COVID-19 : 1200 prisonniers en fin de peine graciés par le Président IBK

4

La crise sanitaire créée par la pandémie du COVID-19  a insisté le Haut-commissariat aux Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations -Unies à demander aux États du monde dont le taux d’incarcération ne respecte pas  les normes internationales à  désengorger les lieux de détention. Le Mali, à l’instar des pays africains, n’a pas dérogé à la règle.

Le Chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta  a pris un décret présidentiel qui gracie environ 1200 prisonniers sur l’ensemble du territoire national.  Ce millier de détenus graciés permettront  de désengorger le milieu carcéral du Mali qui est souvent caractérisé par  un surpeuplement.  Il n’est pas rare de voir dans les prisons maliennes de nombreux détenus entassés dans une seule cellule. Toutefois,   cette grâce présidentielle  vise à  réduire la promiscuité dans les établissements pénitentiaires et  de lutter contre  la propagation du virus du COVID-19.

Interrogé, le président de la commission nationale des droits de l’Homme, Aguibou Bouaré, indique que les prisonniers concernés par cette mesure sont : les détenus en fin de peine, les femmes enceintes incarcérées et les personnes vulnérables à la maladie.

Avec cette grâce présidentielle, le Mali vient d’emboîter le pas du Niger, le Burkina Faso, le Sénégal, le Nigeria et autres  qui ont déjà pris des mesures similaires  pour désengorger leurs établissements pénitentiaires.  Ainsi, ce sont des milliers de prisonniers en fin peine qui vont renouer avec la liberté.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net   

 

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. SI ça peut désengorger les prisons et eviter qu’on est d’autres cas ici au Mali alors je soutiens cette décision

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here