Révision constitutionnelle : Un député RPM exige la démission de Me Tapo

9
Kassoum Tapo
Me Kassoum Tapo

En faveur d’une conférence-débat organisée par la plateforme “An befeka gnèdon” ce samedi 22 juillet dans l’enceinte de la cour d’IJA à Faladié sur le projet de révision de la Constitution, le député élu en Commune VI, Bafotigui Diallo a demandé la démission pure et simple du porteur du projet de révision constitutionnelle Me Kassim Tapo pour déficit de communication avec les différentes couches de la société.

La plateforme “An befeka gnèdon” (nous voulons savoir), créée le 15 Juillet dernier, n’est ni partisan du Oui ou encore moins du Non. Elle se veut un espace neutre pour mieux informer et sensibiliser les Maliens  sur le contenu du  projet de texte de la nouvelle Constitution.

Pour son baptême de feu, c’est l’honorable Bafotigui Diallo, député élu en Commune VI qui a été choisi pour mieux édifier les habitants de la Commune sur le contenu du projet de révision constitutionnelle qui fait  objet de polémique voire de controverse.

D’entrée de jeu, l’honorable Diallo a attribué le problème autour de ce projet de révision  constitutionnelle à un déficit de communication, et accuse littéralement le gouvernement de faute politique. Il a remercié les députés de la majorité  parlementaire pour le sacrifice consentis en allant expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet de révision aux populations à la base, « un rôle que le gouvernement devrait plutôt faire ». « Mais le problème de ce projet  constitutionnel, c’est le porteur même en occurrence  Me Kassim Tapo. Et je lui demande de  démissionner. Je ne peux pas comprendre comment est-ce qu’un porteur de projet puisse défendre un ” Oui” sans rapprocher la majorité et l’opposition surtout oublier la société civile. Pour convaincre le peuple, il faut d’abord échanger  avec lui”, a martelé Bafotigui Diallo.

Pour l’honorable Diallo, le gouvernement devrait rapprocher avant tout les protagonistes opposés à la révision de la Constitution de février 1992 qui, selon lui, aujourd’hui composés des mécontents du régime, des responsables politiques effacés de la scène politique au rang de l’opposition qui veulent «  réapparaitre ».

Pour apaiser la tension, le député du parti d’IBK propose le limogeage pur et simple de Me Tapo.  ” Il faut qu’il parte. Le problème crucial, c’est de rapprocher les trois couches (Ndlr : Majorité-opposition-société civile) qui marchent ensemble. Je demande au président IBK de prendre le taureau par les cornes ; de demander au Premier ministre de faire un remaniement. Et la première des choses,  c’est de dégager  Tapo ou lui retirer le poids de ce projet. Sinon, c’est lui seul qui est le problème “, soutient-il.

L’honorable Diallo a invité toute la classe politique, la société civile, à mettre le Mali au-dessus de tout pour sortir le pays de l’impasse politico-sécuritaire.

Ousmane Sagara

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. SOS son médicament est épuisé. Appel à toutes les bonnes volontés pour venir au secours du ganakè.
    Quel mepris pour les maliens quand un deputé qui a voté ce projet de constitution à l’AN dit qu’il “n’est ni partisan du Oui ou encore moins du Non”;
    Quelle ignorance de ramener tout le problème de cette revision à une question de communication et de personne.(Si appel a été fait à Tapo,c’est qu’au RPM il n’ya pas de capacité);
    Quel deshonneur pour le Mali d’avoir des députés de cette trempe.C’est n’est qu’une question de temps pour que tout ceci soient balayés et jetés à la poubelle de l’histoire.

  2. Je ne connaissais vraiment pas cet individu. Prompt rétablissement a lui. Mais de grâce pour une fois assumons nous chers compatriotes. Sinon on va tous y passer. A moins de compter encore sur LE ZONKEBA & famille. Ah oui il vient de vous envoyer son fiston papou toure pour condamner avec la dernière rigueur cet acte o combien souhaitable oups pardon regrettable. Il ne faut pas être colombo pour savoir qui sont les instigateurs de cet acte. Ils ont menacé ouvertement sur tous les médias et la ils agissent. Ils faut au moins leur reconnaître cela ILS SONT VRAIMENT COUILLUS. Donc MARAKALA ZON TE FILA allez demander des comptes aux deux énergumènes ( l’analphabète qui se prend pour le roitelet du Banconi et son complice avec une tète de furet ayant fuit le nord}
    A bon entendeur ……

  3. Vive Madou ka journal !
    Les auteurs de cet acte ignoble viennent de signer leur arrêt de mort.

    Mais ce qu’il oublient en revanche, c’est par cet acte qu’ils prouvent aux yeux du peuple que le combat de Madou est une cause juste.

    Vive Madou ka journal, vive la révolution Malienne !

  4. Mouvement Nous sommes Madou doit imperativement voit le jour .On tente de tuer un homme mais pas ses idees .

  5. Ce n’est pas TAPO seul qui doit démissionner mais l’ensemble du Gouvernement qui doit rendre le tablier.

  6. – Le sang versé de Madou, c’est le sang de HAIDARA et de DICKO, d’eux et des deux seulements…!
    – Ils porteront des signes indélébiles de sang à leur front jusqu’á leur dernier souffle, en répondront devant Dieu et s’en laveront en enfer!

  7. 1 – Le 20 juillet 2017 à 17h 4 djihadistes sur deux motos terrorisent à coup de fusil et frappent des femmes, les chassent maisons par maisons et envoyent même certaines enceintes lors d’une cérémonie de mariage, interdiction de radios à zéro mètre de Mopti!

    2 – Le 24 juillet 2017 le jeune Madou de Madou Ka Journal est atteint par balles sur la poitrine au volant de sa voiture en plein Bamako…

  8. Nous sommes MADOU!!!
    – Oui au Courage!
    – Oui à la Dignité!
    – Oui à l’Égalité!
    – Oui à la Justice
    – Non à la barbarie!
    – Non à la lâchété!
    – Non au référendum hier, aujourd’hui et demain….
    “Wa An tè bi, an tè sini, a bana”

Comments are closed.