Les réponses que Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) essaie d’apporter à la crise revêtent les caractéristiques ci-après :

13

– elles sont offertes au compte-gouttes,

-elles viennent toujours en retard. Elles sont vite dépassées par la gravité de la crise,

– elles paraissent comme imposées par les rapports de force.

Cet état de fait a les incidences ci-après:

– on est toujours dans l’improvisation. L’approche est peu structurée. Elle ne résulte pas d’une démarche stratégique;

– il crée le scepticisme chez les partisans de IBK, qui craignent que dans la précipitation, il ne sacrifie leurs prébendes et même leur sécurité, sans pour autant satisfaire les attentes du M5.

Par exemple, vouloir constituer un gouvernement aujourd’hui, fût-il de coalition nationale, peut paraitre comme une provocation. Le sang des victimes des  violences n’a pas encore séché bon sang!

Le Mali se porterait même mieux sans gouvernement pour le moment.

Cela réduit de manière notable les charges de l’État, sans rien changer à la productivité des structures de l’État. En Belgique  n’ont-ils pas passé des mois, sinon une année sans gouvernement? Cela a-t-il fait régresser la Belgique?

Que doit faire IBK à présent ?

La solution du remembrement de la cour, qui a évolué vers l’annulation du décret de nomination des membres restants ne semble plus résoudre le problème, pour deux raisons:

-le.mode de nomination des nouveaux conseillers de la cour laisse au régime la prérogative de désigner de nouveaux hommes et femmes LIGES pour encore tripatouiller dans les résultats de quelque consultation future,

-les nouveaux conseillers seront nommés pour 7 ans. Ils seront encore là en 2023! Imaginez les implications sur les votes futurs.

Cette mesure ne doit pas prospérer à mon avis.

Alors quelle réponse désormais ?

La seule réponse NÉGOCIÉE pourrait être la porte de sortie. Elle devra consister:

-en la désignation, pour une période n’excédant pas 6 mois, de conseillers en remplacement de la cour constitutionnelle. Cette période nous donne le temps de mener les réformes dans le mode de désignation des conseillers à la cour, ses pouvoirs en matière de contentieux électoraux, son organisation et son fonctionnement ;

– en la dissolution pure et simple de l’Assemblée nationale et en l’organisation de nouvelles élections législatives dans le délai constitutionnel, quitte à subventionner les candidats;

-en l’adoption consensuelle d’un programme.de gouvernement structuré autour des résolutions et recommandations du DNI;

– en la nomination d’un chef de gouvernement consensuel entre IBK et le M5 pour le reste de son mandat;

-en la nomination d’un gouvernement consensuel;

– en l’engagement de IBK d’éloigner la famille du 1er degré et du second degré de la gestion des affaires publiques.

Nul ne peut nier que nous sommes aujourd’hui dans une situation de violence extrême de l’État contre ses citoyens.

Nul ne peut nier non plus que les institutions de la République sont menacées, à commencer par les première, deuxième et troisième institutions.

Nul ne peut nier que le fonctionnement régulier des services publics est affecté en profondeur  au point d’être interrompu si les manifestations et la répression violente devaient se poursuivre.

Ce serait donc peine perdue de courir après les manifestants à coup de gaz lacrymogène ou même de les faire exécuter par les unités de la FORSAT sur les lieux de culte.

Il se trouvera toujours un Malien debout pour porter le flambeau contre l’injustice et l’arbitraire.

Sans compter que, tôt ou tard,  les décideurs du régime rendront des comptes devant la justice nationale ou devant la CPI.

Autant soigner le mal à sa racine, c’est-à-dire accepter de négocier sur la base des mesures citées ci-dessus comme un minimum ou continuer la fuite en avant.

Je termine en demandant la libération des responsables du Mouvement M5-RFP.

Je m’incline devant la mémoire des victimes des violences des 10, 11 et 12 juillet 2020 et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Bamako, le 13 juillet 2020

Commentaires via Facebook :

13 COMMENTAIRES

  1. Boua le ventru IBK ne peut pas tuer les Maliens et rester leur president c’est impossible. Boua le ventru doit partir et aucun conseil ou aucune propostion ne peut changer cette realite, c’est trop tard, personne ne peut sauver Boua le ventru.

  2. Vous pensez vraiment que sa démission aidera notre pays ? en temps de pandémie mondial et d’affrontement dans la rue ? surtout pas !!

  3. IBK est au pouvoir depuis bien plus longtemps que tout ceux qui le critique qui ne l’ont jamais été alors je ne pense pas qu’il ai de conseil a recevoir

  4. Faire des propositions pendant que le pouvoir assassine la population est irresponsable,ignoble.
    ON DOIT D’ABORD DEMANDER L’ARRESTATION DE L’ASSASSIN IBK AVANT D’ENGAGER TOUTE ACTION POUR LE PAYS.
    Accepter qu’Ibk continue à diriger ce pays, c’est affirmer qu’il a raison d’utiliser les armes de munitions contre les manifestants.
    MÊME LES CASSEURS NE DOIVENT PAS ÊTRE TUÉS.
    C’est une évidence pour toute personne qui garde toujours les caractéristiques d’un être humain.
    À moins d’être tellement pro IBK qu’on refuse de voir la réalité, la RÉALITÉ EST QUE LE CLAN PRÉSIDENTIEL A VOULU QUE LES CASSES SE PRODUISENT POUR METTRE EN EXÉCUTION SON PLAN SAVAMMENT PRÉPARÉ.
    Pourquoi cet acharnement au domicile de MAHMOUD DICKO,si ce n’est régler des comptes personnels.
    Ça a commencé par envoyer les jeunes donnés un CORAN à l’IMAM.
    Le message était clair:ON AURA TA PEAU.
    On n’est plus dans le cadre d’une lutte politique, mais d’un règlement de compte pour avoir osé s’opposer au régime.
    Les GROS BRAS envoyés passés le message sont dans l’association AGIR créée par AMINATA MAIGA quand son mari était premier ministre.
    C’est AMINATA MAIGA qui affronte MAHMOUD DICKO.
    Elle en a fait une affaire personnelle.
    L’imam l’a su.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. Très bonnes recommandations….. malheureusement Mw a encore oublié de mettre le nom de l’auteur de cet article !!!!!!!!!!!

    • Je parie que l’auteur c’est Yalcouye, qui revire encore voyant la direction du vent. Il a occulter sa signature. Quel spécialiste en camouflage!

  6. De toutes façons, Nulle part au monde on ne peut permettre à des gens de saccager, bruler et piller comme ils veulent.
    La communauté internationale ne doit pas encourager les casses.
    Si les contestataires font violence, les forces de l’ordre doivent aussi faire violence.
    Les causes sont justes, tout le monde en convient, même si elles sont défendues par des gens aussi fausses et responsables de la déchéance du pays que ceux qui sont au pouvoir actuellement.

    Pour rétablir l’ordre, les forces de l’ordre doivent procéder ainsi (entre autres options):
    1. Positionner une colonne ‘au moins 4 véhicules chargés de policiers, gendarmes, gardes sur les principaux axes de la ville: Axe Rond Point Eléphant/Aéroport; Axe ancien ENA/Route de Sénou; Axe Lafiabougou/Route de Sotuba et Axe GMS/Route Koulikoro.
    Les véhicules se suivent à 15 minutes d’intervalles pour dégager par force et arrêter tous ceux qui foutent la merde.
    2. Positionner une cinquantaine d’hommes devant tous les points stratégiques: le siège de toutes les institutions de la République; la Cité Administratives, toutes les DFM, les domicile de tous les hauts responsables de l’État et des institutions (AN, CC, etc.)
    3. Rechercher les leaders contestataires incendiaires et les punir conformément à la loi et ne les relâcher que lorsqu’ils font des déclarations solennelles d’arrêts des violences.
    4. Ne jamais faiblir devant les manifestants, mater tout débordement.
    5. L’État aussi doit s’engager en travailler désormais dans la bonne gouvernance et ne tolérer aucun manquement à cette bonne gouvernance.
    6. Mouvance présidentielle: prenez dès aujourd’hui vos responsabilités face à un poltron comme IBK avant que ce ne soit trop tard. l’Armée n’est jamais loin.

    • La PRAVDA est ce que tu es malien? Tu dois être un élément de la FORSAT la milice privée de ibk ou un contractuel de la mission de répression sanglante, le vandalisme et pillage lancés par la famille de l’ex Président ibk puisque nous en avons fini avec lui. Ce petit mec qui ne l’a pas connu au Mali? l’unité de la police dont les éléments étaient surnommés Nindja c’était encore lui ibk l’ivrogne qui à la moindre des choses ordonnait à ces chiens enragés de mater jusqu’au sang toujours avec comme compliments des arrestations, enlèvements suite à des violations de domiciles. Alors aujourd’hui nous comprenons clairement que cette unité de force spéciale aussi a été créée pour satisfaire des fins propres à lui, sa famille et autres tout sauf les djihadistes. Leur intervention contre terroriste est moins remarquée au delà des quelques opérations qu’ils ont dirigé au Radison blue, à la plaza et le campement à Banankabougou. Mais par contre maladroitement ils se sont heurté sur Kayes, Sikasso, Niono et Bko pour faire des morts parmi des manifestants bras ballants. Où sont les résultats des enquêtes????????
      NAKARI LA PRAVDA si ta survie est liée à ce régime c’est vraiment dommage pour toi puisque bientôt la fin de ce régime moribond sera fêtée avec éclat. Ce qui est loin d’être défendable il s’en tient à cela qui n’est autre que son fameux décret d’abrogation de nomination de la Cour Constitutionnelle un nom événement évidemment. Pour quel résultat? une reconstitution vide de contenu bien qu’elle n’a encore pas vu le jour. Lui déjà contesté, il aura à nommer 3 magistrats; Moussa Machette/ Bessé Timbiné nommera 3 magistrats et enfin le conseil supérieur de la magistrature nommera 3 magistrats c’est encore ibkakala goulô-mina. Alors, accepter cette condition pour aller à des négociations avec cette bande de voyous est un acte suicidaire qui est juste synonyme d’une trahison de la mémoire de ceux qui viennent de tomber. Cette formule ne passera jamais, donner la chance encore à des gens vomis, des sanguinaires, voleurs, malhonnêtes qui ne savent pas ce que veut dire dignité de faire ce qu’ils veulent ne passera point dans ce pays. C’est donner la chance au tripatouillage dont ils ont l’habitude favorable au plan pour hisser Karim au pouvoir avant même 2023 puisque IBK attendait seulement la réussite de coup d’Etat savamment préparé pour abandonner le pouvoir sous prétexte d’incapacité physique. Il serait donc remplacer par Moussa Timbiné PAN frelaté qui aura en charge l’organisation des élections sous l’égide de la même cour reconstituée d’office favorable à Karim. Ha Ha Ha kiè kiè kiè nous avons tout compris cela n’est pas possible et non négociable. Négocier avec ibk face à la crise d’aujourd’hui c’est accepter négocier l’arrivée de Karim son “bilisiden”. Nous optons pour la mort sous les balles plutôt que Karim Keïta Katio à la présidence. LA PRADA vendeur d’illusions arrêtes de jeter l’huile sur le feu l’heure de la récréation est terminé. Gare aux imbéciles qui s’en téteront!!!!

  7. Si IBK est même un tout petit Peu intelligent, il adoptera ces réponses exactement comme proposées ci-dessus. Si non s’il s’ hazard a tourné on rond en essayant de jouer au petit malin, il subira le pire des sorts qui l’attend. On ne peut rien contre la volonté de tout un peuple meme avec les plus gros cannons du monde. Le train de la destitution est déjà en marche. Les maliens ne reculeront pas.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here