Occupation du terrain politique : Le Rpm veut mettre le turbo

0

Le parti au pouvoir est sorti requinqué de son 4è congrès ordinaire, malgré les prédictions d’une implosion inévitable par les cassandres. C’est désormais dans l’unité et la cohésion renforcées au sein du Parti et des rangs resserrés au niveau de la Convention de la majorité présidentielle, que le Rpm compte dérouler un véritable rouleau compresseur afin de balayer tout sur son passage en vue de la réélection du Président IBK en 2018. En effet, comme le précisait le président du parti, Bocary Tréta, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il animait mardi dernier à la Maison de la presse : ” Dès la première réunion du Bureau exécutif national de samedi dernier, des dispositions sont prises, aussi bien matérielles que financières, pour occuper le terrain politique”.   

Après trois années de léthargie, voire même d’hibernation, le Rassemblement pour le Mali se réveille enfin, dopé par le succès de son 4ème congrès ordinaire tenu il y a une quinzaine de jours. Il est en train désormais de tout mettre en œuvre pour occuper le terrain politique et surtout réaliser son objectif prioritaire : la réélection du Président IBK à la Présidentielle de 2018.

C’est ce qui ressort essentiellement de la conférence de presse animée par le nouveau président du Rpm, Dr Bocary Tréta, mardi dernier dans la matinée, à la Maison de la presse de Bamako.

En tout cas, pour une première sortie du genre, après la mise en place de nouvelles structures du parti, ce fut un coup de maître pour le Bureau Exécutif national (Ben) du Rpm, mais aussi et surtout un test réussi pour le cadre des douanes Zoumana Mory Coulibaly, nouveau responsable de la Communication du parti au pouvoir, en tant que secrétaire national à la Communication. Poste où il aura la tâche facile, parce que bénéficiant de l’appui d’un professionnel du domaine comme adjoint. Il s’agit du journaliste Sambi Touré que l’on ne présente plus.

En tout cas, cette rencontre a permis au Rpm de sortir d’un long silence qui commençait à intriguer et faisait le lit des spéculateurs et oiseaux de mauvais augure. “Nous prenions le temps d’assurer la mutation dans le cadre de notre statut d’un parti né dans l’opposition, entré dans l’opposition pendant dix ans et qui est devenu aujourd’hui un parti de pouvoir”, précise Tréta. “Nous avons tout entendu avant ce congrès, mais nous n’avons jamais eu peur “, laisse entendre le président du Rpm qui ajoute : “Nous avons pris suffisamment de temps pour la réflexion”.

Dès le lendemain de la fin des travaux de ce 4è congrès, Dr Tréta a conduit une forte délégation du Parti pour rencontrer le Président IBK, consacré désormais “président-fondateur du Rpm à vie” suite à une résolution du dernier congrès. C’est ainsi qu’à la Villa des hôtes située à la Base aérienne (Base B) le Président IBK a été entouré, le lundi dernier dans l’après-midi, des responsables du parti, tous membres des nouvelles structures nationales mises en place. “C’était pour prendre ses conseils et recevoir des orientations car le Rpm, ancré dans la tradition et la société maliennes dont la famille est la structure de base, respecte le chef de famille qui constitue la seule référence” affirme DrTréta, comme pour prouver encore, si besoin en était, qu’entre le Rpm et le Président de la République, il n’y a aucun nuage.

A l’occasion de cette conférence de presse, Tréta a annoncé qu’il est aussi le nouveau président de la Convention de la Majorité Présidentielle (Cmp) qui est en voie de redynamisation. “Le Rpm et la Cmp doivent être vus comme un seul bloc pour travailler à poser les jalons d’une organisation forte et aux capacités exceptionnelles pour assurer la réélection d’IBK en 2018”, martèle-t-il.

Concernant les municipales actuelles et les conditions sécuritaires qui ne plaideraient pas pour leur tenue, selon l’Opposition, le président du Rpm a voulu d’abord faire une mise au point : “Nous entendons des cris d’oiseaux de mauvais augure qui disent tout et pensent tout en lieu et place de notre pays. C’est bien dommage ! “. Et il ajoute : ” Le Rpm va travailler à l’émergence des conditions de compétitions saines pour ces élections qui se tiendront avec une très bonne préparation qui est en train d’être faite par le ministère de l’Administration territoriale dirigée par Mohamed Ag Erlaf à qui nous réitérons tout notre soutien ainsi qu’à tout le Gouvernement”.

En tout cas, au Rpm, le ton est donné pour une occupation du terrain politique et cela commence par un très bon résultat aux toutes prochaines élections municipales, pour lesquelles, le parti au pouvoir, selon la révélation faite à la presse, entend gagner au moins 350 communes sur les 703 que compte le Mali actuellement et obtenir au moins 5 000 des 12 115 conseillers communaux à élire sur l’ensemble du territoire.

Pour y parvenir, selon Dr Tréta, “l’assurance a été donnée aux secrétaires généraux de sections que le soutien nécessaire sera donné pour une participation digne aux élections communales”.           

A.B.NIANG

Commentaires via Facebook :

PARTAGER