropriés? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  3. OFFENSE AU CHEF DE L’ETAT: ET SI LES PYROMANES SE TAISAIENT

    On a cru vider la polémique autour du contentieux politique, né des propos d’IBK contre Tiébilé Dramé, le président du Parena, qu’il a qualifié de « petit monsieur », pour avoir osé saboter la visite d’État qu’il a effectuée en France, mais c’était sans compter avec l’aversion débordante de ces pyromanes impénitents qui ont bien repris du service. Un véritable lynchage par procuration…

    Désormais, aucun doute n’est permis que des pyromanes incurables reprennent du service : IBK n’a toujours pas de répit plusieurs jours après la révolte de l’opposition contre lui pour avoir traité Tiébilé Dramé, président du Parena, de « petit monsieur », lequel a voulu saboter la visite d’État qu’il a effectuée à Paris. C’est à la faveur d’une nouvelle et virulente diatribe, émanant, cette fois-ci, d’un allié politique, de surcroît membre du C E de l’Adéma, relayée à grands renforts médiatiques, contre le Président IBK. Un véritable lynchage politique, aussi disproportionné que vindicatif, qui n’apporte rien, absolument rien, au débat politique. Sauf qu’à attiser une polémique stérile dont on a vite fait de croire que les effets se sont estompés. En se comportant comme ils le font, certains jouent simplement à l’ouvrier de la 25e heure.

    L’indiscipline
    En bonne discipline politique, comme on en rêve dans une parfaite culture démocratique, un tel responsable politique, allié de la majorité présidentielle, qui se fend d’une aussi haineuse et inappropriée attaque contre le président, aurait eu sa dose de sanction, ou de rappel à l’ordre, de la part de son parti d’origine qui, pour une question d’éthique, n’aurait aucun choix que d’agir ainsi. Mais hélas ! Autre temps, autres mœurs : le combat par procuration a miné les valeurs démocratiques dans ce pays et, par ricochet, a profondément abîmé la morale politique que l’on retrouve rarement dans la façon de faire de nombre de nos hommes politiques.
    Au-delà de la même fréquentation politique, qui crée des droits de civilité politique entre alliés, ce pyromane bon teint de l’Adéma, député de son état, plutôt de s’ériger, à l’endroit du président IBK, en donneur de leçons, pour une polémique qui n’a plus aucun sens, a oublié, il y n’a pas longtemps, qu’il a été lui-même au cœur d’un scandale d’État. Les frasques du député sont encore fraîches dans les esprits lorsque, arborant le macaron de l’institution parlementaire, il n’a pas hésité à boxer, en pleine circulation, un policier, dans l’exercice de ses fonctions. Le fait, pour un élu de la nation, de boxer publiquement un policier, au-delà de son caractère avilissant pour l’auteur, a fini par plonger tout le pays dans une crise inutile. N’eût été le sens élevé de la hiérarchie de la police qui a su maîtriser à temps le mécontentement des policiers, la république aurait pu basculer dans une crise violente du fait de ce geste insensé et totalement impardonnable de la part d’un élu de la nation. D’ailleurs, si, ce jour-là, le député a pu échapper à la colère des deux autres policiers en fonction, ce n’est pas par peur devant la masse musculaire du député boxeur, mais bien leur sens du devoir et de respect des institutions de la république qui les a poussés à porter l’affaire devant la hiérarchie, plutôt que de s’ériger en justicier.
    La conscience publique retient de ce député boxeur de policier, insensible aux normes d’éthique professionnelle, qu’il est totalement disqualifié à porter un jugement politique quelconque sur l’attitude d’un homme politique, dans ce pays, pour la bonne raison qu’il est passé lui-même à travers les bonnes commodités démocratiques et républicaines. Le pyromane de l’Adéma, en flinguant son principal allié sur de simples détails de la vie publique, se montre lui-même plus intolérant, plus vindicatif et plus inconvenant que jamais, en outrageant publiquement le porte-parole du gouvernement qu’il a accusé de tous les noms d’oiseaux. Le seul crime du pauvre, qui lui vaut une telle animosité politique, virulente et insensée, c’est son appartenance politique. Ce qui qu’il a toujours assumé, contrairement à d’autres qui suivent la direction du vent.

    La couardise
    Le pyromane impénitent de l’Adéma qui s’en prend violemment à son allié politique, écorchant au passage la vertu de la solidarité politique, gagné par une antipathie déconcertante, se rend lui-même coupable des mêmes bassesses verbales en décrochant des méchancetés gratuites et inappropriées à l’endroit d’un ministre de la république, dont il fait injustement référence au passé politique pour lui régler des comptes politiques. Le député incendiaire, tel un acteur d’un combat politique par procuration, n’observe aucune élégance à s’illustrer lui-même dans l’injure politique la plus gratuite, au même moment où il brille par sa désobligeance et son comportement irrévérencieux.
    Quelle leçon de démocratie, le pyromane député de l’Adéma peut-il bien nous enseigner lorsqu’il est lui-même adepte d’un sectarisme démoralisant et déconcertant à l’endroit des autres au seul motif de leur provenance politique ? En opposant les Maliens entre bons et mauvais citoyens, selon leur supposé soutien ou non à la démocratie, le député pyromane de l’Adéma renie carrément les valeurs républiques et citoyennes, incarnées par son propre parti en faveur de l’égalité, la solidarité et la justice. Le député pyromane de l’Adéma, qui a un fort besoin de se dédouaner vis-à-vis de la corporation de la police, qu’il a vilipendée, n’est pas cet exemple de courage politique qui peut aujourd’hui se targuer de jouir du droit de donneur de leçons. Il le sait lui-même lorsque par manque de courage politique, il a fui publiquement ses responsabilités, il y a quelques années, en renonçant à exercer, sous la pression du pouvoir politique de l’époque, un droit d’interpellation d’un ministre de la république, dans une effroyable affaire d’injustice d’État à l’encontre des innocents, maintenus arbitrairement en prison. Cela s’appelle de la couardise.
    Transformé en un vrai guérillero politique, il n’est pas surprenant que ce député pyromane de l’Adéma, rien qu’à voir sérieusement les éléments de langage ayant alimenté la diatribe violente qu’il a décrochée contre le Président IBK, fait le travail de nègre dans cette guerre par procuration politique, où chaque chaînon de ce système de dénigrement gratuit joue son abjecte partition politique, dont les sombres épisodes sont manigancés par de vrais commanditaires, tapis dans l’ombre.

    Par Sékouba SAMAKE

    • NFP Premier

      Tiens, tu es finalement (un peu) moins con que je ne le pensais! :mrgreen: :mrgreen:

      Tu as au moins réussi à comprendre la technique du COPIE-COLLE! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      Je ne t’en aurais jamais cru capable! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      • Salut les kopins,
        😆 , ladji bourama woloni kabakoh alias IBK, le chef mafieux – vampire et sa racaille sont mieux de se tenir et d’ici les elections que le peuple dit enfin ouuufff mais un petit bon serait apprecié. :mrgreen: .
        Mais depuis AOK a IBK en passant par ATT et leurs racailles de Merrrrrrde de clans ont mis le Maliba a plat. Ladji etait et a été PM et president de notre blomba, n’est ce pas 😉 ❓ .
        Donc ces 3 malfrats vampires sont pareil au même sans oublier les politicards opportunistes comme S.C, T.D et les autres requins – crocodiles et vampires de leur espèce.
        Il Grand Temps que Nous changerons et changer le Maliba aussi en lui apportant de Nouveaux Souffles, nouvelles generations d’adultes consciencieux pas ces vieux fripouilles voleurs requins, rapaces, loups, anacondas et vampires sinon jamais rien ne Changera au Mali. Tous ceux vieux doivent mis aux placards et être approcher seulement pour des conseils mais pad surtout la bonne gouvernance, la justice, l’egalité des chances pire Le Peuple en Premier.
        👿 :mrgreen: 😉 .

  4. Tu as raison, plus de 20 ans que notre pays souffre et surtout le après le putsch du 22 mars 2012. Toutes les activités du pays déjà affaiblies de l’Etat se sont effondrées. IBK n’est pas le fautif de la mauvaise gouvernance des régimes passés, au contrait il a été élu pour résoudre la solution.

  5. LE BILAN D’IBK EST GLOBALEMENT TRES POSITIF. JE SUIS CONFIANT QU’IL AURA UN DEUXIEME MANDAT!!!

    • Capi
      “LE BILAN D’IBK EST GLOBALEMENT TRES POSITIF. JE SUIS CONFIANT QU’IL AURA UN DEUXIEME MANDAT!!!”

      Et voilà!
      Tu as encore laisser passer l’heure de ton injection! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  6. Ceux qui prennent l’argent pour supporter ibk,c’est bon c’est leurs droits le plus absolus.Mais se mettrent a insulte d’autres personnes pour leurs idees, doivent demander **************

  7. IBK passe à la vitesse supérieure! 😯 😯 😯

    Jusqu’ici, il se contentait de petits griots locaux de bas de gamme du style Chahana, mais maintenant, vu l’ampleur de son manque de popularité, voilà qu’il s’offre des griots chez Jeune Afrique SANS DOUTE BEAUCOUP PLUS ONEREUX! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Déjà qu’il doit rémunérer les bruyantes pintades et leur cacophonie sur le web pour tenter de se “fabriquer” une popularité fictive, voilà qu’il est en plus obligé obligé de s’offrir des griots de luxe! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Heureusement qu’il vole et qu’il détourne, sans ça notre malheureux Zonkeba n’aurait pas assez de moyens! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Houbien? 😛

    • La meilleure défense, c’est l’attaque, dit-on. Face à l’adversité, le président IBK répond par des chiffres. En 2014, après une très longue période de récession, la croissance a dépassé les 7 %, grâce surtout à la meilleure santé du secteur agricole, longtemps en crise. En moins de deux ans, le pays a retrouvé sa deuxième place de producteur de coton en Afrique, juste derrière le Burkina. En partie grâce à une bonne pluviosité, les dernières récoltes de riz ou de mil sont excellentes. « IBK a compris que le Mali était le jardin vert de l’Afrique de l’Ouest. En modernisant le secteur, notamment grâce à la réalisation de grands projets hydroagricoles, au développement des entreprises agroalimentaires et à la distribution d’un millier de tracteurs aux paysans, le Mali redevient une puissance agricole », poursuit Mahamadou Camara.

      Malgré l’insécurité latente, les investisseurs reviennent eux aussi dans un pays où tout est à faire ou à refaire. Les principaux grands hôtels de la capitale affichent complet, à l’image du Radisson Blu, ultrasécurisé et qui a plus que doublé sa capacité d’accueil en 2013, passant de 70 à 193 chambres. « Étrangement, la crise du Nord a eu un effet bénéfique sur nos réservations, puisque nous avons dû recevoir un certain nombre de délégations lors des négociations et sommets pour la paix. Et, surtout, nous voyons à nouveau débarquer des hommes d’affaires français, mais aussi du Maroc, du Sénégal ou d’Afrique australe, spécialistes de la construction, des télécoms ou de l’informatique. Le plus dur est derrière nous », se réjouit Gary Ellis, le directeur général du Radisson Blu.

  8. « L’urgence pour IBK, c’est de renforcer son armée et la légitimité de l’État », analyse Michel Galy, spécialiste de l’Afrique subsaharienne et professeur à l’Institut des relations internationales (Ileri), à Paris. « Le problème, c’est qu’il donne l’impression d’être en partie sous tutelle, notamment de la France à travers l’opération Barkhane. Les soldats français ont mis en place un incroyable système militaire nomade transfrontalier, qui leur permet pour une durée indéterminée de contrôler toute la bande sahélienne sans en référer au pays souverain. » Tres juste Mr. Michel Galy. Avec IBK, le Mali est un DOM et IBK le prefet de ce departement.

  9. Un adage bamanan propre de chez nous au Mali, ne dit- il pas, que celui qui travaille sous la pluie, n’a aucune chance de se faire apprécier valablement ? Les deux ans du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à la tête du pays, sont à l’image de celui qui sue sous la pluie.
    Mais un jour viendra que l’effort de notre président sera connu de tous…

  10. IBK a besoin d’être comprise, il a la bonne volonté de faire du bien pour ce pays, mais nous devons nous aussi apporter notre contribution pour le développement de ce pays. La vérité est certes lourde mais c’est bien à dire…
    Le malien se veulent dans le développement alors qu’il ne se sacrifie pas pour ce développement.

  11. En si peu de temps personnes au monde ne peut redresser un pays qui a fait plus de 20 ans dans une crise multidimensionnelle. Il a besoin de plus de temps et du soutien de la part de son peuple. La mauvaise gouvernance des régimes passés ont plongé le pays dans une crise existentielle et sans antécédent.

  12. Je pense qu’il est trop tôt pour tirer une conclusion raisonnable de la gouvernance d’IBK là où nous sommes. Il est élu pour 5 cinq ans et ce n’est qu’après ces toutes années passées qu’on pourra tirer toute conclusion résumant de sa propre vision. Malgré, tout cela vue la situation actuelle, je pense que la gouvernance est en train de se redresser lentement. Si les régimes passés avaient fait comme celui d’IBK le pays n’en serait pas plongé dans cette crise multidimensionnelle.

  13. Que voulons en fin du compte ?
    En termes de création d’emplois dans le secteur formel, il a été créé 14 116 emplois entre le 1er janvier et le 31 juillet 2015. Pour les deux ans d’exercice, 71 652 (soit 36% de la promesse du Président de la République) emplois durables ont été générés par les activités économiques sur toute l’étendue du territoire national.
    Environ 5 000 jeunes ont également été placés dans les structures publiques et privées par l’APEJ en stage de formation professionnelle, en vue du renforcement de leur employabilité.
    Pour favoriser l’insertion socioéconomique des jeunes, deux projets d’envergure ont démarré leurs activités. Il s’agit du projet Formation professionnelle, Insertion et appui à l’Entrepreneuriat des jeunes Ruraux (FIER) et du Projet de développement des compétences et emplois des jeunes (PROCEJ).
    Le FIER a pour objectif de faciliter l’accès des jeunes ruraux aux opportunités d’insertion et d’emplois attractifs et rentables dans l’agriculture et les activités connexes. Quant au PROCEJ, il vise à améliorer l’éducation et la formation pour l’employabilité et les possibilités d’emplois créés par le secteur privé.
    Dans le domaine du renforcement de l’employabilité des jeunes, le département a procédé à la liquidation des arriérés d’allocations des stagiaires en qualification professionnelle et au placement de 5 170 jeunes diplômés en stage de formation professionnelle pour un coût de 3 milliards de FCFA
    Pour consolider cette performance, ont été menés à bien la mise en place d’un Plan de développement de l’esprit d’entreprenariat chez les jeunes et le renforcement du dispositif de financement des projets jeunes.
    Les perspectives prévoient pour très bientôt la construction et l’équipement d’infrastructures de jeunesse novatrices.

  14. Maliens et maliennes apprenons à être patient, regardons le Mali dans un horizon meilleur. IBK est un homme de parole, il fait ce qu’il dit, on doit apprendre à être patient car on a eu de la chance d’avoir en notre faveur l’homme qu’il nous faut.
    IBK est déterminé à faire du Mali ce qu’il n’a jamais été. En ces deux ans beaucoup de ses promesses ont été réalisé.
    Faisons du Mali le plus important, gardons la tête haute car IBK nous à honorer….
    IBK vous êtes convaincant, tout notre espoir repose sur vous. Vous faites fierté du Mali.
    Vous avez tout fait pour le Mali, vous avez fait du Mali votre cause.
    Un jour l’histoire parlera de vous…

  15. Encore un article nul qui ne parle que pour faire révolté une population contre celui qui veut son bien. Le Mali connaîtra le bonheur quel qu’en soit les causes. IBK est celui qu’il faut pour un développement du Mali.

  16. Il n’est pas possible de donner à un pays tout ceux qu’il a besoin en deux ans, ne jugez pas on président car il n’as pas encore fini ces cinq ans.
    IBK déploie toutes ses forces afin de donner au Mali ce qui lui manque, deux ans sont trop peu pour le juger ainsi, pendant que dans ces deux ans beaucoup de changement ont été faite. Espérons avoir un quinquennat meilleur.

  17. IBK vient d’éteindre ces deux ans dans la gestion du peuple, dans ces deux ans il n’a fait aucun geste qui nous permet de le juger mal, il a répondu à ces promesses même s’il est souvent mal comprise par sa population qui sont en hâte d’assister au développement de sa nation. On a toujours l’espoir sur IBK il se bat jour et nuit pour cette nation.
    IBK Bonne chance pour le reste du quinquennat.

  18. Gardons espoir car l’espoir est permis :
    Oui, l’espoir est permis, parce qu’il existe un cadre pour le processus de paix, avec la signature de l’Accord d’Alger, dont la mise en route permettra à notre cher pays de recouvrer la souveraineté perdue dans la région de Kidal.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali.
    Même son de cloche chez le Représentant du FMI au Mali, qui martèle haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé».
    Oui, l’espoir est permis, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscurité, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de développement, de sécurité et de joie de vivre dans une agglomération.
    Oui, l’espoir est permis, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intérieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.
    Finis les périodes où le Trésor Public s’était mué en mafia pour finalement payer les différents mandats. Le pays est liquide. Les salaires, récemment majorés, sont versés régulièrement, très tôt d’ailleurs.
    Oui, l’espoir est permis, parce que l’école se stabilise d’année en année. L’enseignement supérieur se modernise, les examens se crédibilisent davantage, les bourses sont distribuées dans la plus grande transparence, performance jamais égalée au Mali.
    L’enfant du pauvre n’est plus discriminé au profit de celui d’un haut responsable de l’enseignement supérieur ou d’un fils du baron du régime. Tout est affiché et rendu public.
    Oui, l’espoir est permis, parce que, sur le marché de l’emploi, les horizons sont prometteurs. Déjà, 36% des 200 000 emplois promis par IBK pour ce quinquennat sont pourvus. A ce rythme, il n’y aura pas de doute que l’homme de parole respectera ses engagements.
    Oui, l’espoir est permis, parce que notre armée nationale, auparavant dans un dénuement total, est en train d’être équipée, doucement mais sûrement. Avec la Loi de programmation militaire, soit 1500 milliards de nos francs sur 5 ans. Ses primes et autres avantages ont également connu une hausse sensible.
    Oui, l’espoir est permis, parce que la lutte contre la corruption, qui anéantit tous les efforts du gouvernement, est bel et bien engagée. La volonté politique et la détermination du chef de l’Etat à combattre ce fléau ne font l’ombre d’aucun doute. Tous les dossiers à son niveau ont été transmis à la justice. Il revient donc à celle-ci de jouer pleinement sa partition.
    Merci IBK! Merci pour votre utilité à votre peuple, merci pour les routes, les logements sociaux, le désenclavement intérieur du pays, les centres de santé, les instituts et centres de formation. Merci pour votre respect envers le peuple. Merci pour tout et, surtout, beaucoup de courage.
    Vous en aurez besoin, IBK, parce qu’il se trouvera toujours des hommes et des femmes qui tourneront en dérision vos projets, vos réalisations, votre engagement, votre détermination.
    Courage IBK. N’écoutez pas ceux qui travestissent vos paroles. Faites votre le poème de Kipling et travaillez en âme et en conscience. Vivement l’An III d’IBK!

  19. Ce sont les opposants et les journalistes malveillants qui désinforment le peuple et empoissonnent le système du régime au pouvoir avec des mensonges et des balivernes. Le pays n’a pas besoin de cela, si vous n’avez rien n’a dit aller vous faire à ailleurs. La presse et l’opposition malienne ont perdue toutes leurs crédibilités, considérations, dignités et honneurs vis-à-vis de la population malienne.

  20. L’opposition malienne n’est pas une opposition digne de son nom, mais plus tôt une sorte d’association regroupement ambitieuse qui menace toujours la stabilité politique du pays dans le cadre de voir le pouvoir majoritaire échoué. La vérité est leur totem, elles mettent tout en n’œuvre pour porter atteinte au régime au pouvoir.

  21. Les opposants font comme si le gouvernement avait tourné le dos à son peuple, non. Loin de là, le gouvernement ne tournera jamais le dos à son peuple, car le pays travers l’une des crises les plus difficile de son existence. IBK et son gouvernement tiennent très bien la gouvernaïlle du navire. mar

  22. Je n’ai jamais imaginé qu’on peut détester quelqu’un jusqu’à mentir sur sa mort. C’est ce que Tiébilé Dramé a fait. Cet acte est assimilable à un crime. Car il pouvait conduire la population à la panique. Et c’est ce que vous appelez le fait que le temps joue conte IBK. 👿 👿 💡 💡 💡

  23. IBK, le temps joue contre lui. Dites-moi cher journaliste ce que vous entendez par l’expression “le temps jour contre lui”? je suis totalement perdu par votre article. Je savais pas qu’il pouvait jusqu’à présent avoir des journalistes aussi borné que vous. 💡 💡 😆 😆

  24. Si c’est la mort d’IBK qu’attendent certaines personnes, ils ne l’auront pas maintenant. Notre président doit encore rendre des services à sa patrie. La manière dont il a résolu la crise. Il transformera le Mali en un pays émergent dans quelques années. Arrêtez de nous bourdonner les oreilles aucun temps ne joue contre IBK.

  25. Le président de la république commence à devenir un problème dans son pays. Au Mali, les patriotes sont détestés par les classes politiques qui ne veulent pas le progrès du pays. IBK, depuis son arrivée au pouvoir ne ménage aucun effort pour développement. Je lance un appel à l’opinion nationale : notre opposition n’a aucun respect envers ce peuple. Voilà pourquoi les opposants avaient manigancer une mort imaginaire pour le président de la république.

  26. Ibrahim Boubacar Keïta est un homme de parole. Il avait promis de résoudre la crise du nord, et il l’a fait. Depuis que l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation nationale a été signé. Les opposants comme Tiébilé Dramé veulent à tout prix nuire au fonctionnement du pouvoir en place.

  27. IBK est à la tête de l’Etat capitaliste malien.Les travailleurs ne doivent rien attendre de cet type de gouvernement en ce concerne la suppression du chômage, de la cherté de la vie,etc.
    Ce gouvernement capitaliste ne sert que les industriels, les grands commerçants(import- export), les grands propriétaires fonciers sans oublier les capitalistes étrangers.Touts ces gens vivent du travail gratuit des travailleurs, de la plus-value, démontré par Marx il y a longtemps dans son livre “Le CAPITAL”.
    Pour supprimer le chômage, les bas salaires et l’insécurité du terrorisme, il faut anéantir le capitalisme.Cela est une nécessité partout.
    Partout, en France, aux USA, en Chine, en Russie, en Afrique,etc. les travailleurs doivent renverser le capitalisme pour leurs émancipations définitives.
    La suppression du capitalisme, est donc à la fois une bataille nationale, mais surtout universelle de touts les travailleurs de touts les pays.
    Travailleurs de touts les pays, unissez-vous!

  28. Une chose est sure, Tiébilé est en guerre contre IBK. Après les élections présidentielles de 2013, il s’attendait à un portefeuille ministériel de la part d’Ibrahim Boubacar Keïta. Malheureusement, il n’a pas eu gain de cause auprès du chef de l’Etat. C’est la seule chose qui se cachait derrière cette rumeur.

  29. Mr le journaliste, le milieu politique qui a affirmé la mort d’Ibrahim Boubacar Keïta est le Parena de Tiébilé Dramé. La première personne qui m’a informé de la nouvelle m’a dit avoir lu cette rumeur dans le journal «le républicain» de l’opposant Dramé.
    En réalité je ne sais ce que la mort du président pouvait procurer aux opposants. 😛 😛

  30. La santé du président de la république doit rester ignorée par le peuple, malgré le droit de celui-ci à des informations sur le chef de l’Etat. Cette mort imaginaire a bien profité à IBK (tout ce qui ne tue pas rend plus fort). C’étaient les opposants qui étaient derrière cette rumeur.

  31. IBK est le président que ce pays n’avait jamais connu. Sa gestion des affaires publiques est irréprochable. Nous sommes conscients qu’il peut tout faire pour cette nation. En plus des efforts qu’il a fait dans la résolution de la crise, il est en train de relancer notre économie.

  32. Le président, Ibrahim Boubacar Keïta a fait ce qu’aucun de ces prédécesseurs n’a pu faire depuis que le Mali a vu le jour dans les années 1900. Ce n’est pas parce qu’il a commis certaines erreurs, comme tout être humain d’ailleurs, que vous pouvez vous permettre de le critiquer ainsi. 😯 😯 😀 😀

  33. De nos jours l’opposition à faillir à son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crédibilité car elle ne fait que attaquer le régime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  34. La crise de 2012 a mis le Mali dans retard très remarquable. C’est un moment où notre à vue la dégradation de l’économie, la sécurité, la santé, l’éducation et tant d’autre secteurs. Le président IBK a été élu pour débloquer la situation.

  35. IBK passe à la vitesse supérieure! 😯 😯 😯

    Jusqu’ici, il se contentait de petits griots locaux de bas de gamme du style Chahana, mais maintenant, vu l’ampleur de son manque de popularité, voilà qu’il s’offre des griots chez Jeune Afrique SANS DOUTE BEAUCOUP PLUS ONEREUX! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Déjà qu’il doit rémunérer les bruyantes pintades et leur cacophonie sur le web pour tenter de se “fabriquer” une popularité fictive, voilà qu’il est en plus obligé obligé de s’offrir des griots de luxe! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Heureusement qu’il vole et qu’il détourne, sans ça notre malheureux Zonkeba n’aurait pas assez de moyens! 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    Houbien? 😛

  36. L’opposition doit mettre de l’eau dans son vin, car aucun pouvoir n’a pu bien diriger le Mali comme c’est le cas aujourd’hui. Les régimes successifs de cette époque de la gouvernance démocratique ont plongé le Mali dans un gouffre amer, une abîme sans fin et IBK a la charge de le faire sortir de cette situation chaotique. Qu’Allah le tout puissant aide et protège le Mali de cette situation désespérante.
    Sois le meilleur quoique tu sois.
    « Si tu ne peux être pin au sommet du coteau sois broussaille dans la vallée, mais sois la meilleure petite broussaille au bord du ruisseau. Sois buisson si tu ne peux être arbre, si tu ne peux être route sois sentier, si tu ne peux être soleil, sois étoile ; Ce n’est point par la taille que tu vaincras ; sois le meilleur quoi que tu sois. Examinez-vous sérieusement afin de découvrir ce pour quoi vous êtes faits et alors donnez-vous avec passion à son exécution.». Martin Luther King.

Comments are closed.