Lutte contre la maladie à virus Ebola au Mali : Le plan de contingence mis à jour

0

Pendant deux jours de débats  entre les acteurs de la lutte contre la maladie à virus Ebola, le plan de contingence contre la maladie à virus ebola et d’autres maladies à potentiel épidémiques au Mali  a été mis à jour. La rencontre, organisée par la fédération nationale des associations de santé communautaire du Mali (FENASCOM), a été financée par l’ONG Save the Children.

L’ouverture des travaux était présidée par le représentant de la direction nationale de la santé en présence du président de la FENASCOM, Yaya Zan Konaré et du directeur des opérations de l’ONG Save the Douti Piake. C’était le lundi 23 novembre 2015 à la maison des ainés.

Le Mali a été déclaré un pays Ebola free en janvier. Malgré   les consignes données par les autorités, les mesures d’hygiène ne sont plus respectées. Face à ce constat, le gouvernement du Mali, à travers le ministère de la santé et de l’hygiène publique, a relancé des actions d’information et de sensibilisation afin de conscientiser les populations.

C’est pour apporter sa contribution aux actions du gouvernement que ladite rencontre a été organisée par la FENASCOM afin d’adapter le plan de contingence au contexte évolutif face à la persistance et à l’expansion du virus Ebola dans certains pays frontaliers.

Pour Yaya Zan Konaré, président de la FENASCOM, les préoccupations essentielles de son organisation contre la maladie à virus Ebola sont de se concentrer sur l’effectivité de la prévention par la mobilisation.  « Nous devons être aux cotés du ministère de la santé et de l’hygiène publique pour jouer pleinement notre partition dans l’intérêt et la sauvegarde de la population en mettant le Mali  à l’abri  de toute autre pénétration de cette maladie », a t-il dit. Le directeur des opérations de l’ONG Save the Children, Douti Piake, a souligné que la vigilance, à travers la mise en place d’un plan de contingence contre la maladie à virus Ebola bien avant son apparition dans le pays, a été un des éléments déterminants qui a permis de venir à bout de la maladie à seulement  quatre mois après l’identification  du premier cas sur notre territoire. Ces résultats remarquables, a t-il indiqué, ont été rendus possible grâce aux efforts du gouvernement qui a bénéficié de l’accompagnement de tous les acteurs dont Save the Children. Conscient de ce fait, il est aujourd’hui légitime d’anticiper sur d’éventuelles nouvelles crises. « Nous sommes contents d’accompagner le processus de mise à jours du plan existant et son adoption à de multiples formes d’urgences. Nos initiatives doivent s’étendre à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses et ceux à potentiel épidémique », a t-il ajouté.

Modibo Fofana

PARTAGER