Protection sociale au Mali : Des journalistes outillés sur le régime de l’Amo

0

Le maire de la Commune rurale de Baya, Magatte N’Diaye, qui a accueilli la cérémonie, a remercié Icp-Mali pour le choix de sa Commune pour abriter  cette rencontre d’échanges dont le thème portait sur «rôle et  place de la communication au service de la protection sociale, en général et du régime d’Assurance maladie obligatoire, en particulier».

Le Directeur général adjoint de la Canam, Dr. Alassane Balobo Dicko, a d’abord remercié Icp-Mali pour son initiative. Parlant de l’Amo, de sa création à nos jours, il dira qu’elle a connu des difficultés notamment des mouvements de contestation qui se sont élevés au niveau de certains travailleurs. Mais pour Dr. Dicko, tout cela n’est qu’un mauvais souvenir, grâce aux efforts de communication intense avec l’implication de nos autorités d’une part, et d’autre part de toutes les parties prenantes, notamment les organes gestionnaires délégués que sont l’Inps (Institut national de prévoyance sociale) et la Cmss (Caisse malienne de sécurité sociale) et les acteurs de la communication. Pour la mise en œuvre du régime de  l’Amo, il a souligné que des avancées très encourageantes ont été enregistrées par l’augmentation du nombre très élevé des personnes immatriculées  et d’établissements de soins conventionnés.

Dans une présentation, le Directeur général adjoint de la Canam a expliqué les dispositifs de couverture du risque-maladie. Il a aussi présenté le régime dont le but est de permettre d’améliorer et d’élargir l’accès aux soins en assurant la couverture des frais inhérents à la maladie des personnes assujetties et des membres de leurs familles.

Évoquant les principes de l’Amo, il s’agit, selon lui, de la contribution, la solidarité, la mutualisation du risque, la prise en charge par tiers-payant avec paiement d’un ticket modérateur.

Première activité qu’Icp-Mali organise au compte de son programme d’activités pour l’année 2015, cette activité se traduit, selon le président de l’association, Ousmane Dao,  en une journée d’échanges entre techniciens de l’Assurance maladie obligatoire et 30 professionnels de la communication et de l’information de différents supports, à savoir la presse écrite, orale, en ligne et audiovisuelle autour du thème : «Rôle et place de la communication dans les questions de protection sociale au Mali : cas du régime d’Assurance maladie obligatoire(Amo) .

Selon le président d’Icp-Mali, au regard des difficultés qu’il a connues dans sa  jeune histoire, le dispositif de l’Assurance maladie obligatoire est encore confronté au défi d’une adhésion en masse, à cause des hésitations et autres mauvaises compréhensions de la chose constatées çà et là. «Après que l’effectivité des prestations a été incontestable, aujourd’hui, grâce aux nombreuses structures de soins conventionnés, ledit défi se relève par l’intensification de la communication autour du régime», a expliqué Ousmane Dao. Ajoutant que pour une large et juste compréhension du régime par ses bénéficiaires et autres citoyens maliens, les médias doivent jouer leur rôle.

Fombus

Commentaires via Facebook :

PARTAGER