Mali : l’opposition exige « de traduire en justice » les auteurs des actes de profanation du drapeau national à Kidal

2

Quelques jours après la profanation du drapeau national et des atteintes graves contre les  symboles de L’État  à Kidal par des militants  de la convention des mouvements de l’Azawad, le front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) exige du gouvernement malien   « d’identifier et de traduire les acteurs des actes en justice ».  

Maliweb.net-  Le mercredi 17 juillet dernier,  toutes les personnes attachées à l’unité du Mali ont été consternées face aux actes d’outrage contre le drapeau et aux symboles nationaux commis par les manifestants à Kidal.

Dans un communiqué, les partis et les mouvements politiques réunis au sein du front pour la sauvegarde de la démocratie  ont  exprimé leur indignation face à la énième  profanation du drapeau national en huitième région.   Cette plateforme de l’opposition déclare accueillir «  avec consternation et la plus grande indignation la nouvelle des  évènements inacceptables survenus à Kidal ».

Le FSD,  en condamnant  fermement la profanation du drapeau national et la dégradation des symboles de L’État,  a indiqué que  ces évènements  sonnent comme une réaction à la scandaleuse interview du Chef de L’État dans le journal « Jeune Afrique » du 30 juin au 6 juillet 2019.  Les pourfendeurs du régime d’IBK qualifient  ces actes graves d’une  atteinte à l’unité nationale et à l’intégrité territoriale du Mali.

Ainsi, cette aile dur de l’opposition malienne  dit être surprise  de la réaction « déconcertante du gouvernement » par sa tiédeur et son caractère évasif, et celle de la CMA qui, selon elle, a  évité soigneusement de prononcer le nom du Mali dans son communiqué d’auto-disculpation.

C’est pourquoi,  le FSD estime que la sanctuarisation actuelle de Kidal rend la CMA responsable de  ces évènements outrageux.  Pour ce faire l’opposition a exigé au Gouvernement et de la CMA  « d’identifier et de traduire devant la justice, les auteurs des actes de profanation du drapeau national et de dégradation des symboles de l’Etat,  la montée du drapeau national sur tous les édifices publics et la fin de la sanctuarisation de Kidal par le retour effectif de l’Etat ». Cela, dit-il, est la condition sine qua none de la tenue de toute procédure de révision Constitutionnelle.

Depuis le déclenchement de la rébellion en 2012 ayant abouti à putsch contre le régime de Amadou Toumani Touré et l’occupation des régions du nord, le gouvernement a échoué à restaurer son autorité dans la région de Kidal. Malgré la signature d’un accord de paix et de la réconciliation il y a quatre ans à Bamako, les groupes armés de la CMA sont réticents au retour de l’administration malienne. Ils y règnent en maître absolu et multiplient les actes de provocation contre les autorités du Mali, en procédant aux actes d’outrages contre les symboles de L’État, l’incendie du drapeau national et l’humiliation des  rares représentants de L’État qui s’hasardent  à Kidal.  Les opposants en passant le chef de l’exécutif voire le Président de la République négocient  leur sécurité avec ces groupes armés avant de pouvoir faire un déplacement Kidal. Toute chose qui suscite la colère d’une grande partie de la population malienne.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Nos hommes politiques, nos administrateurs, vos religieux, nos hommes d’affaires, nos hommes de médias, font la même chose , c’est à dire, ils déchirent par d’autres types de comportement le drapeau malien, alors arrêtez de jeter la pierre sur kidal, arrêter de déchirer le drapeau national à Bamako, et Kidal suivra automatiquement.
    Par cet acte symbolique , ils ne font que vous imiter, à croire que l’élève Kidal a bien appris de Bamako, et ça fait mal , ça fera encore mal si vous ne changez pas.

  2. Mais comment identifier les auteurs de la profanation du drapeau malien à Kidal ? Le gouvernement peut il se rendre dans cette ville où le crime a été commis ? La CMA est sans nul doute son auteur . Peut elle contribuer à identifier les auteurs du crime dont elle même en est l’auteur ? Décidément les maliens se savent pas où mettre la tête . Cette fameuse communauté internationale qui est au Mali pour la pacification du pays et le retour à la paix, a bel et bien assurer le service d’ordre des manifestations à Kidal et cela comme toujours . Elle est complice du crime commis. Sa condamnation est sans objet. Certes une réponse à l’interview qu’IBK a donné dans le journal « Jeune Afrique ». Notre pays est à la croisée des chemins. Avec IBK aucune piste de sortie de crise. Qu’Allah sauve le 🇲🇱.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here