Affaire de la Kidaloise avec un drapeau de l’Azawad à Bamako : Le ministre Traoré Oumou Touré a présenté ses excuses au peuple Malien

0
Le ministre Oumou Touré répond aux Maliens: « Je ne démissionnerai pas… »

Lors des assises des femmes du Mali pour la paix pour leur implication effective dans le processus de paix «Appel des femmes du Mali», tenues du 25 au 28 novembre 2017 au Mémorial Modibo Keita à Bamako, une femme dénommée Minetou Wallet Bibi venue de Kidal s’est faite voir dans la salle de ladite conférence et ailleurs munie d’une écharpe du soi-disant Azawad. Ces assises ont été organisées par le Ministère de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille pour promouvoir la paix chez les femmes. L’attitude de cette femme a défrayé la chronique des journaux et n’a pas laissé les citoyens lambda indifférents.

Face à cette situation qui l’incrimine, le ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Traoré Oumou Touré, a tenu, le lundi 04 décembre 2018, une conférence de presse. C’était dans la salle de conférence de la Maison de la presse, accompagnée par son Secrétaire général. L’objectif de cette conférence de presse était d’expliquer cet incident et aussi présenter ses excuses.

Selon Mme le ministre de la Promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Traoré Oumou Touré, la participation de toutes les femmes était conditionnée à la possession de la carte d’identité nationale, ou de la carte NINA et ou d’un passeport malien en cours de validité. Elle a éclairé que Mme Minetou Wallet Bibi, à la base de cet incident, est malienne de son état, détentrice du passeport malien N°B0943885 établi le 15 avril 2015 valable au 15 avril 2020.

Selon le ministre Oumou Touré, la rencontre s’est déroulée à leur satisfaction. Selon ses propos, l’objectif visé a été effectivement atteint parce que les messages de paix, de réconciliation, de construction de la cohésion sociale et l’interrelation entre les femmes du Mali ont été portés par toutes les 200 femmes pendant la durée de la rencontre.

«Pendant la visite aux institutions de la République, rappelons que la délégation était conduite par le Secrétaire général du Ministère de tutelle. Lors de l’audience à l’Assemblée nationale, au moment où les participantes et participants se mettaient en place pour atteindre l’arrivée du président de l’Assemblée nationale, le Secrétaire général et certains de ses collaborateurs ont constaté, seulement en ce moment-là, une écharpe aux couleurs douteuses. Et c’est à ce moment précis que le SG a demandé à cette provocatrice de se débarrasser de son écharpe au sein de l’Institution, que cette attitude n’est pas acceptable et ne peut être tolérée », a-t-elle narré. Au dire du ministre Traoré Oumou Touré, la dame intrépide, ayant refusé de se débarrasser de son écharpe, a été chassée de la salle et de la Cour de l’Assemblée nationale. Et d’affirmer que dès lors cette femme provocatrice n’a plus participé aux activités des assises.

«Nous présentons au peuple Malien nos excuses les plus sincères suite à cet acte provocateur dont le Mali n’a pas besoin en ce moment précis où le président IBK, avec son leadership politique, cherche à travers l’Afrique et le monde, par tous les moyens dont il dispose, à assurer la paix et le réconciliation dans notre pays», a-t-elle indiqué. Par ailleurs, le ministre a souligné que cependant, il reste important que nous devrons être encore plus vigilants, dans les choix des personnes qui ont du respect pour la patrie et pour le Mali. «Nous nous y engageons fermement pour éviter des incompréhensions pouvant écorcher la sensibilité des citoyens», a-t-elle conseillé. Et de rassurer que les actes de provocation posés soient proscrites systématiquement, et qu’en aucun cas ellesne s’éloignent de leurs objectifs de paix, de dialogue social, de médiation et de réconciliation dont la place de la femme reste incontournable.

En effet, certains journalistes ont demandé  au ministre Traore Oumou Touré de démissionner de son poste ministériel car pour eux, elle est la seule coupable de cet incident. En répliquant à cette question, le ministre Oumou Touré a dit qu’elle ne démissionnera pas à cause de cette incidence. « Si rassembler les femmes du Mali pour promouvoir la paix est synonyme de la démission alors je ne démissionnerai pas », a-t-elle insisté.

Seydou Karamoko KONE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here