Le bilan d’une visite d’urgence

1

Le Premier ministre, le Boubou CISSE, a bouclé ce dimanche sa tournée de 4 jours dans la première région. Avec sa délégation, celui qui avait promis d’être à l’écoute et au service du Mali, aura parcouru plus de 1300 km à travers des routes cabossées, des pistes impraticables, vécu et partagé le calvaire quotidien des populations de cette partie du pays qui ressemble à toutes les autres. À travers rencontres et échanges, le PM a déroulé la volonté et la détermination de l’État à prendre en charge les préoccupations légitimes des Kayesiens. Alors tout est bien pour le mieux dans le meilleur du Mali envisageable ? Donc la guerre PM-Kayes est-elle finie, a-t-on a fumé le calumet de la paix ? Pour certains le seul fait de faire le trajet par voyage suffit-il pour parier sur la sincérité du PM ? Quid de ses engagements ? Suivant le dit-on kayesien : « A barika tlo yé la ya ni gnè ka ye » (merci pour la promesse en attendant sa concrétisation). Si certains Facebookeurs attendent de juger sur pièce, d’autres prennent le parti d’un optimisme quelque peu débordant. Cet enthousiasme qui suit la bronca de la semaine dernière avec son corollaire de blocus devrait par contre plus interpeller le gouvernement dans sa résolution à tenir ses engagements envers cette région martyre, au risque de faire des émules. C’est le thème de votre Facebookan du jour.

Toumani Bagayoko : Nous voulons des meilleures routes partout dans le pays pour booster l’économie du pays.

Ndiouga Niang : Même la route Kéniéba-Kita est détruite.
Moustapha Souare : Chaque chose en son temps et chaque temps son événement. En l’absence de l’honorable Sékou Idrissa DIAKITE, le Premier ministre a effectué une tournée dans la région de Kayes. Du cercle de Bafoulabé au barrage hydroélectrique de Manantali, sans passer dire bonjour aux sages et respectueux religieux du centre gravitationnel de l’islam en Afrique de l’Ouest (DIAKHABA). Nous sentons avec regret ton absence à l’assemblée nationale malienne. Sinon, avec l’honorable Me Sékou Idrissa DIAKITE, l’homme de la paix, le Premier ministre devrait aller saluer les notables de DIAKHABA. Merci honorable.

Ashley Torres : Quid du chemin de fer? À vrai dire, les kayésiens eux-mêmes ne semblent manifester aucun intérêt pour ce qui faisait la fierté de cette ville. Je n’ai pas entendu le sujet abordé ni par le PM ni par la population.

Issa Koné : Vraiment vous m’avez impressionné, lorsque vous veniez je faisais partie des gens qui n’avaient pas du tout confiance en vous. Aujourd’hui, je reconnais que vous êtes l’un des meilleurs PM que le Mali a eu. Je vous demande pardon pour mon illusion! Merci d’avance de m’avoir pardonné.

Sekou Amadou Cisse : Merci PM, mais il faudrait votre réelle implication jusqu’à la fin des travaux ; sinon les constats lors d’une visite programmée sont malheureusement trompeurs dans notre pays.

Sekou Sallah Maiga : Félicitations au gouvernement ; on doit vraiment réagir comme ça dès qu’il y a un problème qui ronge la population. Agir vite est un signe de dévouement pour la construction de notre nation puisqu’on est en retard sur nos pays voisins. On doit aussi penser à la route du nord Niafunké-Léré et celle de Sevaré-Gao et Gao-Kidal. Un pays dont les régions ne sont pas reliées par des voies n’a même pas commencé son processus de développement. Il y’a vraiment urgence au nord du Mali.

Thiemoko Coulibaly : Bonjour Son Excellence. Nous sommes vraiment très contents de cette visite dans la région de Kayes qui a contribué sans doute à apaiser les cœurs et les esprits de la population.
Cependant, pour consolider les acquis de cette visite et prévenir des sentiments de frustration, le Président de la République doit en personne effectuer des tournées dans toutes les régions pour être à l’écoute du peuple. Malgré la joie que votre présence procure à la population, cela ne peut en aucun cas se substituer à la présence du Chef de l’État. L’absence prolongée du Chef de l’État sur le terrain au profit de voyages à l’extérieur commence à nourrir des sentiments de désintérêt des problèmes des citoyens de la part du Président de la République.

Thiemoko Coulibaly: Bonne nouvelle. La visite de terrain du PM va droit au cœur du peuple mais en aucun cas elle ne peut substituer celle du Président de la République.
Dites au Président qu’il est temps et indispensable qu’il cherche renforcer le fraternel avec sa base. Pas en envoyant des ministres, mais par la présence de sa propre personnes. L’incompréhension du peuple est totale, lorsqu’il constate que le Président de la République ne rate aucune occasion pour effectuer des déplacements à l’extérieur, même quand il s’agit des funérailles, pendant que son pays tangue, son peuple meurtri et déboussolé a besoin de la présence et du réconfort de ses leaders.
Les Maliens avaient pris cette habitude d’être en contact direct avec ATT. Ce vide laissé par l’absence du Chef de l’État sur le terrain est en train de nourriture le sentiment d’abandon et de désintérêt de la part du Président de la République au profit de sa politique étrangère. Le Chef de l’État doit, dans l’immédiat, initier des tournées dans toutes les régions et cercles pour reconquérir les cœurs des Maliens.

Falaye Simbo Keita : Monsieur le ministre, Kayes est la région la plus délaissée, alors que Kayes participe activement au développement économique du Mali. Pensez un peu à la région, Kayes doit être la capitale économique du Mali et le ministère de l’Economie y siège.
Ibrahima Dia :
Merci excellence PM. Le chemin que vous avez entamé est celui qui mènera au développement. Vous avez accepté d’utiliser une partie de votre emploie de temps pour connaître la réalité quotidienne de vos concitoyens. Qu’Allah me protège et vous protège.

Boubacar Coulibaly : Vous êtes exemplaire pour ce pays-là, tout mon encouragement à vous PM, vous aviez connu les difficultés que nous les populations de bafoulabé endurons depuis et, vu l’état de la route entre Manantali et Tambaga juste seulement 104 km, merci …

Baba Mariko : Notre réussite passe évidemment par la construction d’un mur de confiance indestructible dont les briques seront soudées par le soutien et l’accompagnement. Est-ce que quelqu’un a besoin qu’on lui dise que les voyages du PM sont toujours un moyen pour le pays de celui-ci d’exploiter de nouveaux plans pour la détermination de la politique générale du pays ?

Merkel Bijou : Le premier ministre Dr Boubou Cissé est un homme d’honneur et compétent au service de la nation malienne, un homme mobile pour la cause des Maliens où qu’ils soient. Vraiment, je l’encourage dans cette initiative d’être toujours à côté des maliens afin de s’enquérir de leur situation. Bon séjour au PM.

Paul Diarra : Merci à la population de Kayes pour l’accueil que vous aviez réservé à l’endroit de notre premier ministre qui est en déplacement chez vous pour trouver des solutions à vos problèmes de développement.
Les autorités en place ont vraiment assuré leur préoccupation a été très bien notée par le PM.
Dr Boubou Cissé vient encore une fois de plus montrer aux Maliens qu’il est venu pour baara et non pour faire de la politique politicienne, toute la population de Kayes est fière de vous.

Ismael Diombelé : Le Premier ministre est sur le terrain pour prendre les nouvelles pour aller voir les populations pour lesquelles il travaille chaque jour pour trouver des solutions, afin de les mettre dans les meilleures conditions. Vraiment le mali a de la chance de pouvoir compter sur un homme comme ça et le peuple malien à confiance en lui et une chose est sûre, il va trouver des solutions pour les Maliens.

Ismael Diombelé : Notre grand Mali avance avec des hommes et des femmes au service de la nation malienne et je suis sûr que des solutions vont être trouvées pour le Mali et les Maliens. Vraiment le peuple a de la chance de pouvoir compter sur des ministres sur tous les fronts pour que le Mali puisse avoir ce qu’il y a de mieux. Vraiment on est content de savoir que des hommes et des femmes ministres travaillent pour le bien-être de la République.

Mamadi Touré : Bel exercice de communication. Maintenant, il faut joindre l’acte à la parole. Réhabilitez cette route, svp, pour son impact sur l’économie malienne et même au-delà. De plus, le train servait de lien entre les peuples vivant le long des rails et tous ceux qui empruntaient le chemin de fer. Ce lien est rompu aujourd’hui. La route ne tient pas qu’un rôle économique. Il y a 20 ans, pour relier les 530 km qui relient mon village à Bamako, il fallait mettre entre 3 jours et une semaine… Avec la route Bamako-Nioro, on est passé à environ 20 heures, ce qui reste long. Mais le comble, c’est que l’on passe près de 6h voire plus en saison pluvieuse à faire les 84 km de Kirane à Nioro. Il n’est pas rare de se demander dans ces moments difficiles quels sont vraiment les liens qui nous unissent à l’Etat central que nous aimons tant !! Il faut avoir vécu ces situations pour comprendre le ras-le-bol des Kayesiens.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il faut aller au dela du comprendre les raz de bol et faire quelque chose de concret pour que le Mali sorte de la pauvrete et du sous-developpement, le PM doit montrer aux populations de la premiere region qu’il n’est pas un menteur et un paresseux, alors il faut joindre la parole a l’action, et nous attendons les resultats Boubou sinon tu auras decu ceux qui t’ont accorde le benefice du doute!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here