Contentieux électoral : Les journalistes à l’école de la Cour constitutionnelle

0

L’hôtel Maeva a abrité les travaux de la journée d’échanges des hommes de médias avec les experts de la Cour constitutionnelle le mardi dernier.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la co-présidence du ministre de la Refondation de l’Etat, en relation avec les Institutions, Pr Ibrahim Ikassa Maïga et son homologue de la Justice et des droits de l’homme, Mamadou Kassogué. Ils avaient à leurs côtés le président de la Cour constitutionnelle, Amadou Ousmane Touré.

La Journée d’échanges portait sur le thème: ” Les pouvoirs des Cours constitutionnelles africaines en matière électorale”.  Elle a été organisée par la Cour constitutionnelle du Mali sur la sollicitation du Cadre de concertation des directeurs de publication (CCDP). Elle a enregistré la présence des patrons de presse, des experts sur le droit institutionnel.

Pour le maire de la Commune IV, Adama Bereté, c’est un plaisir d’accueillir cet événement dans sa circonscription.

Quant à Aboubacar Bany Zan, le président du Cadre de concertation des directeurs de publication, il a remercié le président du la Cour constitutionnelle pour avoir accepté d’organiser cette Journée d’échanges pour édifier les hommes de médias sur les rôles de cette Institution chargée d’arbitrer les résultats issus des élections. Les hommes de médias seront outillés sur les rôles de la Cour constitutionnelle à travers les communications faites  par des experts du droit s’est-il félicité.

Prenant la parole, le président de la Cour constitutionnelle a apprécié cette journée d’échanges avec les hommes médias. ” Nous avons voulu cette journée d’échanges avec les hommes de médias pour engager une nouvelle procédure de communication”, a souligné Amadou Ousmane Touré. L’Etat de droit doit garantir l’indépendance des juges. La Cour constitutionnelle statue sur les résultats des élections a t-il expliqué.

La Cour constitutionnelle, après le recensement général des votes procède immédiatement à la  programmation des résultats définitifs selon le président de l’Institution. Il plaide pour un délai bien plus long pour le traitement du contentieux et surtout une réforme approfondie de l’Institution.

Pour Amadou Ousmane Touré, la communication facilite la prise de pouvoir dans la démocratie, donc il faut bien que la Cour constitutionnelle soit comprise par les hommes de médias. Il s’agit ici d’un maillage de deux institutions très importantes de la vie de notre pays, celle qui informe l’opinion publique et celle qui programme les résultats.

L’arbre ne doit cependant pas cacher la forêt, la Cour constitutionnelle du Mali a mauvaise presse aux yeux des citoyens.

Les communications ont été faites par des hommes de droit. Il s’agit de Dr Moustaphe Cissé qui a exposé sur les règles d’organisation et de fonctionnement de la Cour constitutionnelle ainsi que la procédure suivie devant elle.

Quant à Dr Ousmane Traoré, il parlé sur les pouvoirs de reformation des résultats et d’annulation par la Cour constitutionnelle et enfin Dr Fousseny Doumbia a parlé de l’autorité des décisions de la Cour constitutionnelle.

Après ces brillants exposés, les journalistes ont posé des questions de compréhension et qui ont été répondues de manière satisfaisante par les  experts.

La cérémonie d’ouverture de la rencontrer a enregistré la présence des faîtières de la presse dont son président, Bandiougou Danté. On notait aussi la présence des représentants du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et celui délégué auprès du Premier ministre chargé des Institutions.

Seydou Diamoutené

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here