12ème session ordinaire du Conseil d’Administration de l’ANTIM : Le budget 2016 s’élève à 1.572.303.000 FCFA !

0

Les administrateurs de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM) se sont réunis, lundi 21 janvier 2016, pour la 12ème session ordinaire. C’était à son siège sous la présidence de Sékou Oumar Dembélé, conseiller technique, représentant le ministre de la santé et de l’hygiène publique.

Le président du Conseil d’administration, Sékou Oumar Dembélé, a félicité le directeur général de l’ANTIM et tout son personnel pour les efforts remarquables dans la lutte contre la maladie à virus Ebola à travers la gestion des numéros verts et la diffusion sur le site du département, d’informations précises et des messages de sensibilisation. « Je vous invite à poursuivre ses efforts pour la mise en place d’un système de santé efficace », a-t-il ajouté.

Les administrateurs ont eu à examiner le compte rendu de la dixième session ordinaire du Conseil d’administration de l’agence ; le compte rendu de la 11ème session extraordinaire du Conseil d’administration de l’agence ; l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la dixième session ordinaire ; les rapports d’activités et financiers de l’année 2015 et enfin le programme d’activités et le projet de budget 2016.

L’ANTIM se fixe comme objectif en 2016, le renforcement du système d’information en santé avec les outils et solutions technologiques adéquats et de renforcer les capacités des ressources humaines. Autre programme ambitieux, c’est la construction du siège de l’agence à hauteur de plus de deux milliards FCFA. Le lancement des travaux est prévu en février prochain.

A en croire au PCA, le projet de programme d’activités 2016 de l’ANTIM est ambitieux, mais surtout adapté aux réponses qu’il faut à notre système de santé éprouvé par les crises sanitaires de 2013 et 2015 en Afrique de l’Ouest. « Sa mise en œuvre contribuera certainement à rendre plus résiliant le système de santé du Mali par une utilisation efficace et efficiente de la cybersanté », a-t-il dit.

PARTAGER