CNPM : Mamadou Synsi Coulibaly reprend la main

0

En sa qualité de président sortant du Conseil national du patronat (CNPM), Mamadou Sinsy Coulibaly est chargé d’organiser une nouvelle assemblée générale élective. C’est tout le sens du jugement rendu, le lundi 04 octobre, par le tribunal de la Commune IV du district de Bamako. Lequel a procédé à l’annulation des 02 précédentes assemblées générales électives. Un revers pour Diadié dit Amadou Sankaré, qui doit se résoudre à reprendre l’élection.

Retour à la case départ. La crise que traverse le Conseil national du patronat (CNPM) vient de connaître un autre tournant. En effet, le tribunal de grande instance de la Commune IV du district de Bamako a procédé à l’annulation de l’assemblée générale du samedi 26 septembre 2020 et celle du 08 octobre de la même année. Une décision qui intervient après plusieurs reports.

Les 02 assemblées générales avaient été fortement contestées dans un camp comme dans l’autre. La première tenue dans la rue a consacré l’élection de Diadié dit Amadou Sankaré et la seconde tenue dans les locaux du CNPM a vu Mamadou Sinsy Coulibaly se faire élire par les délégués.

Des plaintes avaient été introduites par les 02 camps pour demander l’annulation des assemblées générales. Le camp Diadié dit Amadou Sankaré estime que celle organisée par Mamadou Sinsy Coulibaly est illégale et vice-versa. La justice a tout simplement décidé d’annuler les 02 assemblées générales.

En termes clairs, ni Diadié dit Amadou Sankaré, ni Mamadou Sinsy Coulibaly n’a été élu président du CNPM lors de l’assemblée générale du 26 septembre et celle du 08 octobre. Les 02 parties doivent se résoudre à reprendre l’assemblée générale élective.

Toutefois, il appartient désormais à Mamadou Sinsy Coulibaly, qui est seul maître à bord, en sa qualité de président sortant, d’organiser une nouvelle assemblée générale élective. Il est à ce titre le président légal du CNPM et doit retrouver ses bureaux. C’est en tout cas le sens de la décision de justice.

Un cinglant revers pour Diadié dit Amadou Sankaré

Mamadou Sinsy Coulibaly et son camp ne se sont pas encore prononcés sur la question. Mais il est évident qu’ils s’en réjouissent.

Contacté par Le Wagadu, Sidi Dagnoko, président du Groupement professionnel des agences de communication (GPAC), dit prendre acte de la décision. « Nous en tirerons les conséquences lors de la prochaine réunion des groupements professionnels », a-t-il dit avant d’ajouter qu’ils sont prêts à participer à une nouvelle élection.

Il faut dire que Mamadou Sinsy Coulibaly et les siens ont toujours plaidé pour la tenue d’une nouvelle assemblée générale élective. Tandis que Diadié dit Amadou Sankaré s’y était toujours opposé, alléguant avoir déjà été élu. Le jugement rendu par le tribunal de la commune IV vient de lui rappeler le contraire.

C’est un cinglant revers pour le patron de SAER-emploi qui est resté sourd à toutes les tentatives de médiation contrairement à son adversaire qui avait accepté le principe. Un entêtement qu’il risquerait de payer cash lors de la prochaine assemblée générale.

Avec cette décision de justice, Diadié dit Amadou Sankaré, qui n’a pas voulu répondre à nos sollicitations, doit se résoudre à quitter les locaux du CNPM, un an après les avoir squattés.

Ironie de l’histoire, c’est à travers une décision de justice que Diadié dit Amadou Sankaré avait occupé les locaux du CNPM. Il aura été le responsable d’an de paralysie à la tête du patronat malien.

Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here