Baguineda : La transhumance politique bat son plein

0

La vie politique au Mali et singulièrement dans la commune rurale de Baguinéda n’a point terminé de montrer toutes ses facettes. A trop vouloir se prendre pour un calculateur inné on finit par se perdre dans la course politique. Tôt ou tard on ne peut que devenir la risée du monde. Quand les paysans s’attaquent à la politique, les données deviennent imprévisibles.

De nos jours la commune rurale de Baguinéda est devenue une vraie scène de théâtre où le député aussi bien que le maire et ses adjoints en sont les acteurs. Au terme de la dernière élection présidentielle les hommes politiques de tout bord comme une colonie d’oiseaux se sont rués vers l’ASMA.  Que ce soit  le député Toumani Diarra ou encore  le maire Salia Diarra atteint par la maladie de l’immaturité politique, aucun d’eux n’a  lésiné longtemps pour changer de parti politique. L’ascension fulgurante de Boubèye Maïga semble donner des vertiges à plus d’un citoyen malien. Au lieu de s’atteler à relever les nombreux défis, ils sont préoccupés à se cramponner éperdument au pouvoir pour leur intérêt personnel. Peu importe la couleur du parti politique et ses orientations. En conséquence, le parti présidentiel le RPM s’en sort carrément fragilisé à  Baguinéda. Du coup les responsables politiques de l’ASMA se frottent les mains.

Par peur de ne pas être épinglés

Le maire et le député de la zone, tous impliqués dans des affaires foncières n’ont pas trouvé mieux que de rejoindre le parti du premier Ministre.   ASMA devient le meilleur refuge pour échapper aux griffes de la justice. Par ailleurs ces mêmes ténors de l’ASMA sont tapis dans l’ombre dans la gestion mafieuse de l’eau dont le coût vaut trois fois le prix de Bamako. Ce qui a déjà suscité du bruit. Déjà la population s’organise peu à peu pour la grande offensive qui ne saura plus attendre longtemps. Une certitude, l’on a l’impression que Boubeye marche sur des braises ardentes, nous confirme un jeune politique de Baguineda qui pense que si Boubeye veut aller loin, il doit fermer la porte aux opportunistes qui n’ont leur place qu’en prison

Cette foule de nouveaux militants mal intentionnée servira à détruire l’image peu glorifiant du chef de gouvernement du Mali. Depuis sa nomination à la tête du gouvernement, le paysage politique du Mali est en cours de subir un vrai chamboulement en sa défaveur. Les caméléons politiques sont en cours d’entreprendre une course effrénée pour se rallier à son parti politique. Ces opportunistes pensent se dissimuler derrière lui pensant que leur nouveau mentor serait sans doute le successeur infaillible d’IBK à Koulouba. Voilà pourquoi, à Baguinéda comme ailleurs les hommes les plus compromis dans la gestion des affaires publiques sont en course effrénée pour virer dans le camp de l’ASMA croyant se faire protéger et de gagner de retour l’impunité. Ce signe n’est-il pas en soi un mauvais présage pour le premier ministre. En ce sens Boubèye Maïga n’est-il pas en train de jouer avec le feu ? Attendons de voir la suite du feuilleton… L’histoire sera le meilleur juge.

Fara Dabo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here