Présidentielle 2022 : Des hommes politiques déjà en campagne ?

0

Même officiellement si la course pour Koulouba n’est pas ouverte, les mouvements auxquels sont en train de se livrer les hommes politiques donnent l’air  d’une campagne présidentielle. Des rentrées politiques à des tournées en passant par des visites de courtoisie et des sorties médiatiques tapageuses, le valse ininterrompu des hommes politiques annonce déjà la rude bataille pour Koulouba. Compétition qui sera serrée en perspective.

Les trois dernières semaines ont été très mouvementées sur le plan politique. Les acteurs politiques ont pris d’assaut les différentes régions du Mali.

Les partis de l’ancienne majorité présidentielle, à savoir  le RPM, l’ADEMA, le PS Yelen Koura, l’ASMA-CFP, la CODEM, le YELEMA, le RDS, la CDS Mogotiguiya, l’APR, l’ARP, le MIRIA, le MOREMA, et aussi le RPDM et les Non-Alignés, dont les responsables se sont rencontrés le lundi, 26 juillet 2021, afin de dégager une position commune pour la réussite de la transition, avaient-ils dit, sont engagés dans ine frénésie politique avec détermination. Cela faisait très longtemps qu’un tel regroupement politique n’a pas eu lieu après la nomination du président du Comité stratégique du M5RFP à la primature. À l’occasion, d’ailleirs, ces partis avaient exigé le respect du calendrier pour la transition. «Nous affirmons sans ambiguïté notre attachement au respect scrupuleux de la période de la Transition et, donc,  de la date retenue pour les prochaines élections générales (présidentielle et législatives), à savoir le 27 février 2022», avant de demander aux autorités de la transition de confirmer leur «engagement à respecter ces échéances par la publication d’un chronogramme détaillé de tâches allant dans ce sens et par l’abandon de tout projet susceptible de mettre en cause ce délai”. Pas que ça ! Ces acteurs politiques s’étaient aussi au peuple à l’occasion : “Nous demandons à l’ensemble du peuple malien et à tous ses partenaires bilatéraux et multilatéraux de les accompagner pour une transition réussie ».

Le 28 juillet 2021, c’était au tour de Dr. Boubou Cissé d’entamer son périple à l’intérieur du pays, en commençant par Nioro du Sahel.

Là, en plus du Chérif M’Bouillé Haïdara, lr chérif de Nioro,  l’ancien Premier ministre avait rencontré les mouvements de jeunes et de femmes ainsi que les cadres de la Section URD (Union pour la République et la démocratie) locale. L’occasion était bonne pour Dr. Cissé d’exprimer son amour du parti.

Il faut signaler que l’ancien Premier ministre  a été accueilli par les militants de son parti sortis en grand nombre pour l’entendre.

Le secrétaire général de la Section URD de Nioro, Yoro Diallo, avait exprimé la joie de la section de recevoir une personnalité comme Dr. Boubou Cissé, cadre du parti depuis un moment.

« Nous nous réjouissons de sa visite ici à Nioro du Sahel, auprès des familles religieuses. Sa présence est une motivation pour nous les militants de l’URD car Cissé est un cadre valable qui a fait ses preuves partout », avait déclaré Yoro Diallo.

Le samedi, 7 août 2021, c’était  la région de Mopti d’abriter la conférence régionale URD à laquelle l’ancien chef du gouvernement a pris part, à la tenue de laquelle  a été aussi enregistrée la présence de plusieurs cadres du parti, notamment Pr. Salikou Sanogo et le président de la jeunesse du parti.

En prenant la parole au nom des nouveaux adhérents, l’ancien PM et membre de la section URD de Djenné a rompu le silence concernant son engagement politique, particulièrement son adhésion au parti de feu Soumaïla Cissé. Selon l’intéressé, le choix de militer dans un parti politique vise à défendre et à partager l’idée d’un Mali républicain et démocratique.

« Jusqu’ici, je n’avais milité dans aucun parti. Je n’en ressentais ni le besoin, ni l’urgence. J’agissais et j’apportais ce que j’avais et ce que je pouvais à mon pays, c’était pour moi l’essentiel. Mais dans la situation que connaît notre pays, j’ai pris la décision d’être actif et de m’engager. M’engager pour défendre et partager l’idée d’un Mali républicain et démocratique. M’engager pour construire avec d’autres des solutions qui réalisent les promesses de cet idéal, vivre en paix et offrir des opportunités d’épanouissement à tous les enfants du Mali », avait-il laissé entendre. Et d’ajouter : « J’ai longtemps cru que l’amour du pays, le patriotisme, suffisait à résister ensemble aux assauts de l’Histoire ; que servir l’État, lui apporter mon expertise et mon expérience internationale, contribuait à construire cette vie meilleure à laquelle nous aspirons tous. J’estimais apporter ma pierre à l’édifice. Mais devant la tâche qui nous incombe, j’ai depuis compris qu’il faut apporter plus qu’une pierre à l’édifice, que d’abord et avant tout, il faut bâtir des fondations solides, revenir aux ensembles. Or, le parti politique est le lieu idéal où l’on peut discuter, échanger, confronter des idées et débattre fraternellement de ces fondamentaux, pour dessiner une vision commune pour le Mali”.

Au même moment se déroulait à Gao la conférence régionale de la Section ASMA-CFP présidée par Soumeylou Boubèye Maïga, le président du parti, qui a salué l’adhésion des nouveaux militants avec à leur tête le Maire de la Commune urbaine et ses collègues conseillers municipaux.

Dans son adresse aux militantes, militants et sympathisants, il a «rappelé que nous avons tous le devoir de travailler à servir le pays et à le transformer. Il est important que nous ayons en tête le respect de la parole donnée et d’avoir des autorités qui ont souci du respect de leurs engagements. Il y va de la crédibilité et de l’honneur de notre pays de pouvoir respecter ses engagements tant au plan national qu’international ».

Dans son séjour, Soumeylou a rendu visite à plusieurs personnalités de la région, le Gouverneur de Gao, le Général de Brigade Moussa Moriba Traoré, le chef Songhoï, Moussa Souma Maïga et ses conseillers, au Gao-Alkaido, Mohomoudou Ibrahim Touré  dit Arougaya…

De son côté,  le mardi 10 août 2021, le président du Benkan Seydou Mamadou Coulibaly accompagné d’une délégation, s’est rendu au siège du parti de l’Alliance pour la Démocratie au Mali-Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) pour une visite de courtoisie.

Pour l’occasion, le président de Benkan était accompagné d’une forte délégation composée des vice-présidents, entre autres celui du pôle alliance stratégique, du pôle politique et gouvernance, du pôle des femmes et de son conseiller spécial.

Pour Seydou Mamadou Coulibaly, la présence de Benkan à l’ADEMA PASJ va au-delà d’une simple visite de courtoisie. Elle vise aussi à présenter le mouvement Benkan au parti historique Adema PASJ  et à tisser une étroite collaboration avec lui afin de sortir le Mali du gouffre dans lequel il est plongé depuis bien longtemps : « Nous sommes dans l’entreprenariat et évoluons dans le secteur privé depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui, n’étant pas du tout content de la situation dans laquelle se trouve notre pays comme beaucoup d’ailleurs, nous avons décidé de créer une organisation du nom de BENKAN dans le but de faire sortir le Mali de la situation de crise. Le parti ADEMA étant un parti historique bien connu au Mali, nous sommes venus demander une collaboration afin qu’ensemble nous puissions sauver le Mali. Nous avons constaté qu’ils sont aussi engagés pour cette cause depuis 30 ans », a expliqué le président de Benkan.

Zié Coulibaly

Source : Plume libre

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here