Message à la nation du président de la république SEM Ibrahim Boubacar Keita sur le lancement du dialogue national inclusif

20

Mes chers compatriotes,
Maliens de l’intérieur et de la diaspora,
Hôtes du Mali,

Voici que pour la troisième fois en six mois, l’enjeu particulier du moment m’amène à m’adresser à vous.
Ce soir également, ce soir comme les fois précédentes, comme à chaque fois où j’ai pris la parole, j’appelle au rassemblement et au sursaut, en droite ligne de ce que chaque dirigeant de cette vieille terre a fait quand les temps l’exigeaient, et en droite ligne de ce que ce peuple résilient a su faire contre tous les périls qui menaçaient son unité et son identité.

Or, aujourd’hui notre unité et notre identité sont en jeu. Le pays est en guerre, je ne cesserai de le rappeler.
Et si elle a connu quelques courtes trêves, cette guerre est la même, depuis le 17 janvier 2012 où elle a endeuillé Menaka ; depuis le 24 janvier 2012 où nos soldats furent lâchement assassinés à Aguel Hock, depuis mars-avril 2012, avec la reddition des capitales régionales que sont Gao, Tombouctou et Kidal.

Cette guerre est la même depuis bientôt une dizaine d’années, compromettant l’investissement pour le développement national, fauchant nos civils, et nos soldats, ceux de l’armée nationale comme ceux des forces étrangères, venues nous prêter main forte, mais venues à notre appel.

Non pas par charité, non pas parce que le Mali est un pays de mendiants. Mais parce que nous aussi, nous avons aidé partout, sur tous les fronts où il s’agissait de tendre la main à l’homme, de le sauver contre la bête.

Ce fut le cas lors des deux grandes guerres mondiales, ce fut le cas dans les missions onusiennes ou africaines de maintien de la paix, ce fut le cas aux côtés des freedom figthers en Afrique Australe.

Nous avons donné. Nous sommes en train de recevoir.
Nous n’avons aucune raison de nous glorifier d’avoir tendu la main à ceux qui en avaient besoin hier.

Mais nous n’avons non plus aucune raison de mordre la main de ceux qui nous tendent les leurs aujourd’hui.
L’humilité et la gratitude sont des valeurs de ce pays ; il importe de ne pas les jeter dans le torrent de nos récriminations personnelles.

Etant de ce pays, forgé par les vertus qui nous ont été inculquées au berceau et qui fondent notre humanité, je suis de ceux qui, parmi vous, n’oublient jamais que les soldats que nous vouons aux gémonies, sont Français, Sénégalais, Tchadiens, Burkinabé, Togolais, des êtres de chair et de sang, de jeunes mariés parfois, comme nos propres soldats.

Chaque mort m’endeuille, chaque mort m’interpelle ; civil, militaire, Malien, Non Malien.

C’est pourquoi, je m’incline devant la mémoire des dernières victimes de la déchirante guerre du Sahel, à savoir les soldats français morts à Indelimane.

Lundi, Inchallah, avec une délégation qui dit le Mali, qui reflète le visage et la parole du Mali, je serai à Paris aux obsèques de ces jeunes héros fauchés en terre malienne.

Mes Chers compatriotes,
Si le préambule a été long, en raison de la gravité du moment, l’objet de ce message est une fois encore d’inviter toutes les forces vives de la nation à participer et contribuer au Dialogue National Inclusif, entré dans la dernière ligne droite.
En saluant du fond du cœur l’équipe en charge de la préparation de ce Dialogue inclusif, trois hommes et une femme, tous de mission, d’engagement et de perspicacité, je voudrais convier toutes et tous au lancement officiel du Dialogue National Inclusif le 14 Décembre, au Palais de la Culture Amadou Hampaté Bâ.

Vous le savez, depuis quelques mois, les concertations se déroulent dans ce cadre, à tous les échelons de notre pays, avec en arrière-plan la triple crise institutionnelle, sécuritaire et politique de 2012, qui a révélé toutes nos forces mais aussi toutes nos faiblesses.
Mon adresse à la Nation du 16 avril 2019 a ouvert la voie à l’éventualité d’un audit de notre histoire immédiate, de nos institutions, de notre société, de notre capacité et de notre volonté à vivre ensemble.
Au vu de la mobilisation générale, de la passion que suscitent les débats, la question n’est donc plus de savoir si le pays va vers un dialogue mais quand et avec qui.

Depuis plusieurs semaines déjà, l’intitulé retenu pour ce forum est Dialogue National Inclusif.
Dialogue en raison de l’opportunité d’échanger qu’il promet; inclusif ensuite parce que ce dialogue doit être représentatif de nos terroirs et de nos préoccupations ; national enfin parce qu’embrassant l’étendue du territoire national, à l’instar des 605 communes où les débats eurent lieu sur les 611 prévues ; les 46 Cercles et les 6 Communes du District de Bamako ; les 10 Régions administratives et le District de Bamako ; les 25 Ambassades et Consulats où la Diaspora malienne a pu apporter sa contribution.

Nous ne faisons pas dans le mimétisme.
Nous ne lorgnons pas vers la spécificité pachtoune du loya jirga. Pas plus que vers la spécialité française du grenelle.
Nous avons de qui tenir et ce que nous voulons est simplement le « massâla » à la malienne !
Car, après tout, nous sommes le peuple de Kouroukan Fougan dans le Mandé, nous sommes le peuple du batou mawdo dans le Macina.
Tous d’accord qu’il est devenu crucial de revérifier le projet, d’évaluer sans complaisance le chemin parcouru par la 3è République née dans les clameurs, dans la fureur et dans le sang, nous devrions saisir l’opportunité offerte de la mise à plat, et du diagnostic profond, dans la plus grande courtoisie et dans la plus grande convivialité.

Réfléchissons à la solidité du pays.

Vérifions une fois de plus ses piliers et faisons en sorte qu’aucune lézarde, qu’aucune fissure ne nous échappe, et qu’à l’appel immortel du Roi Ghezzo, nous assemblions nos mains !

Faisons en sorte que la belle diversité de notre pays soit une richesse et non pas un aléa qui donnera libre cours à toutes les velléités, y compris celles de faire bande à part parce qu’une minorité armée ou vocale en impose à une majorité silencieuse !

Faisons en sorte que tous les acquis des assises précédentes soient pris en compte, en particulier les Etats généraux de la Décentralisation, dont les recommandations dessinent le Mali de demain où la dévolution du pouvoir aux populations à la base devient une réalité tangible !

Faisons en sorte que la démocratie se conforte d’un taux de participation conséquent, que la communauté nationale s’approprie plus la langue et le langage par lesquels le pays est gouverné !

Faisons en sorte que ce pays préserve et accroisse ses niches d’excellence dans le but d’enrayer la pauvreté !

Mes chers compatriotes,

Pour cette phase nationale je me suis moi-même, impliqué en rencontrant des personnalités politiques et de la Société civile afin que ce Dialogue d’intérêt national ne laisse aucune malienne, aucun malien au bord de la route.

Car c’est du Mali qu’il s’agit. Toutes les préoccupations peuvent et doivent y être exprimées sans tabou.
Toutes les forces, toutes nos forces, sont convoquées et invitées.
Je réitère mon appel au Chef de file de l’opposition, aux partis politiques et associations à regagner ce grand moment, qui n’appartient pas à Ibrahim Boubacar Keita, lequel passera, mais au peuple du Mali et à son avenir.

J’en appelle également à mes frères de la CMA, de la Plateforme et de tous les autres mouvements qui participent au processus de paix, pour qu’ils viennent à ce carrefour d’échanges que je pressens féconds et refondateurs.
Autorités religieuses et traditionnelles, vous qui avez toujours été les piliers moraux de notre Nation, je vous exhorte une fois de plus à poursuivre votre engagement heureux, sensible depuis la phase communale.

Garant de la Constitution, je tiens à rassurer l’ensemble national que la mise en œuvre des conclusions et résolutions issues de ce Dialogue National Inclusif, sera assurée par le mécanisme indépendant de suivi-évaluation dont les Congressistes me proposeront, et le format et la composition.

Bons débats,
Et qu’Allah bénisse le Mali !

Commentaires via Facebook :

20 COMMENTAIRES

  1. Je constate que Sangare’ et ses amis sont toujours en campagne pour l’election presidentielle!
    AW BE’ KA SABALI!

  2. Mon Dieu, il va se rendre en France pour les obseques des militaires francais morts? Paix à leur ame, mais nos militaires meurent au Mali et l état n’envoie meme pas de gens à leurs familles pour les informer decemment. A plus forte raison leur donner des obsèques dignes. Trop c’est trop. Quel sorte de dirrigeants nous africains nous avons? Levons nous les africains, nos dirrigeants sont des esclaves éternels qui n’ont aucun respect pour nous.

    • IBK A UN TRES GRAND RESPECT ET UNE TRES GRANDE CONSIDERATION POUR LES FAMAS DONT IL EST LE CHEF SUPREME! TA HAINE CONTRE LUI ET TA CAMPAGNE DE DESINFORMATION CONTRE LA FRANCE NE TE MENERONT NULLE PART! CES SOLDATS FRANCAIS SONT MORTS EN MISSION POUR STABILISER ET PROTEGER LE MALI! LA PARTICIPATION D’IBK A’ LEURS OBSEQUES EST UN GESTE NOBLE ET RECONNAISSANT ENVERS LA FRANCE ET SES FILS QUI ONT VERSE’ LEUR SANG POUR NOTRE FASO!!!
      AWKA MANAMANA KOUMA NEGUE’ BORA!!!!!!!!!!!!!!!!!

  3. IBK NE REPRESENTERA QUE LUI MEME DANS PEU DE TEMPS! IL NE PEUT PAS NE PAS ALLER EN FRANCE!

    DEPUIS 1958 LA FRANCE S EST OCCUPEE A SABOTER TOUT DEVELOPEMENT HUMAIN ET ECONOMIQUE DANS CHAQUE ET TOUTES LES REPUBLIQUES FRANCOPHONES!

    C EST INCROYABLE QUE MEME DANS LA SITUATION ACTUELLE CETTE FRANCE S EST ARRANGEE A DELIVRER AU PEUPLE MALIEN DES EQUIPEMENTS QUI NE VOLENT PAS! DES BLOCUS INAVOUES SUR LES ACHATS D ARMEMENTS, DES COMBINES POUR EMPECHER LES FINANCEMENTS MALIENS! DES PROJETS DE DIVISION DU MALI! UNE OCCUPATION TERRITORIALE! LA FOURBERIE ET L HYPOCRISIE !

  4. RINZ
    Il s’agit de donner raison à ceux qui ont milité contre l’élection d’IBK notamment son mentor ALPHA OUMAR KONARE.
    Quand le Mali a été attaqué en janvier 2012,nous avons tous découvert qu’ATT A MENTI AUX MALIENS PENDANT LA CINQUANTENAIRE EN MONTRANT DES AVIONS APPARTENANT À NOTRE PAYS CAR NOS SOLDATS ONT MANQUÉ DE SOUTIEN AÉRIEN.
    IBK est l’homme politique qui s’est présenté comme étant capable de doter notre armée des moyens nécessaires pour permettre d’avoir UNE ARMÉE COMBATTANTE.
    LUI ET SES THURIFÉRAIRES N’ONT CESSÉ DE DIRE PENDANT LES CAMPAGNES PRÉSIDENTIELLES DE LA FIN DE SON PREMIER QUINQUENNAT QU’ILS ONT AMÉLIORÉ LA SITUATION DE NOTRE ARMÉE.
    Citer le ministre de la défense et le président de la commission défense de l’assemblée nationale et parler de ce que pensent les nigériens de notre armée, c’est pour signifier qu’Ibk n’a pas respecté ses engagements.
    Ce qui lui rend illégitime à conduire les affaires du pays car le peuple ne lui fait plus confiance.
    Alors que notre pays a besoin d’une UNION AUTOUR DE SON PRÉSIDENT POUR SOLUTIONNER LA SITUATION INSECURITAIRE.
    Ça veut dire que tant qu’Ibk est au sommet de l’État, la situation actuelle de notre pays n’a aucune chance d’évoluer.
    Il n’est plus CRÉDIBLE compte tenu de son incapacité à tenir ses engagements.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  5. Lettre à Mr le président

    Le 17 septembre il était prévu une réunion du… “Comité de Suivi de l’Accord d’Alger”… à Kidal …
    C’était une occasion rêvée pour renouer un dialogue indispensable. et à KIDAL symbole important .Certains conflits en Afrique durent depuis plus de 20 ans ( RDC et Casamance)..Cela pourrait être le cas au Mali
    Mais cela ne s’est pas fait car le représentant de l’Algérie Mohamed Boutache (président de la représentation internationale) a annoncé l’annulation de la Réunion et l’ambassadeur du Niger au Mali
    a décidé de ne pas participer ..
    Le gouvernement du Mali a déclaré forfait en raison de ce grand débat national…
    POURTANT l’occasion était belle de faire le point avant justement avant ce grand débat…
    Vous dites “J’en appelle également à mes frères de la CMA, de la Plateforme et de tous les autres mouvements qui participent au processus de paix, pour qu’ils viennent à ce carrefour d’échanges que je pressens féconds et refondateurs.”
    On dirait que le Mali prend son temps alors que cette guerre dure depuis 6 longues années et que les morts sont chaque année plus nombreux…
    Nous savons tous que l’option militaire ne suffit pas et que les rencontres pour affiner et trouver par petites touches les solutions aux nombreux problèmes (Cantonnement,DDR,absence de l’état…)
    Les membres de la CMA (que vous appelez mes frères) ont été déçus
    Il faut retrousser les manches et se mettre les mains dans le cambouis l’éloignement est toujours une source d’incompréhension..
    IL FAUDRAIT UNE COMMISSION PERMANENTE pour avancer et si un participant non Malien déclare forfait …..la commission aura lieu sans lui

  6. LE PROBLEME DU MALI C EST LA COALITION CLERGE ET POLITIQUE ,LES IMAMS ET PRECHEURS DEBILISATEUR UNIS AVEC LES PSEUDO INTELLECTUELS FRANCOSTUPIDES!

  7. Encore un discours a la auteur du President, de tres haute qualite et avec beaucoup de responsabilite. Le President ne se cache pas force a lui

  8. vive son excellence ibrahim boubacar keita, bonne chance pour le lancement du dialogue national inclusif cher president !

  9. à SANGARE

    Tu écris:”Le ministre de la défense a exprimé sa désolation de conduire une armée qui n’a pas le minimum pour faire face à la situation SIX ANS APRÈS L’EXERCICE”

    Puis tu dis “Même le voisin nigérien s’étonne de la qualité des moyens de combat de notre armée face aux jihadistes.”
    Qui a raison ?

  10. L’analyse de ce discours relève une déresponsabilisation, une soumission totale,un manque de vision.

  11. Un discourt qui donne l’impression de lire ADAM THIAM.
    Mais un discours n’est AUDIBLE que s’il est incarné par celui qui a la CONFIANCE DU PEUPLE.
    Le contenu est appréciable notamment la dernière paragraphe qui doit inciter l’opposition politique et la société civile à participer au dialogue, même si le grand public ne retiendra que le déplacement du président aux obsèques des militaires français tombés au Mali.
    UNE ATTENTION QUI EXPRIME LE COMPORTEMENT DU PRÉSIDENT À LA GESTION DE NOTRE ARMÉE.
    Le président après avoir trop parlé contre l’ancien président ATT,promis pendant les campagnes présidentielles de 2013,n’est plus audible après que les maliens aient été informés des situations honteuses dans notre armée six ans après l’exercice du pouvoir de celui qui a tant fait espérer le malien moyen c’est à dire le bas peuple.
    LE FILS PRÉSIDENT DE LA COMMISSION DÉFENSE A CLAIREMENT DIT QUE L’ARMÉE MALIENNE N’A PAS LES MOYENS DE TRANSPORTER LES CORPS DE NOS GUERRIERS.
    Le ministre de la défense a exprimé sa désolation de conduire une armée qui n’a pas le minimum pour faire face à la situation SIX ANS APRÈS L’EXERCICE DU POUVOIR D’IBK, après qu’on ait été informé que l’ARMÉE MALIENNE monte en puissance.
    Trop de CONTREVÉRITÉS qui discréditent la parole présidentielle.
    En réalité les maliens ne sont pas contre que le déplacement du président pour aller remercier le peuple français de sa contribution à l’effort de sécurisation dans notre pays,mais l’attitude du président face à ses propres soldats décédés.
    Il n’a pas participé aux obsèques des soldats maliens à GAO.
    IL CONFIRME L’IDÉE SELON LAQUELLE LE PRÉSIDENT MALIEN EST SOUMIS AUX AUTORITÉS FRANÇAISES.
    Pour ramener la sécurité le Mali a besoin d’une ARMÉE COMBATTANTE FORTE.
    Les maliens sont de plus en plus convaincus que la France empêche cette possibilité d’une ARMÉE COMBATTANTE FORTE à cause de son soutien aux séparatistes.
    Que l’ARMÉE MALIENNE soit dans cette situation décrite par le ministre de la défense et le président de la commission de la défense de l’assemblée nationale six ans après l’investiture de celui qui s’est présenté aux maliens comme étant capable de former cette ARMÉE VOULUE confirme qu’IBK a décidé de SOUS TRAITER la défense de notre pays à la France.
    Même le voisin nigérien s’étonne de la qualité des moyens de combat de notre armée face aux jihadistes.
    Que la France ne fasse pas de l’ARMEE MALIENNE sa priorité explique qu’elle est là pour les séparatistes.
    Le phénomène ANTI FRANCE a sa source dans le comportement adopté par la France pour les jihado-separatistes qui sont les véritables auteurs des attaques contre les camps militaires maliens.
    IBK, au lieu de dénoncer ce comportement,a préféré faire respecter l’application d’un accord signé sans l’aval du parlement malien favorable aux séparatistes.
    Les maliens sont convaincus maintenant qu’Ibk ne travaille pas pour la défense des intérêts supérieurs du Mali.
    C’est dans ce cadre que s’adresser à nos compatriotes dévient inaudible.
    Le discourt est bien élaboré, le contenu acceptable, mais il a été écouté sans être entendu car l’homme qui s’adresse aux maliens n’est plus CRÉDIBLE.
    La plume d’ADAM THIAM, quelque soit sa qualité, ne peut seule convaincre les maliens.
    Le président doit changer de comportement envers la France.
    Il doit, non pas dire à la France de partir, mais affirmer la souveraineté du Mali.
    Affirmer la souveraineté du Mali, c’est exiger que la France arrête de soutenir les séparatistes.
    Affirmer la souveraineté du Mali, c’est faire participer d’autres forces à la résolution du conflit au Mali aux côtés des forces françaises.
    Affirmer la souveraineté du Mali, c’est exiger sans condition le désarmement des séparatistes.
    C’est la seule attitude qui va ramener la sécurité autrement on continuera à compter nos morts car l’aide de la France est dirigée vers les séparatistes.
    Elle veut leur autonomie avant d’arrêter de jouer à l’hypocrisie.
    IBK participe à cette hypocrisie.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • SANGARE
      Tu écris:”Le ministre de la défense a exprimé sa désolation de conduire une armée qui n’a pas le minimum pour faire face à la situation SIX ANS APRÈS L’EXERCICE..”
      Puis tu dis “Même le voisin nigérien s’étonne de la qualité des moyens de combat de notre armée face aux jihadistes.”
      Qui a raison ?

  12. Encore une fois: voici la neige et les chapeaux de soleil ! Cher Président, si vous vous adressez au peuple pour la troisième fois en 6 mois sans être entendu, cela veut dire que vos balivernes ne l’intéressent pas.

    « Le pays est en guerre, depuis le 17 Janvier 2012 où elle a endeuillé Ménaka ; depuis le 24 Janvier 2012 où nos soldats furent lâchement assassinés à Aguel Hok, depuis Mars-Avril 2012 avec la reddition des capitales régionales que sont Gao, Tombouctou et Kidal .»

    IBK, le peuple Malien est surpris de voir que le régime sait que ce pays est en guerre.

    — Le pays est en guerre pendant que le Président se promène dans son Jet privé au quatre coins du monde

    — Le pays est en guerre pendant qu’on forme un gouvernement pléthorique, budgetivore et inefficace.

    — Le pays est en guerre alors que les portefeuilles Ministériels sont plus des récompenses que des charges et des devoirs, d’où le nombre élevé de Ministres.

    — Le pays est en guerre depuis 7 ans et 10 mois et l’armée nationale est la seule armée au monde à ne posséder aucune flotte aérienne .

    Dire aujourd’hui que le MALI traverse une triple crise est un écart de langage, les crises que traverse le MALI sont innombrables mais la mère de toutes les crises est l’insécurité. La résoudre, c’est résoudre toutes les autres en même temps. Depuis 2012 qu’est-ce qui a été fait pour que la refonte promise de l’armée soit une réalité ? Où vont ces centaines de milliards débloqués chaque année pour renforcer les Armées ? Comment peut-on dépenser 1230 milliards parallèlement au budget militaire et que, faute d’appui aérien les garnisons continuent d’être attaquées par des cyclistes ? De tous les maux que viennent d’être énumérés par le Chef de l’État, lequel pourrait être résolu dans un dialogue entre vauriens ? Il y a déjà eu des centaines d’assauts sur nos camps militaires, qu’est-ce qui a été fait pour que ça ne se reproduise plus ?

    Au lieu de chercher à résoudre la crise, IBK en a fait son fonds de commerce. Après s’être servi de la crise pour bourrer les urnes et voler sa réélection, il veut maintenant l’utiliser pour tailler une constitution à sa mesure.

    Le Dialogue National Inclusif ne vise que la réforme Constitutionnelle et la réforme ne vise que la possibilité qui sera donnée à IBK de nommer un tiers du Sénat, ce qui donnera à sa seule voix d’ivrogne le même poids que celle de la moitié de Maliens ( 9 millions de Maliens).

    Si la crise sécuritaire n’était pas salutaire pour le régime, il n’allait pas laisser les soldats mourir depuis des années et faire la fête avec le budget militaire. Si IBK VEUT QU’ON L’ÉCOUTE, C’EST SIMPLE, QU’IL NOUS DISE CE QU’IL COMPTE POUR QUE INDÉLIMANE, BOULKÉSSY, NAMPALA NE SE RÉPÈTENT PLUS. 💡💡💡💡💡💡

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here