Transition en zone de turbulences : Comment sauver le soldat Choguel ?

11

Sans l’ombre d’aucun doute, l’actuel chef du gouvernement aura été le Premier ministre le plus téméraire du Mali moderne. Sur plusieurs fronts à la fois, le soldat peut-il être sauvé ?

Même s’il paraît excellent orateur, prêt à la réplique et à de belles envolées lyriques, Dr Choguel Maïga semble être un « bon Premier ministre d’un régime normal ». Il aurait du mal à savoir que le pays est dans une situation d’exception, porté du bout des bras par l’assistance étrangère.

Le chef du gouvernement n’hésite pas à tacler le pays partenaire stratégique décisif qu’est la France, l’ancienne puissance colonisatrice, dont on peut dire toutes insuffisances, « mais dans un cadre diplomatique approprié ». Le soldat Choguel semble décidé à tirer à boulet rouge sur les « manœuvres françaises », certes relatant le ressenti d’une bonne frange de Maliens. Ce qui lui vaut aujourd’hui l’inimitié de Paris.

Or, la France apparaît dans un rôle d’allié de premier plan de la CEDEAO, qui vient de prononcer son diktat à Bamako : le respect du délai de la fin de la transition, soit février 2022. Un message que le chef du gouvernement ne veut pas entendre, même si l’on rapporte que le chef de l’Etat, plus discret veut « convaincre » les dirigeants de l’organisation ouest-africaine.

Le Colonel Assimi Goïta cherche, par des canaux diplomatiques appropriés, à négocier un réaménagement du délai de la transition pour tenir de la spécificité de la crise sécuritaire et sociopolitique malienne. C’est en ce moment que le locataire de la primature réaffirme sa volonté à foncer, tête baissée, pour tenir ses assises nationales de la refondation, censée, définir le chronogramme à suivre pour aller aux élections, au-delà de février 2022. Cette démarche, qui se concrétise avec la nomination de la commission d’organisation de ces assises, est analysée à Abuja, siège de la CEDEAO, comme un pied de nez, une manière de défier la CEDEAO. Ce qui a poussé les présidents burkinabé et nigériens à annoncer ce début de semaine qu’aucune raison ne saurait faire repousser les élections au Mali.

Comme on le voit, au moment où le Colonel Assimi Goïta se fait discret pour plaider une rallonge douce de la transition, le chef du gouvernement semble dans le mépris de la classe politique, qui reste majoritairement intransigeante sur le respect du délai prévu pour les élections. Ce qui peut conduit le chef de la Transition à vouloir sauver son pouvoir militaire à travers certaines concessions ou conditionnalités. Lesquelles ? Même s’il maintient aujourd’hui sa confiance à son Premier ministre, pourra-t-il ignorer d’éventuelles sirènes d’évincer le soldat Choguel ? Rien n’est évident, surtout que pour des …raisons d’Etat ou des raisons de stratégie militaire, tous les sacrifices sont possibles. Il faut désormais sauver le soldat Choguel !

Bruno D SEGBEDJI

 

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Choguel se sauvara lui même, mais cela ne sera pas possible sans une bonne coordination entre lui et Assimi. Si l’équipe Assimi-Choguel font réellement ce que le peuple attend d’eux. Les bonnes réformes, la sécurité et enfin les élections. Qu’ils s’éloignent du populisme.

  2. On est sauvé quand on est à sa place
    CHOGUEL MAIGA N’EST PAS LÉGITIME À CONDUIRE UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION.
    En tant que CHEF DE PARTI POLITIQUE,il doit, comme tous les autres chefs de PARTIS POLITIQUES,s’atteler à préparer les échéances électorales futures.
    Même dans un régime légitime normal,il est déconseillé de nommer un CHEF DE PARTI POLITIQUE à la tête de la PRIMATURE.
    Tous les présidents français l’ont évité.
    Chirac a même dit à Sarkozy de passer la main de la présidence du parti à un autre,s’il veut être CHEF DE GOUVERNEMENT.
    ALPHA OUMAR KONARÉ l’a fait,son PREMIER MINISTRE a tenté de faire révolter la majorité parlementaire pour obliger le président en exercice à l’adouber.
    C’EST UNE CONCURRENCE POLITIQUE QUI S’ÉTABLIT ENTRE LE CHEF DE GOUVERNEMENT ET SON CHEF DE L’ÉTAT BLOQUANT LES ACTIVITÉS DE L’ÉTAT.
    Un gouvernement de transition a besoin de stabilité pour organiser rapidement les différentes élections nécessaires à légitimer les TENANTS DU POUVOIR.
    En 2012,un CHEF DE PARTI nommé CHEF DE GOUVERNEMENT a provoqué tellement la tension qu’on est allé tabassé le PRÉSIDENT DE LA TRANSITION dans son bureau.
    Ce CHEF DE GOUVERNEMENT était opposé politiquement au PRÉSIDENT DE LA TRANSITION.
    Il a fallu nommer un TECHNOCRATE pour retrouver la STABILITÉ DE LA SCÈNE POLITIQUE MALIENNE permettant d’organiser les élections.
    Cette année,on a besoin de stabilité pour réaliser les différentes réformes souhaitées et nécessaires depuis le deuxième quinquennat D’AOK.
    Que CHOGUEL MAIGA,sachant que sa nomination à la PRIMATURE va provoquer des tensions,ait accepté d’être l’un des candidats du M5-RFP exprime sa volonté de s’accrocher au pouvoir.
    IL S’EST SERVI DU M5-RFP POUR AVOIR UNE FONCTION QU’IL N’AURAIT JAMAIS PAR LA VOIX DES URNES.
    Tout a été fait pour accéder à la PRIMATURE.
    Il fera tout aussi pour rester aussi longtemps que possible.
    Pour cela,il fera tout pour entretenir ce climat de tension entre les COLONELS et la CLASSE POLITIQUE dite de l’ancien régime.
    Il sait que la convergence entre les deux camps causera sa perte.
    En réalité pour son ambition personnelle,il est entrain de couler les COLONELS.
    AUCUN POUVOIR ILLÉGITIME NE PEUT RÉSISTER AUX PRESSIONS DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE.
    Gbagbo est l’exemple palpable.
    Il serait intelligent de se débarrasser de CHOGUEL MAIGA afin de former un gouvernement CONSENSUEL autour d’un CHEF DE GOUVERNEMENT CONSENSUEL.
    ASSIMI GOITA et ses CAMARADES COLONELS ont leur salut dans un gouvernement inclusif et un CNT REPRÉSENTATIF,s’ils veulent proroger la durée de la transition afin de réaliser les réformes souhaitées et nécessaires.
    Dans le cas contraire,ils vont obliger les maliens à se révolter contre leurs présences au sommet de l’Etat.
    Ils sont entrain d’arrêter les hommes politiques pour corruption,des cas de corruption des proches D’ASSIMI GOITA et de ceux de ses CAMARADES COLONELS vont commencer à sortir pour les discréditer puisqu’ils sont entrain de montrer à L’OPINION PUBLIQUE qu’ ils sont différents des hommes politiques alors qu’ils ne s’accrochent au pouvoir que pour jouir des DENIERS PUBLICS.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  3. Tu n’as même pas honte de qualifier la france de “partenaire stratégique” du Mali, un pays qui met tout en œuvre pour partitionner le notre. La CEDAO, on est pas obligé de subir ses caprices et quant aux présidents nigériens et burkinabé le Mali n’a rien à foutre de ce qu’ils pensent de nous. Et toi le vendu tu ignores que les maliens se fichent royalement “de la grande majorité des partis politiques” les fossoyeurs du peuple. On croit rêver e n lisant de tels articles.

  4. Je n’ai pas assez de vision sur les actions de monsieur choguel depuis la france .
    malgre l’apparente diplomatie de ce monsieur , je le trouve pour ma part , trops gentils avec la colonisation judeojudaiqueradicaljuive.

  5. Notre but ultime est plutôt de sauver notre cher pays, pas un individu.
    Si Choguel et le colonel Goita agissent dans le sens de défendre les intérêts de notre pays et de nos populations, ils ne manqueront pas de soutiens…

  6. Le PM Choguel n’a pas besoin d’être “sauvé” .. c’est lui qui est en train de sauver le Mali de ses ennemies multiples. C’est bien plutôt des politiciens criminels financiers FAUX DÉMOCRATES qui ont détruit notre pays qui doivent chercher comment se sauver car il est sure qu’ils ne survivront pas le vent révolutionnaire patriotique actuel du peuple! Jusqu’ici c’est Assimi qui est en train de jouer le “soft ball” (ballon d’enfant) avec ces politiciens je jure de Dieu sinon ils n’auraient aucun temps de continuer dans la sédition contre les intérêts nationaux du Mali!!!

    Il est temps que le president Assimi et son gouvernement choisissent de ce qu’il veut: l’avenir et l’avancement du Mali ou la survie des POLITICIENS.. les deux ne pourront jamais co- exister… c’est l’un ou l’autre!

    • Choguel est un faux-cul, un opportuniste. Sa posture de demagogue n’a rien a avoir avec les interets du Mali. Il faut savoir qu’il fait partie de la classe politique corrompue… La junte l’a coopte pour l’utiliser sachant qu’il assoiffe de pouvoir et capable de se renier.

  7. Choguel n’a pas besoin d’être “sauvé” .. c’est lui qui est en train de sauver le Mali de se ennemies multiples. C’est bien des politiciens criminels financiers FAUX DÉMOCRATES qui ont détruit notre pays qui doivent chercher comment se sauver car il est sure qu’ils ne survivront pas le vent révolutionnaire patriotique actuel du peuple! Jusqu’ici c’est Assimi qui est en train de jouer le “soft ball” (ballon d’enfant) avec ces politiciens je jure de Dieu sinon ils n’auraient aucun temps de continuer avec la sédition contre les intérêts nationaux du Mali!!!

  8. Le PM n’est pas rassembleur. Il sait semer le zizanie MANIPULER et mentir. C’est le resultat quand on manque de vision avec comme strategie le mensonge et le chantage.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here