Ministère de la santé : Une inspection générale à la hauteur

0

La ministre de la Santé, Marie Madeleine Togo poursuit ses visites de prise de contact avec les structures relevant de son département. Accompagnés de ses collaborateurs, la nouvelle ministre de la Santé a visité mardi dernier l’inspection de la santé. Au sortir de cette visite, elle n’a pas caché son satisfecit au regard de l’état infrastructurel et d’équipements de cette structure.

 

Après une visite des locaux qui a conduit la délégation ministérielle au département du laboratoire nationale de la santé, de la microbiologie alimentaire et la direction de la pharmacie et du médicament, le ministre Marie Madeleine s’est entretenue avec le personnel de l’inspection de la santé.

A bâton rompu, les responsables en charge de cette structure ont pris langue avec le ministre pour étaler les conditions de travail du personnel. C’est ainsi que l’inspecteur en chef, Dr. Magassa dira qu’ils sont confrontés au problème de justification de fonds pour des missions à l’intérieur. Avant d’évoquer le manque criard de ressources humaines.

Dans cette foulée, Pr. Benoit Yaranga, responsable du Laboratoire national de la santé, dira que son département ne compte à la date d’aujourd’hui que 2 docteurs dont lui-même.

Au retour, Mme la ministre dira avoir pris bonne note des insuffisances signalées par les uns et les autres. “On ne dira pas que tout est agréable ici, mais il faut reconnaître que les infrastructures et équipements dont vous disposez peuvent inciter au travail”, a exprimé la ministre.

Comme pour joindre l’utile à l’agréable, la visite a été sanctionnée par une cérémonie de remise de matériels et d’équipements acquis à travers le projet de renforcement de la santé de reproduction. Ce lot de matériels et d’équipements composés de 4 véhicules Land cruiser, de contraceptifs oraux, de condoms masculins, réfrigérateurs solaires, tables gynécologiques, lits et matelas d’hospitalisation, et tables d’opération a été financé par la Banque mondiale pour un montant d’environ un milliard de F CFA.

Oumar B. Sidibé

PARTAGER