Mali : le RPM survivra-t-il à la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta ?

5

Le Rassemblement pour le Mali se prépare pour les élections générales qui mettront fin à la transition mi-2022. Mais pour peser sur la scène politique malienne, l’ancien parti au pouvoir va devoir se réorganiser et faire son auto-critique.

Pour lui aussi, la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a été un cinglant revers. Les relations entre le Rassemblement pour le Mali (RPM) et son fondateur étaient pourtant complexes. Au plus fort de la crise qui a secoué le pays l’année dernière, l’ancien président a d’ailleurs paru bien seul face au Mouvement du 5 juin (M5), tant sa majorité était divisée. Si IBK aimait répéter qu’il avait été élu par les Maliens, le RPM estimait ne jamais avoir eu la place qui lui revenait en tant que parti au pouvoir.

En juillet dernier, alors que les remous nés de la proclamation des résultats des élections législatives organisées quatre mois plus tôt peinaient à retomber et que les manifestants n’en finissaient pas de dénoncer la mauvaise gouvernance d’IBK, une délégation du parti était allée à la rencontre du président.

………LIRE LA SUITE SUR https://www.jeuneafrique.com/

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. > Bonjour Monsieur COULIBALY Yacouba W.
    > Chaque choix de PM externe du RPM se justifie :
    – Tatam LY pour dégager les voies macroéconomiques d’un pays à terre ;
    – Moussa MARA pour assainir la gestion comptable des derniers publics ;
    – Modibo KEITA pour satisfaire une exigence du mnla face aux Accords d’Alger ;
    – Soumeïlou B. MAÏGA pour sécuriser les élections : A. I M., un civil, ne le pouvait pas ;
    – Dr Boubou CISSÉ pour ses compétences extraordinaires à un moment où ce serait suicidaire de s’en séparer.
    > Ce qui marque au RPM, ce sont les cadres de la situation : à la fois très compétents et extrêmement intègres.

  2. > Bonjour Monsieur COULIBALY Yacouba W.
    > Chaque choix de PM externe du RPM se justifie :
    – Tatam LY pour dégager les voies macroéconomiques d’un pays à terre ;
    Moussa MARA pour assainir la gestion comptable des derniers publics ;
    – Modibo KEITA pour satisfaire une exigence du mnla face aux Accords d’Alger ;
    – I.B. MAÏGA pour sécuriser les élections ; A. I M., un cccivil, ne le pouvait pas ;
    – Dr Boubou pour ses compétences extraordinaires à un moment où ce serait suicidaire de s’en séparer.
    > Ce qui marque au RPM ce sont des cadres de la situation : à la fois très compétents et extrêmement intègres.

  3. Pour IBK, le Mali n’est pas un gâteaux.
    Il faut de la méritocratie car ce n’est pas
    le RPM, mais les Maliens qui l’ont élu.
    Quand TRÉTA fut nommé Ministre de
    l’Agriculture, aussitôt il a créé à IBK
    le souci d’engrais frelatés. Quand
    Abdoulaye Idrissa MAÏGA fut nommé PM,
    aussitôt il a créé à IBK les plus gros problèmes
    en mettant un budget colossal indu à la
    disposition de DICKO. Et c’est quand
    cette bévue fu corrigée que DICKO est entré
    en rébellion citadine. Que voulez-vous :
    que IBK pratique et continue la politique
    de l’autruche avec la République ?
    Que non non non : le Mali ne lui appartient
    pas personnellement. Son devoir,
    c’est faire confiance aux compétences,
    d’où qu’elles viennent, mais du Mali et
    c’est ce qu’il a fait : Vive IBK, l’auguste béni !

  4. Le RPM doit claquer et frotter fortement les mains car IBK n’a jamais eu du respect envers son parti, si les autres dirigeants de ce parti avaient leur dignité, ils devraient exclure IBK de ce parti depuis sa première élection en septembre 2013. Car lorsque qu’un chef de parti gagne une élection, traditionnellement, il doit se rendre au QG de son parti pour remercier les militants et le peuple malien, malheureusement, ce jour là IBK n’a fait aucun geste envers les dirigeants du parti, au contraire, il faisait un silence total face à ce parti qui pourtant s’était battu corps et âme pour battre campagne pour lui. Aussi, on dirait qu’il jetait le discrédit sur ce parti en refusant de donner le poste de PM aux membres, il va jusqu’à chercher un homme à l’extérieur pour le nommer au poste de PM, c’était Ouamr Tatam LY, apolitique à la BCEAO cette première nomination n’ayant pas marché, au lieu de se corriger, il redonne le poste de PM à un parti faible et très faible, Moussa MARA. Ensuite, après ce PM, il va prendre un retraité fatigué, Modibo KEITA, après ce dernier, il va prendre un homme apolitique comme pour encore enfoncer le clou contre son propre parti. Le parti RPM devrait chasser IBK de ce parti, il n’a rein donner à son parti au cours de son mandat, les dirigeants de ce parti n’ont pas de cœur, c’est regrettable.

  5.  Une malédiction fait que le RPM ira désormais de mal en pire.
     À cause du simple poste de PM que SE. M. IBK. ne voulait pas leur attribuer avant le Référendum, les voilà qui sont entrés en connivence avec les forces du mal (le m5-rfp) et de Satan (Mahmoud DICKO) contre cet grand homme visionnaire IBK.
     Conséquences : 1) IBK a quitté le navire, 2) le RPM a perdu des postes de ministres et de députés, 3) infailliblement, le parti s’explosera, etc.
     Quant à nous, nous nous préparons pour élire Docteur Boubou CISSÉ, le seul digne fils du Mali qui mérite de monter à KOUROUBA.
     Vive Docteur Boubou CISSÉ, futur Président béni de la République du Mali !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here