Marche du 5 Juin : Et si le Mali avait une vraie société civile ?

0

La marche du 05 Juin a été un succès pour les organisateurs qui demandaient le départ du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita. Ils étaient des milliers de personnes qui étaient venues de divers horizons pour manifester leur mécontentement.

Pourquoi sommes-nous en arrivés là ?

 Aucune couche socio-politique ne fait preuve de crédibilité au Mali. Toutes les couches semblent prendre des positions subjectives pour répondre à des attentes particulières. Ni le gouvernement, ni les partis politiques, ni les mouvements religieux ne peuvent porter le flambeau de la crédibilité. Ce jour 5 juin, des milliers de maliens sont sortis pour que le gouvernement change d’orientation. Dans cette affaire, une société civile bien organisée peut faire les affaires. Mais au Mali, la société civile a l’air d’être amorphe. Elle semble se ranger du côté du pouvoir.

Le rôle le plus fondamental de la société civile est de limiter et de contrôler le pouvoir de l’État. Mais lorsqu’un pays comme le Mali est champion de la corruption et de la mauvaise gestion, la société civile trouver des moyens de contrôler, de surveiller et de restreindre le pouvoir des dirigeants politiques et des fonctionnaires de l’État. Les acteurs de la société civile doivent surveiller la manière dont les agents de l’État utilisent leurs pouvoirs. Ils doivent susciter l’inquiétude du public concernant tout abus de pouvoir. Ils devraient faire pression pour l’accès à l’information, y compris les lois sur la liberté d’information et les règles et institutions pour contrôler la corruption.

La société civile doit dénoncer la conduite corrompue des fonctionnaires et faire pression pour des réformes de bonne gouvernance. Même là où existent des lois et des organes anti-corruption, ils ne peuvent pas fonctionner efficacement sans le soutien actif et la participation de la société civile. La société civile doit promouvoir la participation politique. Les organisations de la société civile peuvent aider à développer les autres valeurs de la vie démocratique: tolérance, modération, compromis et respect des points de vue opposés. Sans cette culture plus profonde de l’accommodement, la démocratie ne peut pas être stable.

La société civile peut également contribuer à l’élaboration de programmes d’éducation civique démocratique dans les écoles. Des réformes globales sont nécessaires pour réviser les programmes, réécrire les manuels et recycler les enseignants afin d’éduquer les jeunes sur les crimes du passé et leur enseigner les principes et les valeurs de la démocratie. C’est une tâche trop importante pour être confiée uniquement aux fonctionnaires du ministère de l’Éducation. La société civile doit être impliquée en tant que partenaire constructif et plaider pour la formation à la démocratie et aux droits de l’homme.

La société civile est une arène d’expression de divers intérêts, et l’un des rôles des organisations de la société civile est de faire pression pour les besoins et les préoccupations de leurs membres qui sont des femmes, étudiants, agriculteurs, environnementalistes, syndicalistes, avocats, médecins, etc. Ils peuvent également établir un dialogue avec les ministères et organismes gouvernementaux compétents pour faire valoir leurs intérêts et leurs préoccupations.

La démocratie ne peut pas être stable si les gens ne s’associent qu’à d’autres personnes de même religion ou identité. Lorsque des personnes de religions et d’identités ethniques différentes se réunissent sur la base de leurs intérêts communs en tant que femmes, artistes, médecins, étudiants, travailleurs, agriculteurs, avocats, militants des droits de l’homme, écologistes, etc., la vie civique devient plus riche, plus complexe, et plus tolérante.

La société civile peut aider à informer le public sur les questions publiques importantes.

Les organisations de la société civile peuvent jouer un rôle important dans la médiation et la résolution des conflits. Les organisations de la société civile ont un rôle vital à jouer dans le contrôle du déroulement des élections. Cela nécessite une large coalition d’organisations, sans lien avec les partis politiques ou les candidats, qui déploient des observateurs neutres dans tous les différents bureaux de vote pour garantir que le vote et le dépouillement des votes sont entièrement libres, équitables, pacifiques et transparents. Il est très difficile d’avoir des élections crédibles et équitables dans une démocratie à moins que des groupes de la société civile ne jouent ce rôle.

Vous, qui vous dites membres de la société civile, c’est ce qu’il faut faire.

Yacouba   Dao

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here