CLUB 66 : Venez prendre l’argent ! Un million et un TF pour 225 F par semaine

1

2 500 000 F pour effectuer le pèlerinage

Des millions pour changer la vie des Maliens

Créé par Abou Diarrassouba, promoteur des restaurants « La Brioche », le nom de l’association dénommée « Club 66 »  est sur toutes les lèvres dans les familles, les « grins », les transports en commun, les lieux de réjouissance, les couloirs de l’Administration et autres salons huppés de la capitale. Lancée seulement le 4 mars 2019 (mais après un travail de fond préalable), le Club 66 affole actuellement, jeunes, vieux et femmes de Bamako. Artisans, fonctionnaires, ménagères, petits commerçants, jeunes désœuvrés et jeunes diplômés, élèves et étudiants etc. ne sont pas en reste.

Bref, l’information de l’existence de la jeune association, spécialisée dans l’entraide et la solidarité, file à la vitesse de la lumière et les candidats à l’adhésion se bousculent au niveau des 8 agences ouvertes à Bamako et une à Kati. A l’origine de la convoitise des Bamakois, sont en jeu des fonds de commerce d’une valeur de 1 million par bénéficiaire et par semaine, des titres fonciers, des bourses de formation, des billets d’avion et prises en charge pour le pèlerinage à la Mecque à hauteur de 2,5 millions de FCFA.

La célébrité rapide de l’association et l’adhésion massive des Bamakois ont attiré l’attention de la rédaction de votre hebdomadaire préféré « Info Soir » qui a trouvé quelques éléments de réponses pour ses fidèles lecteurs. Alors, « Allez prendre l’argent ! ». Déjà, les premiers bénéficiaires ont touché leur million le lundi 11 mars dernier.

L’expérience de la retentissante Tontine Badialo, qui a fait beaucoup de victimes au Mali, et dans une moindre mesure les offres de la société QNET (qui ne drainent pas foule), ont été une forte source d’inspiration pour votre journal préféré afin de creuser dans ce qui se passe au sein du Club 66 et qui défraie la chronique aujourd’hui à Bamako. Et après les premières investigations menées sur le terrain auprès de certains membres de l’association, nos reporters ont réussi à mettre le doigt sur les termes de référence du Club.

Dans ses termes de référence, le Club 66 est décrit comme étant une association à but non lucratif. Il se donne comme objectif principal la création d’emploi à travers l’entraide, la solidarité, l’assistance et l’orientation.

Selon Amadou dit Baïdari Sow, communément appelé Aba Sow, Chef d’agence du Club 66 à Kalaban Coura 2, les portes de l’association sont ouvertes à toutes les personnes de plus de 18 ans. « Les enfants de moins de 18 ans peuvent être inscrits au compte de leurs parents qui se chargent du payement de leurs cotisations arrêtées, en raison de 225 F CFA par semaine. L’adhérent est libre de choisir le rythme de payement de la cotisation qui peut être aussi mensuel ou annuel. Précision de taille : les cotisations sont payables par Orange money ou par Mobicash», explique l’agent qui informe que les frais d’inscription annuels sont fixés à 10 000 F CFA par adhérent.

Dans le même  document, il ressort que l’association offre trois principaux avantages à tous ses membres. Il s’agit notamment d’un fonds de commerce d’une valeur de 1000 000 F CFA, d’une parcelle avec d’un titre foncier d’une superficie de 15m/20 d’une valeur de 1 000 000  de F CFA derrière Baguinéda et Moutougoula et d’une prise en charge (tous frais confondus) pour le pèlerinage à la Mecque dont le montant s’élève à 2 500 000 F CFA.

Ce n’est pas tout : également, le Club 66 aide et assiste ses membres chômeurs dans la recherche d’emploi.

Mieux, informe notre interlocuteur, l’association ambitionne d’atteindre le rythme de satisfaction (distribution de fonds) de 200 membres par semaine. Pour réaliser ce rêve, le club travaille, activement, à l’atteinte d’un million de membre. « Si un million de personnes cotisent chaque semaine 225 F CFA chacune, cela permettra au club de générer 225 millions de F CFA par semaine. Et ces 225 millions seront attribués à 200 membres chaque semaine  en raison d’un million de F CFA par membre », explique les termes de référence de l’association.

S’agissant de la procédure de satisfaction des attentes des membres, il ressort du document que chaque membre du club a l’obligation de choisir un centre d’intérêt au moment de l’inscription parmi le capital d’un million de F CFA, le titre foncier et le pèlerinage ou la bourse de formation.

L’argent est donné aux adhérents sur la base du schéma suivant : 75% par ordre d’inscription et 25% par tirage au sort. C’est à adire que les 150 premiers inscrits bénéficient d’office chacun de 1 000 000 de FCFA et les 50 millions restants sont attribués par tirage au sort. « Le tirage au sort est une manière de donner une seconde chance à ceux qui se sont inscrits en retard », précisent les termes de références.

L’adhésion à l’association est soumise à la présentation d’une pièce d’identification (carte d’identité, d’un permis de conduire, d’une carte Nina ou d’un acte de naissance) et au payement d’un montant de 10 000 F CFA renouvelable chaque année.

Le document à notre disposition informe également sur l’utilisation réservée aux cotisations des membres. « Sur les 225 F CFA de cotisations hebdomadaires, les 200 F CFA serviront à financer les fonds de démarrage des projets offerts par l’association chaque semaine et les 25 F CFA serviront à aider le club à supporter ses propres charges (salaire des employés, loyer, électricité, eau etc.) », précise le document.

Le document détaille également le sort réservé aux frais d’inscription (10 000 F CFA). Lisez attentivement :

« Les frais d’inscription serviront à financer les autres avantages du club. Il s’agit de :

  • l’assurance accident : lorsqu’un membre du club subit un accident, l’association apporte trois types d’assistance :
  • Dans le cas où le membre accidenté du club est partiellement immobile : le club assure la prise en charge des frais de soins médicaux à hauteur d’une somme plafonnée à 500 000 F CFA ;
  • Dans le cas où le membre accidenté du club est blessé et complètement immobile : le club lui assure une prise en charge de ses frais de soins à hauteur d’une somme plafonnée à 2 000 000 F CFA ;
  • Dans le cas où le membre du club décède à la suite de l’accident, l’association remet aux ayants droit du membre la somme de 2 000 000 FCFA
  • La scolarité : chaque membre du club pourra envoyer, gratuitement, un enfant de son choix à l’école du club dès octobre 2019
  • Le centre de santé communautaire : chaque membre du club pourra se soigner, gratuitement, dans les centres de santé du club».

Cependant, il est précisé que l’assurance accident n’est valable qu’à partir du 6ème mois de l’inscription du membre.

Mieux, l’association Club 66 renonce à la cotisation d’un membre dès que le décès de celui-ci est constaté.

Pour rappel, le Club 66 compte, à ce jour, 8 agences à travers la ville de Bamako (Banconi kènèbani, Niaréla près du cimetière, Ouolofobougou Bolibana, Lafiabougou Place CAN, Baco Djicoroni, Halles de Bamako et 2 à Kalaban Coura) et une agence à Kati, plus une direction générale sise à Titibougou.

Dans nos prochaines parutions, notre rédaction compte rencontrer le patron du Club 66, Abou Diarrassouba, pour relever les zones d’ombres relatives notamment aux inscrits qui ne bénéficieront pas du prêt durant toute l’année, aux moyens de pression pour le remboursement, aux éléments d’information sur l’école (les cycles et les types d’enseignement prévus) et les centres de santé du Club.

Aussi, les mauvaises langues parlent déjà de blanchiment d’argent ou encore d’un futur parti politique en gestation.

Enfin, comment faire face aux futures campagnes de dénigrement et d’intoxication ?

Youssouf Z KEITA

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here