Tony Blair dans les réformes politiques au Mali : Un pied dans le plat de la France ?

1

L’Institut Sahel de Tony Blair et le gouvernement du Mali se sont engagés dans un cadre partenarial pour la réussite des réformes politiques et institutionnelles au Mali. Le premier va accompagner le Mali dans le processus électoral, mais aussi dans sa refondation. Ce partenariat ne serait-il pas un ‘’pied  britannique dans le plat de la France’’ ?  La Grande Bretagne, on le sait, est en phase de finaliser sa sortie de l’Union européenne. La méthode française a-t-elle montré ses limites ?

 Sur invitation de SEM Bah N’DAW, Président de la Transition, l’ancien Premier ministre du Royaume-Uni de Grande Bretagne (1997-2007), M. Anthony Charles Lynton BLAIR dit Tony BLAIR, Directeur de l’Institut qui porte son nom, est arrivé à Bamako dans la nuit du dimanche au lundi 22 mars 2021, pour une visite de 24 heures.

À son arrivée à l’Aéroport international Président Modibo Keïta-Senou, M. BLAIR a été accueilli par le Secrétaire général de la Présidence et d’autres proches collaborateurs du Chef de l’État.

Selon le site d’informations de la Présidence, cette visite de l’invité spécial du Chef de l’État, qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat fécond entre  le Mali et l’Institut Tony BLAIR, a été l’occasion pour les deux parties d’échanger sur les préparatifs, l’organisation et la tenue des prochaines élections générales au Mali.

Au cours de son séjour, le Fondateur et Président Exécutif de l’Institut, Monsieur Tony BLAIR, a eu des séances de travail respectivement avec le ministre de la Refondation de l’État, chargé des Relations avec les Institutions, M. Mohamed COULIBALY, et le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Lieutenant-Colonel, Dr Abdoulaye MAÏGA et le Délégué Général aux Élections, Général Siaka SANGARE.

Selon la même source, au regard des multiples défis et enjeux liés au contexte de la Transition, il s’agira pour l’Institut Tony BLAIR, de jeter les bases d’un partenariat privilégié d’accompagner le Mali et surtout de travailler dans sa mission de stabilisation.

Pour ce faire, le Tony Blair Institute for Global Change de l’ex-Premier ministre britannique a mis en place des cellules d’experts pour accompagner les chefs d’État en Afrique et dans le monde dans l’accélération de leurs projets prioritaires afin de leur apporter une assistance technique nécessaire à la réalisation de leur vision. La mission de Tony Blair Institute For Global Change, intervient aussi dans l’accompagnement des pays dans des dossiers d’envergure et de recherches en financement.

Le Fondateur et Président Exécutif de l’Institut Tony BLAIR était pour la circonstance, accompagné de Mme Béatrice BIANCHI, Directrice Sahel de l’Institut Tony BLAIR, M. Babakar KANTE, Expert des réformes, et Cyril KULENOVIC, Expert des élections et d’autres personnalités.

« Nous sommes conscients que le chantier des réformes est un chantier fondamental pour le Mali », affirme Béatrice Bianchi, Directrice Sahel de l’Institut. Ce cahier d’accompagnement qui sera exécuté durant 18 mois, est basé sur les élections et les reformes. Pour elle, « il s’agit de rétablir la confiance des citoyens vis-à-vis de l’État ». Béatrice Bianchi indique aussi qu’il faudra « concrétiser de quelle manière nos experts pourront être mis à contribution au niveau de la primature, des organisations pour l’organisation des élections et ministère de la refondation de l’État ». Béatrice Bianchi assure que sa structure va apporter son expertise à la transition malienne pour la réussite de ses chantiers majeurs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en réussissant cette mission, les Britanniques auront gagné des points à travers l’Institut Tony BLAIR dans un pays francophone.  Mieux, faisant recours à cette expertise, le système français a-t-elle montré ses limites ?

Rassemblés par Zié Coulibaly

La Plume

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Dites a cet animalll que le cauchemar iraquien est toujours d’actualite !
    La negrade est incapable de penser ses problemes et degager ses priorites.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here