ATT aux Maliennes et aux Maliens : Que veut vraiment dire ATT aux citoyens ?

0

Comment ne pas être sensible à la lettre adressée par Amadou Toumani Touré, candidat à sa propre succession comme Président de la République du Mali ? Son amour pour la patrie, son sens élevé du devoir, son désir ardent de servir les populations, tout y passe. Un commentaire, si succulent soit-il, ne saurait rendre comme il se doit cet amour qui lie désormais ATT au Mali.

Depuis la ville sainte de Nioro du Sahel où il se trouvait, dans le cadre d’une des nombreuses inaugurations qu’il a eu à effectuer durant son mandat, tant les réalisations sont multiples et variées, Amadou Toumani Touré, affectueusement appelé ATT, a déclaré être candidat à sa propre succession. Le peuple venait enfin d’être libéré d’un suspens car face à l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès –ADP- renforcée par de nombreux mouvements et associations de la société civile, du secteur privé, des Maliens de l’extérieur, etc., l’opposition réunie dans le Front pour la Démocratie et la République –FDR- se présentait en semeur de doute sur la candidature éventuelle de ATT.

Mais chaque chose vient à son heure, se disait-on dans le cercle restreint des conseillers du Président de la République, qui tenait à faire valoir jusqu’à la dernière limite légale, ses prérogatives de Chef d’Etat telles que les lui ont confiées la Nation au soir d’un jour de mai 2002. Evidemment, ATT est et reste Président de la République jusqu’à la proclamation des résultats du scrutin à venir. Le Mali ne saurait connaître une vacance exceptionnelle pour cause d’élection. En tant que tel, il pose des pierres, inaugures, nomme et dégomme, tant que c’est nécessaire. Où est alors le problème ?

Si problème il y en a vraiment, c’est dans la tête de ceux qui sont pressés d’abréger sa présence à Koulouba, aveuglés par la recherche effrénée du pouvoir. Ils en marre de voir ATT, de le sentir, surtout que ce dernier reste sourd aux provocations et insinuations insidieuses pour remplir son contrat avec le Mali profond qui le lui rend de la meilleure façon possible : bains de foules, accueils populaires, témoignages de soutien, assurance de mobilisation, etc… Qui souhaite mieux à sa place ?

C’est ce Mali là que ATT a parcouru, comme il le dit lui-même : « J’ai parcouru le Mali, je suis allé à la rencontre des Maliennes et des Maliens, dans les villes comme dans les campagnes. J’ai aussi noué un dialogue permanent avec ceux de nos compatriotes vivant à l’extérieur… ».

Il a écouté son cœur qui bat pour le Mali et les appels incessants d’associations et organisations de toutes les couches sociales du pays ont sonné comme un appel au devoir pour le soldat qu’il est.

Les propos contenus dans la lettre citée plus haut, sont en parfaite adéquation avec les visions et l’image de l’homme qui a passé tout son temps à œuvrer pour la paix et la cohésion, non seulement du Mali entier, mais de tout le continent africain. Il s’y ajoute, que profitant de la visite de la mine de Syama, il s’est adressé à la Nation en général et aux candidats en particulier. Pourquoi choisir ce jour précisément pour le faire ? Parce que la Cour Constitutionnelle venait justement de proclamer la liste des huit candidats à l’élection présidentielle. ATT a prouvé encore, ce jour-là, qu’un Chef d’Etat ne peut se mêler de ce tohu-bohu inutilement entretenu par une opposition qui a déclenché les hostilités avant l’heure pour ensuite se retourner et pointer un doigt accusateur vers les hommes du Général.

A partir de Syama, il disait : « C’est à partir de cette proclamation de la Cour Constitutionnelle qu’on sait maintenant qui est candidat. Tout ce qu’on disait avant ne sert à rien ». Très bien dit !

Toujours est-il que son amour pour le Mali guide ses pas et le voilà encore devant les citoyens pour briguer leurs suffrages. S’adressant aux femmes: « l’amour indicible que j’éprouve pour nos enfants serait vide de sens si j’oubliais les femmes, leurs mères, gardiennes discrètes et efficaces des équilibres familial et social… ».

Principal pilier et ultime espoir de toute nation, les jeunes constituent de nos jours une préoccupation particulière, notamment en ce qui concerne l’emploi. Qu’en dit ATT ? « Les efforts seront également poursuivis pour créer plus d’emplois en faveur des jeunes. Il sera de renforcer les moyens de l’APEJ, de former les jeunes à de nouveaux métiers, de les réconcilier avec la terre pour l’exploitation de notre potentiel agricole et de soutenir les jeunes promoteurs privés ».

Quoi de plus noble comme ambition que de se soumettre aux vœux de toutes les couches sociales du pays, qu’il a rencontrées et écoutées ? Rien que les parrainages pour la candidature à la présidentielle en disent long sur l’ancrage populaire de ATT. Il pouvait se prévaloir simplement de la signature de députés de l’Assemblée nationale qui se seraient succédés pour signer en une journée, pendant que lui est assis dans son fauteuil, comme du reste d’autres l’ont fait. Mais il arbore aujourd’hui une candidature forte de 414 conseillers communaux. C’est déjà une éclatante démonstration de force.

Ahmed Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER